Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 8 décembre 2009

Violence, écologie, mauvaise foi et bêtise : un clown peut parfois dire la vérité : le cas Pierre-Yves Geoffard



par Yanick Toutain
08/12/09 16:01:34



« ... cette règle de justice devra être appliquée à un horizon plus lointain, en 2050. » """  Pollution équitable"   Pierre-Yves Geoffard, professeur à l'Ecole d'économie de Paris et directeur d'études à l'EHESS. Libération 8/12/2009 (article illisible aux "non abonnés)






Les criminels peuvent dormir sur leurs deux oreilles ! Ils sont encore tranquilles pendant 41 ans !!!
C'est en tout cas ce que le clown Geoffard leur accorde comme délai !!!




Certains – gens de mauvaises foi – reprochent, parfois, aux écrits que je rédige d'être d'une violence descriptive telle qu'elle serait – à leurs yeux – rédhibitoire. Ils tirent argument de cela pour fuir les constats et pour nier les conclusions que je pose.
Mais la violence – ils le nient – elle est celle que subissent les SDF et tous les pauvres d'Occident. Elle est celle que les privilégiés – et les « bandes armées » à leur service que sont les polices, justices, services sociaux divers infligent à toutes les victimes de leurs vols « légaux ».

Mais cette violence est aussi la violence de la bêtise, la violence de l'ignorance, la violence de leurs « infractions de pertinence », leurs « infractions de cohérence », tous ces petits trucages à l'encontre de la science, de la bonne foi, de l'honnêteté, de la lucidité.

Lire Pierre-Yves Geoffard dans sa tribune du Libération du jour laisse une impression « contrastée » - pour utiliser un des adjectifs favoris des escrocs de l'université bourgeoise.
Se prononçant pour une « pollution équitable » - c'est le titre de sa tribune « Rebonds » en page 25, il semble se prononcer en faveur des thèses que Roger Guesnerie et Thomas Sterner ont affichés simultanément dans deux journaux – Le Monde et Le Financial Times. Mais sa conclusion remet rapidement les pendules – de la flagornerie pro-étasunienne – à l'heure.
On va donc aller directement à l'essentiel. Lire les pénultièmes lignes de ce « plaidoyer »
"L'application immédiate d'un tel critère est inacceptable par les Etats-Unis, premier pays pollueur per capita ? Qu'à cela ne tienne : si l'on ne peut s'entendre sur le court terme, retenons que cette règle de justice devra être appliquée à un horizon plus lointain, en 2050. La portée symbolique d'un tel accord serait considérable."
Quelle farce !!!
Emettre plus que son quota est un crime écologique ! Et attendre 2050 pour interpeller les criminel est … criminel !
Les larbins de la propagande pro-étasunienne ont bien mérité de leur maître en crime écologique.
« (…) les deux auteurs recommandent de répartir les droits de manière égalitaire : que chaque citoyen du monde se voit reconnaître le droit d'émettre 250 kilos de carbone [680 grammes par jour NdYT] et que chaque pays se voie attribuer un quota à raison de sa population. L'application immédiate d'un tel critère est inacceptable par les Etats-Unis, premier pays pollueur per capita ? Qu'à cela ne tienne : si l'on ne peut s'entendre sur le court terme, retenons que cette règle de justice devra être appliquée à un horizon plus lointain, en 2050. La portée symbolique d'un tel accord serait considérable. Si simple, si juste, et si simplement juste, ce principe d'application lointaine serait par par là même difficile à remettre en cause : un homme, un droit ! »
Le voeu pieux « égalitaire » est comme la messe du dimanche et l'absolution : ces criminels écologiques que sont ces Guesnerie et ces Geoffard auront des comptes à rendre après la révolisation !



PS1 : C'est au moment du « maquettage » que je découvre l'article originel de Guesnerie : le 2050 criminel … il en est l'auteur.
Ce sera l'objet d'un autre texte !
PS2 : Libération interdit aux lecteurs de Libération papier de placer leurs commentaires !!!

PS3 : C'est aussi post-scriptum que ce Guesnerie fut aussi l'objet d'un texte sur Monsyte




mercredi 10 décembre 2008


L'imbecile Roger Guesnerie, professeur au College de France trouve que la sociologie est "trop déterministe".

L'imbécile Roger Guesnerie, professeur au Collège de France trouve que la sociologie est "trop déterministe". Il porte le même jugement sur le social "Trop déterministe".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire