Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

dimanche 14 novembre 2010

"Boulevards", la chanson par Yanick Toutain. Les sources. Sources de connaissances et d'inspiration.


BOULEVARDS :

les sources de connaissance et les sources d'inspiration de la chanson
Yanick Toutain

Il faut, avant toute chose signaler que cette chanson doit beaucoup à plusieurs auteurs parmi lesquels le premier, François-Xavier Verschave, est récemment disparu. Ce texte lui est dédié et est en hommage à ses amis qui poursuivent son combat de mise en lumière des crimes des gangsters actuels en Afrique, français ou leurs complices africains.






Ils sont venus sur leurs bateaux
Traitant les hommes comme animaux
Royal gangster
Avec les fers
Boulevard Louis 14
Boulevard de la mort
Louis Bourbon (appelé Louis 14 pour indiquer que c'est le 14° chef de bande à piller la France portant ce prénom) fut l'auteur des consignes du gang Bourbon données à leurs agents esclavagistes.
Ce recueil de propos, de sanctions, de supplices racistes est encore appelé "code" - ils l'appellent en l'occurrence "Code Noir" - comme si ce ramassis de supplice était un recueil de lois, comme si le règlement intérieur du camp d'Auschwitz était un code !
C'est dans ce recueil que Louis 14 prévoit de couper les deux oreilles de l'esclave qui aura osé s'enfuir … la première fois. Comme si cela ne suffisait pas, il était prévu de le marquer au fer rouge d'une fleur de lys (le signe de reconnaissance du gang Bourbon). Pour la deuxième tentative de fuite, il était prévu de couper les jarrets du malheureux Africain déporté... plus de lui marquer le sigle Bourbon sur la deuxième épaule, à nouveau au fer rouge. La troisième tentative (ces gangsters, connaissant l'épouvante des conditions de vie et de travail de ces camps de la mort; prévoyaient une troisième tentative de fuite, en rampant sur le sol, les jarrets coupés) était la peine de mort.
Une splendide bande dessinée montre la cruauté sans borne des supplices infligés par ces gangsters.
 Cette histoire écrite et dessinée par Bourgeon, se passe sous le règne de Louis 16 mais on voit bien l'application des consignes du livre de supplices de Louis 14.
On peut, néanmoins, malgré l'immense intérêt de son travail historique et romanesque, regretter le choix de l'auteur Bourgeon de raconter son histoire du seul point de vue des Occidentaux, - même si l'héroïne reste humaine par rapport aux gangsters qu'elle fréquente (et qui l'ont violée dans un épisode précédent) . On aimerait que Bourgeon prenne un jour la peine de nous raconter la même histoire VUE DE LA CALE, la même histoire regardée par une familles razziée par une troupe de salauds compradores, une gentille famille vendue par des rois esclavagistes d'Afrique - vendue aux envoyés des rois esclavagistes de France !. Cette gentille famille serait triée dans le groupe des malheureux vendus, aurait été (à partir de quel âge) MARQUÉE AU FER, aurait pris le bateau, aurait vécu la révolte du dernier tome, pendant le voyage transatlantique… Et aurait eu un destin bien plus tragique que celui des deux héros - séparés, mais rassérénés par la beauté de la mer…Écrivez donc à Bourgeon de ma part en lui faisant une telle suggestion ! Son talent est immense !


Ils sont venus faire leur commerce
Et leurs copains pour faire la messe
Royal bandit
Et ses amis
Boulevard Louis 15
Boulevard de la mort



On voit sur cette image d'époque combien Bourgeon a été fidèle à la réalité iconographique. La légende dit "Le collier de cou à longues tiges recourbées doit empêcher l'esclave puni de se cacher dans les fourrés ou de prendre la fuite : les pointes du collier sont destinées à s'accrocher dans les branches.
Dans le même registre du collier à esclaves, on trouve également des carcans munis de clochettes. Il sont destinés aux fugitifs qui menacent de récidiver, leur présence étant constamment signalée parle le son.





Louis 16
Ils sont venus pour faire la traite
Acheter les hommes comme des bêtes
Royal Bourbon
Massacre à fond
Boulevard Louis 16
Boulevard de la mort

On trouve un d'Estaing aux îles du Passager du vent : bon grain ne saurait mentir !


Pour les espoirs d'un changement
Les tractations durèrent 5 ans
Nantes et Bordeaux
Gardent le gâteau
Boulevard des Girondins
Boulevard de la mort

Si Nantes et Bordeaux sont les champions du trafic de vie humaines, Le Havre et sa bourgeoisie crapuleuse n'étaient pas en reste


On voit sur ce graphique que la Révolution de 1789 n'eut pour ces gangsters trafiquants d'humains aucune conséquence jusqu'en 1793. Il eut même un pic de départ en juin 1790




On constate qu'au milieu de 1790, le délai moyen entre deux départs de bateaux esclavagistes était INFÉRIEUR à 10 ! dix jours ! et cela pour le seul port du Havre ! :

Les marchands de vies humaines de la bourgeoisie havraise se foutaient comme l'an 40 des valeurs humanistes du Siècle des Lumières, leurs bénéfices passaient avant les idéaux de Liberté dont ils abreuvaient les paysans français pour qu'ils les aident à éjecter la noblesse du pouvoir ! Le ralentissement de leurs affaires à la mi-91 ne dura que quelques mois. Il fallut l'éjection de Girondins pour que l'abolition de l'esclavage par les Montagnards et Robespierre fasse stopper leurs entreprises criminelles… Ils allaient avoir 8 ans de répit; 8 années pendant lesquelles de petits enfants aillaient pouvoir naître libre … avant d'être remis aux chaînes par le grand boucher des colonies.

Le grand boucher des Colonies
1802 reprit nos vies
Seul Louverture
Pour le futur
Boulevard Napoléon
Boulevard de la mort

Faire lien avec mon texte sur le raciste TULARD EN QUE SAIS JE
Citer le bouquin Napoléon idem à Hitler
  

Si le progrès donna l'école
La république comme une idole
Prit une élite
Pour qu'elle imite
Nouveaux esclaves les paysans
Sans liberté restèrent aux champs
Pas d'éducation
Pour les plantations
Boulevard Jules Ferry
Boulevard de la mort

Quand Lumumba et ses amis
Vinrent pour nous dire les temps finis
Ils les tuèrent
De Gaulle Gangster
La CIA nous fit cadeau
D'un Mobutu valet de ces fachos
Occupation
Armée en don
Boulevard De Gaulle
Boulevard de la mort
Ils font racket diamant pétrole
Et les ressources agricoles
Et nous donnèrent
Leurs militaires
Boulevard Giscard D'Estaing
Boulevard de la mort


Il fit discours humanitaires
Préparant les plans génocidaires
Et pour les larmes
Envoie sa femme
Boulevard Mitterrand
Boulevard de la mort

=========

Pour l'avenir, il faut choisir
Ou pour le mieux ou pour le pire
Préparer plaque pour Sarkozy
Pour la
Royal ou ses amis
Ou enlever ces criminels
De nos avenues, de nos boulevards
Depuis les jours de la gabelle
Prennent dans nos poches mille fois leur part

On imagine mal quelqu'un qui aurait persisté à s'appeler dictateur ou tortionnaire ou bourreau des peuples, mais "royal" ayant été l'exact synonyme de ces termes, il faut être particulièrement crétin pour ne pas avoir changé un tel nom de famille. Que le père militaire de Ségolène Royal ait choisi de garder un nom synonyme de gangster est logique : son métier de militaire l'amenait à participer au gang d'occupation de l'Afrique. Se prétendre socialiste est plus curieux pour une Royal = gangster. L'explication est simple, cette "royal" allait, comme ministre du gouvernement Jospin poursuivre le sinistre travail des Bourbons en maintenant l'occupation de l'Afrique (en compagnie des hypocrites "verts" et "communistes" et des amis de la Tobira radicaux de gôche


===========

Boulevard Giscard
Les francs se barrent
Aérogare
Vers le départ
Boulevard d'Estaing
Pour les voleurs
C'est bien la fin
C'est bien la peur

Boulevard Giscard
Route des Bourbons
On en a marre
Changeons les noms
Boulevard d'Estaing
Route des pillards
Faisons demain
Notre grand Soir !

Troupes françaises, troupes impérialistes hors d'Afrique !
Dégagez !


========================
Bibliographie
Bourgeon : Les passagers du vent; Une bande dessinée en 6 tomes. La cruauté de certaines images augmente l'âge auquel on peut mettre cette BD dans les mains des jeunes générations. 10-12 ans pour de grands lecteurs est une limite possible si l'on accompagne la lecture d'un dialogue complémentaire. La demi page reproduite provient du tome 6. Les héros débarquent de leur traversée transatlantique.


Bien que j'aurais préféré un autre titre que celui-là - par exemple : "Esclaves face aux gangsters bourboniens, girondins et napoléoniens" - ce livre est un beau livre à mettre entre toutes les mains, à présenter dans tous les CDI de France, de Navarre et d'Afrique. Les images d'époques sont très belles et très parlantes. La couverture choisie par Jean Meyer est un témoignage de sa volonté de choisir son camp, celui de l'humanité qui sert le poing face aux puissants.
 Chasse à l'homme dans les brousse

==================

Atlas historique


Une mine ! Des centaines de cartes. Il n'y a, certes pas, la profondeur d'une analyse détaillée, mais ce livre couvre la totalité de l'histoire des hommes avec une sorte de neutralité qui l'empêche de laisser passer les âneries de beaucoup de livres d'histoire qui se veulent "neutres". On le trouve chez les bouquinistes; d'autant plus qu'une nouvelle édition vient de sortir.






==================
Ces deux graphiques ont été construits à partir des données du livre de l'auteur nantais Serge Daguet. Il a relevé tous les départs de bateaux esclavagistes à partir des ports français. Un travail titanesque. Une lecture attentive permet de remarquer que les révoltes à bord des bateaux des gangsters étaient bien plus fréquentes que ce que les racistes actuels veulent bien nous faire croire : des esclaves soumis dans le passé : rien de tel pour dissuader les enfants de l'Afrique actuelle de se révolter contre la présence de l'armée criminelle française.


==================

Cette revue, fief des opposants inavoués à l'école historique française des Annales, produit une histoire à mi-chemin entre le Monde et Voici Gala. Leur nouveau Alain Decaux - l'historien à deux balles de la radio du marchand d'arme Lagardère, Franck Ferrand, - se permet même, à l'oral, sur Europe 1, des propos racistes.
On trouve cependant quelques articles dignes d'intérêt : le numéro spécial sur la colonisation mérite d'être lu pour voir ce que la bourgeoisie bien pensante s'accorde de lucidité. (A remarquer : les mains coupée des travailleurs congolais ont été remplacée par une photo insignifiante dans leur numéro "publicitaire" : leurs futurs abonnés n'aiment pas les voir les crimes des armées belge et française.

==================



==================

==================

==================

==================

==================

==================

==================



Sur Serge Daguet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire