Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 17 novembre 2010

Philippe Corcuff, le guérillero pacifique durable et social. Ou la sénilité précoce des musiciens baroques de la fanfare idéologique du gang NPA de la défense des privilèges formois.


par Yanick Toutain
17/11/2010


Il a table ouverte et un blog chez l'ancien LCR Edwy Plenel - et son Médiapart aux révélations estivales salutaires - : la bêtise fait bon ménage avec les résurgences du Washington Post !
NOTRE GUÉRILLERO PACIFIQUE ANNONCE LA COULEUR :

Pour une guérilla sociale durable et pacifique

18 Octobre 2010 Par Philippe Corcuff


Lisons le crétin
« Le passé, au travers de la mémoire des luttes conquérantes d'hier et de la lecture critique de leurs difficultés, constitue un aliment indispensable à notre action présente, pour résister aux évidences comme à la démoralisation portées par les élites dominantes. Dans cette perspective, le passé est une composante nécessaire à la confection de notre sens individuel et collectif de la dignité. Mais il ne faut peut-être pas se tromper de passé. Tous les passés n'ont pas la même puissance subversive quand on les confronte à tel ou tel événement présent. Leurs imaginaires respectifs et les leçons qu'ils nous aident à tirer ne fournissent pas tous des ressources aussi ajustées aux enjeux du présent. »
Résumons l'idéologue sénile du NPA : Il existerait plusieurs passés. Chacun de ces passés est pourvu d'un imaginaire. A moins que chaque passé ne dispose de plusieurs imaginaires - ce qui nous compliquerait singulièrement la tâche.
Restons donc à un imaginaire par passé.

Ne demandez pas ce que c'est qu'un « passé ». Comme le crétin pseudo-ex-trotskyste Daniel Bensaïd, Philippe Corcuff joue de la musique. Lui et ses amis formois de l'ex LCR kriviniste - qui faisaient la musique de la fanfare idéologique pendant que les sandinistes mettaient les révolutionnaires dans leurs geôles formoises -poursuivent leur tâche..
Ils font le tintamarre de la fanfare formoise quand l'Afrique crève à 50 euros par mois. Philippe Corcuff joue du pipeau pseudo-rebelle quand 3 millions de bébés meurent en Afrique, chaque année.
Ne lui demandez pas ce que sont ces prétendus « imaginaires », c'est un élève de l'école de la falsification pseudo-philosophique du charlatan Daniel Bensaïd. Ils sont collègues en imposture.
Pendant que le NPA joue sa partition stalino-fasciste en obtenant sur RUE89 l'effacement de mes critiques du charlatan posthume Bensaïd, le charlatan comparse produit ses élucubrations délirantes néo-réformistes sur Médiapart.
Et je ne peux pas lui répondre : je suis trop pauvre pour avoir droit de poser un commentaire.


On a donc un imaginaire relié à un passé. Et cet imaginaire (un par passé), il nous aide à tirer des leçons.
On comprend donc l'importance de ne pas se tromper de passé.
Car, en conséquence de cette fâcheuse erreur, on se tromperait d'imaginaire ce qui induirait une erreur quant aux leçons à en tirer !!!
Surtout que ces leçons ont elles-mêmes un rôle.
Eh oui !

Le rôle de ces leçons, il est de « fournir des ressources » !!!
Cela vous en bouche un coin !!!
Mais, de plus, ces ressources doivent être pourvues de caractéristiques bien particulières : elles doivent être « ajustées ».
C'est logique.
Imaginez que ces leçons se mettent à fournir des ressources mal ajustées..... Ce serait un coup à péter un plomb et, soudainement, à RE-devenir réformiste !

Ce danger sournois, Philippe Corcuff l'a évité : il a BIEN choisi son passé, et donc trouvé le bon « imaginaire ». En conséquence de quoi, ce sont les leçons idoines qu'il va pouvoir tirer.... et donc trouver les bonnes ressources, celles qui sont bien ajustées....
Elles seront bien ajustées à quoi ?

« Je vois une main qui se lève dans le fond....
Il y en a quand même qui suivent ….

  • Oui ? …. ajustées … à quoi ?...
  • Aux enjeux du présent ?
  • Bravo !!!
Hé oui ! C'était la bonne réponse, ces ressources sont – elles doivent être – ajustées aux enjeux du présent. Philippe Corcuff est une lumière. Il nous éclaire, par la puissance de son cerveau pourvu d'un lobe supplémentaire, un lobe bensaïdiste.
Hosanna !

Nous y voyons plus clair !!!
Nous sommes prêts à lire la suite
« Face à cela, le regretté Daniel Bensaïd a proposé, en prenant appui sur des pistes du philosophe allemand Walter Benjamin(1892-1940), une nouvelle alliance originale du passé, du présent et de l'avenir[4]. Si pour lui, l'action présente reste centrale, c'est en se lestant des images et des enseignements des luttes passées tout en s'ouvrant à la possibilité d'un futur radicalement autre. Le mouvement social sur les retraites ne gagnerait-il pas ainsi à nourrir conjointement son action présente d'expériences passées (comme le « Mai rampant » italien) et d'un élargissement de son horizon temporel vers l'avenir ? Toutefois, une double fétichisation pourrait l'entraver : fétichisation du légal du côté du pôle modéré du mouvement et fétichisation d'une vision réductrice du thème de « la grève générale » du côté de son pôle radical. »
Il fallait vraiment nous préparer à l'éventualité de ce « futur radicalement autre » !!! Pour comprendre cela, c'est naturellement l' « alliance originale du passé, du présent et de l'avenir » sur laquelle il faut prendre appui !
D'autant plus qu'il nous est nécessaire de faire un crochet par le délirant :
Une fois la loi sur les retraites entérinée par les deux chambres et plus ou moins validée par le Conseil Constitutionnel (s'il est saisi par les parlementaires de l'opposition, ce qui est prévisible et peut encore ralentir le moment de sa promulgation définitive), une attitude démocratique consisterait-elle nécessairement à abandonner la contestation ?
On comprend qu'un charlatan corrompu par la société bourgeoise puisse croire nécessaire de se préoccuper de conserver une telle « attitude démocratique ».....
Mais rassurons-nous : l'alliance « théorique » de « Albert Ogien et la philosophe Sandra Laugier » s'adjoignant
à Henri Thoreau viendront légitimer une audacieuse « désobéissance civile » !
Quelle audace ! Quel courage !!!
Il est vrai que tout ce charlatanisme n'a pour objet que de nous faire renoncer – par la droite – à la grève générale. La trajectoire "PS formois-bourgeois-colonialiste" vers la "gauche LCR-NPA" n'aurait pas duré longtemps. A droite toute !
Une grève générale qui commence sacrément à flanquer la frousse à tous ses zélateurs.


Or, en un instant où les grèves reconductibles, bien que significatives, n'apparaissent pas en mesure de peser suffisamment, une vision mécanique et étriquée de « la grève générale » pourrait empêcher d'envisager d'autres possibilités, ou du moins des petits déplacements, plus adaptés à la situation présente. Une tyrannie de la lettre de « la grève générale » pourrait contribuer à tuer l'esprit de « la grève générale » : 1) en nous enfermant dans un « tout ou rien » mortifère et à terme démobilisateur ; 2) en nous poussant dans la voie de la déception plutôt que de celle du développement de l'enthousiasme ; et 3) en oubliant que la perspective de généralisation suppose au minimum de garder au sein de la mobilisation les secteurs les plus prudents et/ou les plus modérés.
Corcuff va donc fuir la « tyrannie » !!! Il a raison !
Il va retourner dans le placard à oripeaux idéologiques abandonné par le jeune Bensaïd, l'apologiste de la guérilla urbaine parisienne et – en mettant un tout petit peu d'eau rose dans son vin rouge ERPéo-guévaristo-terroriste préconiser une magique solution :
Parmi les autres chemins possibles, il y aurait donc celui d'une guérilla sociale et citoyenne durable, un mouvement social protéiforme, dans le style du « Mai rampant » italien, associant des mobilisations localisées et professionnelles fortes avec des journées nationales de manifestations, des grèves et des manifestations, des grèves ponctuelles et des grèves reconductibles, des va-et-vient entre les deux, des paralysies partielles (SNCF, métro et transports collectifs urbains, raffineries et dépôts pétroliers, routiers, etc.), des grèves tournantes ou la répétition de grèves sporadiques limitant le coût de la grève sur les salariés, la constitution de caisses de solidarité en direction des secteurs engagés de manière la plus durable dans la grève reconductible, des liaisons inédites avec les milieux intellectuels et artistiques critiques pour amplifier la délégitimation du pouvoir sarkozyste, la promotion de passages entre combats revendicatifs et expériences alternatives (pourquoi des AMAP n'approvisionneraient-elles pas gratuitement des grévistes ? pourquoi des universités populaires ne se déplaceraient-elles pas sur les lieux de grève en mettant à disposition des savoirs critiques ? pourquoi des artistes alternatifs ne seraient-ils pas davantage présents dans les manifestations ? etc. etc.), des actions moins massives mais plus spectaculaires sur d'autres fronts où la légitimité sarkozyste résiste davantage au sein de la population (racialisation, logique sécuritaire, etc.), etc.
Les charlatans ont toujours un vocabulaire rebelle pour masquer l'imposture.
Quand il nous propose une version light des blocages minoritaires - qui ont été mis en oeuvre par l'alliance de tous les néo-stals réformistes aventuristes : des néo-stals qui vont du PCF aux anarcho-formois en passant par les NPAistes et les mélenchonistes - .... il se couvre en utilisant la terminologie de l'imbécile lutte armée urbaine de la formoisie argentine.
Quand il fuit l'affrontement direct avec Sarkozy, la délégation révocable, la construction d'une pyramide de 19 millions de délégateurs, quand il fuit la mobilisation des Pauvres « ZÉRO CHÔMEURS, 5 MILLIONS D'EMBAUCHE », quand il fuit la mise en cause du colonialisme « Troupes Françaises Hors d'Afrique », quand il fuit la mise en cause du capitalisme et son abolition «  Tickets de rationnement carboné » il va nous diffuser son baratin.
Un seul commentateur ira jusqu'à démasquer l'imposture de l'opportunisme grandissant de Corcuff vis à vis des bureaucraties formoises-bourgeoises-colonialistes.
C'est brut et ne prend pas en compte les acquis du néo-marxisme, mais cela donne un courant d'air frais dans les miasmes putrides du réformiste hypocrite. Ce lecteur Élie Carasso (que je ne connaissais pas) se prendra aussitôt une volée de bois vert de la part des zélotes corcuffistes.



On ne peut pas occulter la politique permanente et acharnée des Appareils des Confédérations syndicales CGT CFDT UNSA CGC et d'autres depuis le début de cette Affaire des Retraites et bien sur bien avant tout au long des décennies pour INTERDIRE le combat de la classe ouvrière et de la jeunesse CONTRE le Pouvoir de la bourgeoisie. Partout, les " dirigeants" syndicaux ont freiné des 4 fers pour dresser un MUR devant la possibilité devenue exigence face à la contre révolution sociale sarkozyste d'un combat ENSEMBLE, centralisé pour REJETER la " reforme" des Retraites. Philippe Corcuff  ne dit mot du REFUS des Appareils bureaucratiques de lancer le mot d'ordre de RETRAIT du projet Sarkozy Medef; Il ne dit mot de leur caution à l'action du Gvt Sarko Fillon en siégeant à la table de Woerth sans désemparer alors que le Gvt a précisé très clairement tout de suite qu'il n'était nullement question de négociations mais de CONSULTATIONS; il ne dit mot de cette trahison qui a consisté et qui consiste à jouer les sourds pour faire croire qu'un accord avec negociations est possible sur un projet très grave pour les travailleurs et jeunes; il ne dit mot sur la vanité des journées d'action à répétition étalées sur des mois par refus d'organiser le nécessaire combat d'ensemble; il ne dit mot sur le fait que cette politique des Appareils s'étend sur une très longue durée; il ne dit mot que bien avant lui plus d'un penseur a réfléchi à cette castration voulue de la résistance collective; il ne dit mot sur l'intégration historique des bureaucraties à l'Etat de la Bourgeoisie par les financements institutionnels ( subventions de diverses formes) et d'autres " opaques" ( Patronat ) qui font que les carrieristes des Appareils poursuivent leur carrière en relation directe avec ceux qu'ils sont censés combattre; il ne dit mot par ex sur la nomination PAR SARKOZY au poste très important de Conservateur des Hypothèques au Ministère des Finances.... du numero 2 de la CGT après la grève défaite des cheminots, je crois en 2007; est-il normal et démocratique que l'un des plus hauts responsables de la CGT soit nommé par Sarkozy à pareil poste ?
Philippe Corcuff ne dit toujours rien des COMPLIMENTS incessants que dans l'année en cours et à propos de leur frein sur les luttes, Sarkozy, Alain Minc, Eric Woerth, n'ont cessé de tresser aux Dirigeants syndicaux pour leur " formidable courage" ou pour leur "responsabilité" ou pour leur " élégance", Woerth les remerciant par ce mot de s'être gardés de toute déclaration sur sa corruption dans l'affaire Bettencourt, laquelle met à nu la nature de classe du pouvoir, laquais d'une oligarchie de la banque et de l'industrie n'agissant que pour accroitre le pillage des revenus des salariés afin d'accumuler toujours plus de richesses pour le Capital.
Tous ces manquements, tous ces impensés, tous ces non-dits de Philippe Corcuff donnent naissance à une expression menue, parfaitement banale et sans contenu apparent: " LE POLE DES MODERES" ....... Pour masquer la réalité de classe des appareils bourgeois du mouvement ouvrier....  Alors bien sur après c'est facile : le conciliateur Corcuff, plein de bonne foi et" radical"...., se demande comment combiner et faire converger le pole des modérés.. et le pole des radicaux. Cette phraseologie " neutre"  ne l'est pas du tout.
 Dans une discussion sur Claude Lefort, P Corcuff a répondu à Abdella Khaldi qu'il comprenait bien comment on pouvait évoluer de positions revolutionnaires vers la social démocratie par horreur du totalitarisme, même si lui en 30 ans avait fait le " chemin inverse". .  Non. Il est toujours en chemin. Il tente de concilier l'inconciliable, la trahison et le refus acharné de la constitution de la classe pour soi via l'affrontement contre l'Etat bourgeois pour se défendre dans ses interets vitaux   et le combat pour le socialisme et la revolution.

Il ne faut pas " fétichiser" la grève générale. Oui. Mais au moment venu, il faut la faire et pour la faire, il faut organiser et tracer les voies de passage qui y conduisent. Non les boucher méthodiquement. Ce que les appareils s'ils n'étaent intégrés à l'ordre bourgeois pouvaient faire et qu'on peut encore avoir comme perspective unificatrice pour hausser la force, la conscience et l'efficacité de ce combat décisif, c'est une manifestation centrale à Paris pour exiger l'abrogation ( si le texte est passé) ou le retrait ( du projet) avec 1 à 2 million de jeunes et de travailleurs marchant sur L'Assemblée voire L'Elysée. Car les legitimes demandes des salariés et jeunes posent la question du pouvoir. Aucune satisfaction n'est possible avec CE Gouvernement. Qui se voile la face devant cette réalité, capitule.
Ensuite, dans la radicalisation de l'affrontement, d'autres pas seront possibles y compris la greve illimitée reconductible  avec comités de grève locaux , d'entreprises et national. 

Quant au Mai rampant italien.... Où en est l'Italie ??  Le résultat de cette merveille , les directions bureaucratiques n'ayant jamais perdu le controle de la classe et des syndicats, c'est la miserable situ actuelle où , après le Gvt de collaboration de classes de l'ex PCI devenu PS puis dissous dans le PD...AVEC l'ex Président de la Commission de l'UE Romano PRODI ( Prodi ferait-il partie du pole modéré? ) et la débacle politique qu'il a entrainée, Berlusconi, Bossi ont pris le pouvoir pour longtemps, dans des conditions desastreuses pour les salariés, les jeunes, les juges, la presse. Un des chefs de la Mafia est au Pouvoir. Comment peut -on donner en exemple des luttes sans centralisation organisée qui ont abouti à cette merde ?

Je critique donc completement l'orientation de soumission aux appareils bourgeois de Philippe Corcuff  qui provient du fait qu'il cherche à imaginer des luttes en s'accommodant de la trahison des appareils intégrés à l'Etat de l'oligarchie capitaliste. Il s'accommode donc de ces directions traitres... Si Corcuff exprime ici l'orientation majoritaire du NPA, alors le NPA capitule comme lui devant les appareils.

La Coordination de toutes les sections syndicales et de tous les militants serait maintenant nécessaire si on veut trouver encore un espoir pour le mouvement. Et cette Coordination doit se construire Pour appeler partout en France à la Manifestation Centrale de millions de travailleurs et jeunes à Paris, unique siège du pouvoir dans la monarchie républicaine, devenue régime bonapartiste.
18/10/2010 19:58 Par Elie CARASSO


Ce que Élie Carasso, lui, n'a pas vu, c'est le fait qu'à la gauche de ces appareils intégrés dans l'État bourgeois se sont activés d'autres appareils. J'en faisais au dessus la liste : anarcho-formois, NPA, PCF, PG et toutes les autres sectes pseudo-rebelles.
Limiter le combat aux retraites est formois. Ne pas construire la délégation générale révocable est formois. Ne pas mettre le « RÉVOQUONS SARKOZY » au premier rang des exigences est formois. Oublier le chômage, la colonisation, la catastrophe capitalisto-climatique est formois.
Élie Carasso est formois. Il fait une critique depuis la gauche de la formoisie dirigée vers le centre de la formoisie.... glissant vers la droite formoise.

Ce n'est que par l'abolition des privilèges salariaux que l'Humanité retrouvera son humanité. Et Élie Carasso la sienne.
Pour Philippe Corcuff, c'est trop tard.

Le guérillero pacifique durable et social mutera en un stalino-fasciste avant et après la révolution. De partisan d'un clown stalino-menchévique Besancenot futur Kerensky-strapontin, il deviendra partisan d'un Kornilov pour défendre son salaire de consumériste pathologique avant la révolution …. et d'un Vychinski après.




NOTES


Les stupidités anti-scientifiques de Philippe Corcuff portent une trace. la marque de l'usine à falsification anti-marxiste de Daniel Bensaid.
Rien d'étonnant pour les deux complices en falsification de la philosophie scientifique, pour les deux ennemis de la causalité absolue, les deux ennemis acharnés du "tout est écrit".
Daniel était pour moi un "grand frère" en matière politique et intellectuelle. Sans lui, je n'aurai pas fait ce parcours difficile qui m'a conduit de la famille socialiste (1976-1992) à la LCR (un rapprochement fin 1997 se traduisant par une adhésion en 1999), et aujourd'hui au NPA. Sans lui, je n'aurai pas découvert la philosophie de l'histoire de Walter Benjamin. Deux de ses livres m'ont alors tout particulièrement ouvert de nouveaux horizons philosophiques : Walter Benjamin - Sentinelle messianique - A la gauche du possible (Plon, 1990) et Le pari mélancolique (Fayard, 1997). Ces interférences benjaminiennes nous avaient conduit à écrire ensemble un texte qui devait beaucoup à ses analyses : "Le travail intellectuel au risque de l'engagement" (revue Agone, n°18-19, 1998). Il avait l'humanité et l'intelligence médiatrices.

Lire surtout, en complément


jeudi 14 janvier 2010

Daniel Bensaïd est un charlatan qui fabrique de l'idéologie bourgeoise mystique : "Une histoire... sans garantie scientifique"

 

et aussi

jeudi 14 janvier 2010

sur NPA de l'Intérieur : Daniel Bensaid, mort d'un contre-révolutionnaire réformiste depuis 1979, un clown titré philosophe 

 

jeudi 21 janvier 2010

Le NPA fait sa loi partout : censure néo-stalinienne sur RUE89 et sur Revolution Celeonet 

 

lundi 18 octobre 2010

Des canuts politisés donnant des leçons à Grond et Besancenot ou des guérilleristes à la mode Bensaïd : Quand RUE89 a la berlue ! 

lundi 22 février 2010

Quand Daniel Bensaïd, Alain Krivine, Olivier Besancenot soutenaient une CANDIDATE ANTI-AVORTEMENT 

 

mercredi 10 mars 2010

Gérard Filoche, Daniel Bensaïd et la timbreuse. (Polémiques au sein de la classe formoise : un nécessaire bilan historique) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire