Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 8 novembre 2010

Morale, éthique, productivité historique, droito-anarchisme, égalitarisme. Une réponse à pseudo-Charles de Saint-Paul sur Facebook

Facebook est le lieu de rencontres improbables. L'écroulement en putréfaction du capitalisme produit, par ailleurs, des évolutions intellectuelles qui peuvent - en apparence - séparer des analyses qui, sur le fond, et dans leur mise en oeuvre pourraient se rejoindre.
Charles de Saint-Paul (un pseudo avec un "D" majuscule ?) semble se revendiquer d'un étrange "anarchisme de droite".
Il venait juste auparavant de sembler acquiescer au projet de "1000 euros pour tous les Terriens". Voici son commentaire et ma réponse.
Elle porte sur le fait que la surface que prétend réguler la morale n'est en fait que celle d'une société de spoliation où les pauvres sont appauvris, les faibles écrasés.
L'aspect "spoliation", "lutte des strates", "productivité ancestrale" et "productivité historique" - qui FONDE une nouvelle modalité d'approche quant à l'éthique sera, lui, traité dans une deuxième partie.
NB : les quelques échanges qui ont précédé ces deux derniers commentaires sont placés infra, en bas de texte.
=

  • Charles De Saint Paul
    ‎@yanick Toutain
    Le droit absolu de tout homme à une liberté totale, tel qu'il est défini par les postulats théorique de l'anarchisme, ne saurait être pour lui qu'un moyen pour atteindre son épanouissement, sans cesser pour autant de se développer..
    la pensée anarcho-droitiste, c'est l'individu révolté se dressant contre une société oppressive et aliénante, l'anarchiste de droite milite également pour le renouveau des principes aristocratiques. Contrairement à l'anarchiste individualiste, il ne lutte donc pas contre l'aliénation de la morale. Au contraire, il défend et applique des valeurs morales dans lesquelles il croit fermement (la justice, l'honneur, le devoir, etc.) envers et contre une société qui les nie ou les pervertit. Il oppose donc à la vanité humaine, à l'« imbécilité humaine », à sa « laideur », une hauteur d'esprit, un profond respect des valeurs morales -

    " Nous sommes loin de Trotsky !"


    Il y a 4 heures


  • Yanick Toutain
    ‎@Charles De Saint Paul
    Un plaidoyer digne d'argumentation contradictoire.
    Bonjour Charles de Saint-Paul, en réponse à votre dernier commentaire, et

    En préambule, sachez que 17 années dans des classes - en tant qu'instit face à des élèves de 6... à 16 ans (CP à CM2, FE1, 6° transition, 4° CPPN, 3° CPA) - ..... m'ont donné une FOI inébranlable en l'espèce humaine.
    J'ai lu quelque part qu'un auteur de science-fiction (peut-être était-ce Théodore Sturgeon) considérait les enfants comme les véritables êtres humains).
    La très regrettée Christiane Rochefort expliquait qu'un adulte, c'est un enfant qui s'est fait acheté.
    Pour notre part, nous considérons que les droits politiques, les droits civiques commencent à 7 ans. Le droit à désigner son délégué politique (qu'il soit enfant ou adulte) commence à partir de la capacité à lire.
    Lorsque les "enfants se réveilleront" pour paraphraser Peyrefitte*, le réveil des adultes, leur gueule de bois sera terrible : plus de 200 milliards de tonnes de carbone laissées au-dessus de la tête des générations futures par des égoïstes criminels écologiques, des stocks d'uranium enfouis par des égoistes irresponsables (dont ...l'innovois devenu sénile Alexandre Jardin dont j'écoutais sur RMC tout à l'heure le stupide plaidoyer pro-capitalisme...)
    Le réveil des adultes sera terrible... et nous aurons le plus grand mal à réclamer que le droit de vote sera préservé pour les .... plus de 30 ans.

    J'ai donc le plus profond mépris pour tous les "professeurs de morale". Ils sont ceux qui ont cajolé cette "génération maudite qui a trahit ses enfants"
    Lire, donc, vos propos sur les choix de l' "anarchiste de droite"
    ==

    Il oppose donc à la vanité humaine, à l'« imbécilité humaine », à sa « laideur », une hauteur d'esprit, un profond respect des valeurs morales -==

    .... ne peut que me laisser totalement dubitatif !
    Quelles sont donc ces "VALEURS MORALES" qui ont amené au gouvernement un hypocrite comme Luc Ferry. Le chaud partisan de la morale, du kantisme et des valeurs de .... préservation du capitalisme alimentaire.

    ==Wiki
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Luc_Ferry#Questions_de_soci.C3.A9t.C3.A9

    Dans L'homme-Dieu ou le sens de la vie, il décrit l'évolution des pensées, générée par la sécularisation de la société. Selon lui, les valeurs morales se substituent de plus en plus à la religion, et l'homme est de plus en plus guidé par l'éthique, fondée en grande partie sur les droits de l'homme. Or, celle-ci ne couvre pas autant de questions que la religion. Elle se résume davantage à définir des règles de vie en société, laissant ainsi un vide au sujet des questions existentielles, telles que le deuil, ou la question du sens de la vie. Les générations sécularisées trouvent souvent une réponse à ce vide dans les spiritualités d'Orient. Luc Ferry note ici la contradiction que recèle ce choix, car le bouddhisme donne à la vie une dimension dans laquelle la notion de sens disparait. Ainsi, il explique le besoin d'adopter une spiritualité laïque, qui propose de donner un sens à sa vie, tout en laissant le champ libre à la réflexion, au lieu des arguments d'autorité caractérisant les religions.
    ==
    Le tenancier-boutiquier du Temple des Valeurs Morales était celui qui traitait de "joueur de pipeau" celui qui prendra sa place en tant que Ministre de l'Education
    ==

    C'est du pipeau ! En vérité, (...) Il n'y a qu'une solution : réduire l'horaire élèves en supprimant des options et augmenter l'horaire profs ! J (Luc Ferry 3 avril 2006)
    http://revolisationactu.blogspot.com/2010/10/quand-luc-ferry-traitait-xavier-darcos.html
    ==
    Sa prétendue "morale" ne l'a pas amené sur la PREMIÈRE DES BARRICADES de résistance contre la RÉDUCTION CAPITALISTE du nombre de postes d'enseignants.

    Les partisans des MORALES REVELEES ne sont que les frères jumeaux des partisans des EXPLOITATIONS REVELEES, les frères d'arme des partisans des SPOLIATIONS ETERNELLES.

    L'esclavagiste secrétait une morale esclavagiste (pontifiante et guerrière). Le seigneur féodal abritait en son château l'enjoliveur des "trois ordres
    http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9odalit%C3%A9#cite_note-droitayvergne-34
    Les gangsters psychologiques de la prétendue morale chrétienne défendaient la "paix de Dieu"
    http://www.droit.u-clermont1.fr/?id=1120

    Il fallut aux capitalistes un Luther pour appeler au massacre des paysans égalitaristes
    ===

    Pourtant, continuellement considéré par les autorités comme responsable des événements de la guerre des paysans, il établit nettement, après l’assassinat de Weinsberg, ses distances par rapport aux insurgés en décembre 1524 dans sa Lettre aux princes de Saxe sur l'esprit séditieux et en janvier 1525 dans sa libelle Contre les prophètes célestes : « à nouveau, les hordes de paysans, en train de tuer et de piller, [...] il faut les pulvériser, les étrangler, les saigner, en secret et en public, dès qu’on le peut, comme on doit le faire avec des chiens fous ».
    ==
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Paysans_allemands
    Friedrich Engels nous en donnait les mobiles
    http://classiques.uqac.ca/classiques/Engels_friedrich/guerre_paysans_en_Allemagne/guerre_paysans_en_Allemagne.html
    http://www.marxists.org/francais/marx/works/1850/00/fe1850c.htm

    ==

    "Tant d'après leurs doctrines que d'après leur caractère et leur action, Luther et Münzer représentent totalement le parti que chacun d'eux dirigeait.

    De 1517 à 1525, Luther a connu exactement la même évolution que les constitutionalistes allemands modernes de 1848 à 1849 et que connaît chaque parti bourgeois qui, après avoir été un moment à la tête du mouvement, se voit dans ce mouvement lui-même débordé par le parti plébéien ou prolétarien qui le soutenait jusqu'alors. Lorsque, en 1517, Luther attaqua tout d'abord les dogmes et la constitution de l'Église catholique, son opposition n'avait pas encore de caractère bien déterminé. Sans dépasser les revendications de l'ancienne hérésie bourgeoise, elle n'exc...luait aucune tendance plus radicale et ne le pouvait d'ailleurs pas. Car il fallait unir tous les éléments d'opposition, déployer l'énergie la plus résolument révolutionnaire et représenter l'ensemble de l'hérésie antérieure en face de l'orthodoxie catholique. C'est précisément en ce sens que nos libéraux bourgeois étaient encore révolutionnaires en 1847, qu'ils se disaient socialistes et communistes et s'enthousiasmaient pour l'émancipation de la classe ouvrière. La forte nature paysanne de Luther se manifesta au cours de cette première période de son activité de la manière la plus impétueuse.

    « Si le déchaînement de leur furie devait continuer, écrivait-il en parlant des prêtres romains, il me semble qu'il n'y aurait certes meilleur moyen et remède pour le faire cesser que de voir les rois et les princes intervenir par la violence, attaquer cette engeance néfaste qui empoisonne le monde et mettre fin à leur entreprise par les armes et non par la parole. De même que nous châtions les voleurs par la corde, les assassins par l'épée, les hérétiques par le feu, pourquoi n'attaquons-nous pas plutôt ces néfastes professeurs de ruine, les papes, les cardinaux, les évêques et toute la horde de la Sodome romaine, avec toutes les armes dont nous disposons, et ne lavons-nous pas nos mains dans leur sang ?
  • Mais cette première ardeur révolutionnaire ne dura pas longtemps. La foudre que Luther avait lancée porta. Le peuple allemand tout entier se mit en mouvement. D'une part, les paysans et les plébéiens virent dans ses appels à la lutte contre les prêtres, dans ses prédications sur la liberté chrétienne le signal de l'insurrection de l'autre, les bourgeois modérés et une grande partie de la petite noblesse se rallièrent à lui, entraînant même avec eux un certain nombre de princes. Les uns crurent le moment venu de régler leurs comptes avec tous leurs oppresseurs les autres désiraient seulement mettre un terme à la toute-puissance des prêtres, à la dépendance vis-à-vis de Rome et de la hiérarchie catholique et s'enrichir grâce à la confiscation des biens de l'Église. Les partis se séparèrent et trouvèrent leur porte-parole. Luther eut à choisir entre ces partis. Protégé de l'électeur de Saxe, éminent professeur de l'université de Wittenberg, ayant acquis du jour au lendemain notoriété et puissance, entouré d'un cercle de créatures à sa dévotion et de flatteurs, ce grand homme n'hésita pas une minute. Il laissa tomber les éléments populaires du mouvement et rallia le parti de la noblesse, de la bourgeoisie et des princes. Les appels à la guerre d'extermination contre Rome s'éteignirent. Luther prêchait maintenant l'évolution pacifique et la résistance passive (voir par exemple l'appel à la noblesse allemande, 1520, etc.).
    ==
    le passage qui suit immédiatement est encore plus clair sur L'HYPOCRISIE INHERENTE à toute PRETENTION MORALISTE
    ==

    A l'invitation qui lui fut faite par Ulrich von Hutten de se rendre auprès de lui et de Sickingen, à Ebernbourg, centre de la conjuration de la noblesse contre le clergé et les princes, Luther répondit:

    « Je ne suis pas pour que l'on gagne la cause de l'Évangile par la violence et les effusions de sang. C'est par la parole que le monde a été vaincu, c'est par la parole que l'Église s'est maintenue, c'est par la parole qu'elle sera remise en état, et de même que l'Antéchrist s'en est emparé sans violence, il tombera aussi sans violence. »
    C'est du jour où la tendance de Luther prit cette tournure, ou plutôt se fixa de cette façon plus précise, que datent ces tractations autour des institutions et des dogmes à conserver ou à réformer, ce manège répugnant de diplomatie, de concessions, d'intrigues et d'accords, qui aboutit à la Confession d'Augsbourg, la constitution, enfin acquise au prix de marchandages de l'Église bourgeoise réformée. C'est exactement le même trafic sordide qui s'est répété récemment, et jusqu'à l'écoeurement, sous la forme politique dans les assemblées nationales allemandes, les assemblées d'entente, les chambres de révision et autres Parlements d'Erfurt. C'est au cours de ces négociations que se manifesta le plus ouvertement le caractère petit-bourgeois de la Réforme officielle.
    ==
    sautons les paragraphes qui suivent malgré leur grand intérêt jusqu'au
    ==

    "Comme par suite des conditions générales, sociales et politiques de l'époque, les résultats de toute transformation devaient nécessairement profiter aux princes, la Réforme bourgeoise devait tomber de plus en plus sous le contrôle des princes réformés, au fur et à mesure qu'elle se séparait plus nettement des éléments plébéiens et paysans. Luther lui-même devint de plus en plus leur valet, et le peuple savait très bien ce qu'il faisait, lorsqu'il l'accusait d'être devenu un courtisan comme les autres, et lorsqu'il le pourchassait comme à Orlamunde à coups de pierres."
    =
    Votre mépris des êtres humains, Charles s'il n'est pas relié avec leur degré de nocitvité avec les générations futures, les faibles, les pauvres... pourrait tout aussi bien vous entrainer (AU NOM D'UNE MORALE) à tenir des propos identiques à ceux de Luther que relate Engels :
    ==

    "« Le sage dit : Cibus, onus et virgam asino (*). Qu'on donne de la paille d'avoine aux paysans ils n'entendent point les paroles de Dieu, ils sont stupides c'est pourquoi il faut leur faire entendre le fouet, l'arquebuse et c'est bien fait pour eu. Prions pour eux qu'ils obéissent. Sinon, pas de pitié ! Faites parler les arquebuses, sinon ce sera bien pis. »"
    ==
    Engels, sagement, faisait le même reproche que celui que je vous fais en écrivant
    ==

    L'ane a besoin de nourriture, fardeau et fouet.

    C'est exactement ainsi que parlèrent nos ci-devant bourgeois socialistes et philanthropes lorsque le prolétariat, au lendemain des journées de mars, vint réclamer sa part des fruits de la victoire.
    ==
    Pour ma part, et ce sera la conclusion provisoire de ce texte, il y a longtemps que j'ai abandonné la morale.
    Je peux même vous en donner la date.
    Je suis entré en classe de 4° en 1966. J'avais 12 ans et demie.
    Si l'on admet le fait que l'étude d'Antigone eut lieu après janvier, c'est donc à l'âge de 13 ans que j'ai fait pour la première fois de ma vie ET POUR TOUT LE RESTE DE MA VIE .... la différence entre les LOIS ECRITES et les LOIS NON ECRITES.
    Antigone, dans la pièce de Sophocle voulait désobéir à la loi écrite par le dictateur Créon. Elle voulut enterrer le corps de son frère mort quand la loi exigeait qu'il fut laisser aux vautours.
    Mais de cette étape privilégiant les "lois éternelles", et donc les lois "éthiques" contre les lois "morales" de la société du temps... je ne m'en suis pas contenté.
    L'ouvrage "Leur Morale et la Notre" de Léon Trotsky fut une autre étape nourrissant ma pensée.
    Mais, et ce sera l'objet d'un autre texte, c'est maintenant la PRODUCTIVITÉ HISTORIQUE qui a pris la place même de cette éthique.

    à propos de la Chine
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Peyrefitte#La_.C2.AB_travers.C3.A9e_du_d.C3.A9sert_.C2.BB
    "Quand la jeunesse s'éveillera... le monde tremblera !!!!"
    * pontifiante
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pontifex_maximus
    Afficher la suite

    il y a environ une minute
    La blague se situe dans le fait que les charlataniries que dénoncait Goscinny dans son "Le Devin" avaient précédé, en tant que techniques pontifiantes les techniques pontifiantes du Grand Escroc du Vatican.
=

NOTES
Voici les échanges qui ont précédé ce qui est relaté ci-dessus.
=
  • Yanick Toutain
    ‎@Cesare Piccolo .... qui se garde bien de répondre aux arguments que je pose l'un après l'autre....

    ... Que les choses soient bien claires...
    +++++++++++++
    TOUT individu sur Terre qui CONSOMME plus que 1000 euros par mois a besoin d' (au moins) un État contrôlé par UNE ou plusieurs CLASSES EXPLOITEUSES (spoliatrices) pour lui ASSURER sa PART de vol. Vol au détriment de ceux qui ont MOINS que le PIB moyen mondial.
    +++++++++++++
    Qu'il puisse exister des PUBLIPHOBES EXPLOITEURS... je n'en nierai pas l'"éventualité ni la possibilité ni même la réalité...,

    Que ces publiphobes exploiteurs (qui consomment plus que 1000* euros par mois) ou que leurs amis qui consommeraient MOINS que 1000 euros tout en réclamant d'en GAGNER PLUS .... puissent
    - bomber sur des publicités ou déboulonner ce qui leur chantent
    ou
    - cracher au visage de policiers...
    ou encore
    - démonter les roues des véhicules de police en stationnement
    ou encore
    - faire des balades nocturnes autour des caténaires de la SNCF.... en entretenant le culte d'un ..... DIRIGEANT STALINIEN....

    .... ils seront APPELÉS "PETITS LARBINS DU CAPITALISME" dans la mesure où EN DERNIER RECOURS ils appelleront à l'AIDE cet État capitaliste quand les PAUVRES DE LA PLANÈTE mettront en marche LE GRAND PARTAGE MONDIAL !!!

    Et vos propos - qui se veulent stupides - ne masquent pas le fait que vous êtes (secrètement) atteint de pathologie consumériste en tentant de masquer VOTRE REFUS ACHARNE du SALAIRE UNIQUE MONDIAL !

    Les HYPOCRITES de la DÉCROISSANCE sont ATTEINTS du même symptôme que vous.... ILS VEULENT (disent-ils) FAIRE ""DÉCROITRE" .... mais REFUSENT 1000 euros pour TOUS LES TERRIENS !

    NOTES : LE PIB consommable avoisine 600 euros par mois. On considérera que la victoire de la révolution égalitariste boostera le volume disponible pour les Pauvres.

    Il y a 23 heures

  • Yanick Toutain
    ‎@Charles De Saint Paul
    Bonjour
    Comme j'ignore la part d'humour et ce que nous partageons comme valeurs.... avant qu'on - peut-être - se fâche ... une remarque et une question
    1° remarque : votre photo est SPLENDIDE (on la trouve en grand form...at pour ceux qui voudraient en apprécier la lumière)
    L'ORIGINE DU JOUR

    2° Une question : accepteriez-vous DÉFINITIVEMENT : 1000 euros par mois (+ 300 pour INVESTIR)

    La vidéo, je l'avais téléchargée hier soir .... pas encore regardée hors connexion...
     

    Il y a 22 heures

  • Charles De Saint Paul http://www.youtube.com/watch?v=Tw9NjBdrkKo

    1000 euro/mois ! le pied moi qui vit avec moins !

    Il y a 22 heures ·

  • Yanick Toutain
    Charles De Saint Paul
    1000 euro/mois ! le pied moi qui vit avec moins !
    Tout baigne
    Un égalitariste de plus... !

    ...Une très très belle chanson..
    Avec un très joli clip sans nom d'auteur

    http://www.youtube.com/watch?v=Tw9NjBdrkKo


    LA VIE S'ECOULE,
    LA VIE S'ENFUIT

    La vie s'écoule, la vie s'enfuit
    Les jours défilent au pas de l'ennui
    Parti des rouges, parti des gris
    Nos révolutions sont trahies

    Le travail tue, le travail paie
    Le temps s'achète au supermarché
    Le temps payé ne revient plus
    La jeunesse meurt de temps perdu

    Les yeux faits pour l'amour d'aimer
    Sont le reflet d'un monde d'objets.
    Sans rêve et sans réalité
    Aux images nous sommes condamnés

    Les fusillés, les affamés
    Viennent vers nous du fond du passé
    Rien n'a changé mais tout commence
    Et va mûrir dans la violence

    Brûlez, repaires de curés,
    Nids de marchands, de policiers
    Au vent qui sème la tempête
    Se récoltent les jours de fête

    Les fusils sur nous dirigés
    Contre les chefs vont se retourner
    Plus de dirigeants, plus d'État
    Pour profiter de nos combats

    Paroles de Raoul Vaneigem
    Musique de Francis Lemonnier
    http://jeuneslibertaires.free.fr/MATERIEL/brochure/chants%20anarchistes/LA%20VIE%20S%27ECOULE.htm

    Il y a 14 heures ·

  • Yanick Toutain
    ‎@Charles De Saint Paul

    Mais oui, c'est bien le même !!!
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Raoul_Vaneigem
    On trouve le texte complet ici
    ...http://arikel.free.fr/aides/vaneigem/
    RAOUL VANEIGEM

    Traité de savoir-vivre à l'usage
    des jeunes générations (1967)
    =
    Introduction

    Ce qu'il y a de vécu dans ce livre, je n'ai pas l'intention de le rendre sensible à des lecteurs qui ne s'apprêtent en toute conscience à le revivre. J'attends qu'il se perde et se retrouve dans un mouvement général des esprits, comme je me flatte que les conditions présentes s'effaceront de la mémoire des hommes.

    Le monde est à refaire : tous les spécialistes de son reconditionnement ne l'empêcheront pas. De ceux-là, que je ne veux pas comprendre, mieux vaut n'être pas compris.

    Pour les autres, je sollicite leur bieveillance avec une humilité qui ne leur échappera pas. J'aurais souhaité qu'un tel livre fût accessible aux têtes les moins rompues au jargon des idées. J'espère n'avoir échoué qu'au second degré. De ce chaos sortiront quelque jour des formules qui tireront à bout portant sur nos ennemis. Entre-temps, que la phrase à relire fasse son chemin. La voie vers la simplicité est la plus complexe et, ici particulièrement, il était utile ne pas arracher aux banalités les multiples racines qui permettront de les transplanter dans un autre terrain, de les cultiver à notre profit.

    Jamais je n'ai prétendu révéler du neuf, lancer de l'inédit sur le marché de la culture. Une infime correction de l'essentiel importe plus que cent innovations accessoires. Seul est nouveau le sens du courant qui charrie les banalités.

    Depuis le temps qu'il y a des hommes, et qui lisent Lautréamont, tout est dit et peu sont venus pour en tirer profit. Parce que nos connaissances sont en soi banales, elles ne peuvent profiter qu'aux esprits qui ne le sont pas.

    Le monde moderne doit apprendre ce qu'il sait déjà, devenir ce qu'il est, à travers une immense conjuration d'obstacles, par la pratique. On n'échappe à la banalité qu'en la manipulant, en la dominant, en la plongeant dans le rêve, en la livrant au bon plaisir de la subjectivité. J'ai fait la part belle à la volonté subjective, mais que personne ne m'en fasse grief avant d'avoir estimé tout de bon ce que peuvent, en faveur de la subjectivité, les conditions objectives que le monde réalise chaque jour. Tout part de la subjectivité et rien ne s'y arrête. Aujourd'hui moins que jamais.

    La lutte du subjectif et de ce qui le corrompt élargit désormais les limites de la vieille lutte des classes. Elle la renouvelle et l'aiguise. Le parti pris de la vie est un parti pris politique. Nous ne voulons pas d'un monde où la garantie de ne pas mourir de faim s'échange contre le risque de mourir d'ennui.

    L'homme de la survie, c'est l'homme émietté dans les mécanismes du pouvoir hiérarchisé, dans une combinaison d'interférences, dans un chaos de techniques oppressives qui n'attend pour s'ordonner que la patiente programmation des penseurs programmés.

    L'homme de la survie, c'est aussi l'homme unitaire, l'homme du refus global. Il ne se passe un instant sans que chacun de nous ne vive contradictoirement, et à tous les degrés de la réalité, le conflit de l'oppression et de la liberté ; sans qu'il ne soit bizarrement déformé et comme saisi en même temps selon deux perspectives antagonistes : la perspective du pouvoir et la perspective du dépassement. Consacrées à l'analyse de l'une et l'autre, les deux parties qui composent le Traité de savoir-vivre mériteraient donc d'être abordées non successivement, comme l'exige la lecture, mais simultanément, la description du négatif fondant le projet positif et le projet positif confirmant la négativité. Le meilleur ordre d'un livre, c'est de n'en avoir pas, afin que le lecteur y découvre le sien.

    Ce qu'il y a de manqué dans l'écriture reflète aussi le manque chez le lecteur, en tant que lecteur et plus encore en tant qu'homme. Si la part d'ennui à l'écrire transparaît dans une certaine part d'ennui à le lire, ce ne sera là qu'un argument de plus pour dénoncer le manque à vivre. Pour le reste, que la gravité du temps excuse la gravité du ton. La légèreté est toujours en deçà ou au-delà des mots. L'ironie, ici, consiste à ne l'oublier jamais.

    Le Traité de savoir-vivre entre dans un courant d'agitation dont on n'a pas fini d'entendre parler. Ce qu'il expose est une simple contribution parmi d'autres à la réédification du mouvement révolutionnaire international. Son importance ne devrait échapper à personne, car personne, avec le temps, n'échappera à ses conclusions.

    ==

    ... depuis le temps que je me dis qu'il faudrait que je lui écrive un jour....
    ... bon, je ferai .... à cause de vous.... une lettre ouverte à ...

    Il y a 14 heures

  • Yanick Toutain
    ‎@Charles De Saint Paul
    http://www.youtube.com/watch?v=ouaytC9njFU&NR=1
    Ce "SANS LA NOMMER" est d'autant plus "drôle" que , concernant cette "REVOLUTION PERMANENTE" qui fut conceptuellement développée par Trotsky et Parvu Helphand (après que... Marx en ait posé le socle...) je me considère pour ce concept comme le PLUS FIDELE ( et l'unique ?) HERITIER de Trotsky

    C'est ce concept qui me permet de PREVOIR TROIS REVOLUTIONS SOCIALES ENCHEVETREES
    L'une déchirera les actions
    La seconde les diplômes
    La troisième les droits d'auteur (le fructus)

    (avec le même concept, Trotsky avait, en 1905) prévu que la révolution anti-féodale serait enchevétrée avec la révolution anti-capitaliste....)

    Au fait Charles de Saint Paul, acceptez-vous d'abolir les droits d'auteur? Etes-vous partisan d'une révolution ANTI-INNOVOISE contre la bourgeOISIE de l'iNNOVation, contre l'INNOVOISIE ?

    Il y a 14 heures ·

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire