Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 30 novembre 2010

Michael Boukobza - Bazooka-cost-killer du journal Le Monde - ou un exemple de fonctionnement micro-économique dans une société libérale-égalitariste (le post capitalisme aura aussi des Michael Boukobza)

Je poste un commentaire sous un article de rue 89
A la une

« Bazooka », le « cost killer » qui secoue la rédaction du Monde


Portrait de Yanick Toutain
Humain sur Terre | 16H32 | 30/11/2010 | Permalien
Je partage tout à fait l'ironie du commentaire de jck
"C'est clair, si nos journalistes n'ont plus de voiture avec chauffeur, c'est notre liberté à tous qui est menacée"
... il suffit de s'interroger sur le fonctionnement d'un journal tel que Le Monde après une révolution libérale-égalitariste pour comprendre qu'un tel « Bazooka », qu'un "cost-killers" comme Michael Boukobza pourrait tout autant exister.
Des scandales comme cet usage privé de matériel social cesseraient immédiatement.
==
. Le 21 novembre, le Journal du dimanche écrivait :
« En mettant leur nez dans les comptes, les trois acheteurs du Monde ont découvert que le groupe mettait à disposition de ses directeurs 46 voitures de fonction, certaines avec chauffeur.
Première décision : toutes les voitures devront être rendues lundi matin. »
« Le chiffre est erroné. Selon nos calculs, il y a 39 voitures au Monde, dont 17 qui servent aux commerciaux et 5 dites de service, qui sont utiles aux tâches de l'entreprise », précise Gilles Van Kote.
==
Rappelons les règles de base de fonctionnement d'une telle société :
1° les élections sont supprimées
2° Les délégués révocables ont pris leur place. Mais n'ont plus la clé du coffre.
3° Les Bourses, les banques, le crédit, n'existent plus. C'est le citoyen qui investi 300 euros par mois. Sans dividende, sans profit. Y compris pour le capital circulant.
4° Toutes les entreprises, associations ont le même modèle de fonctionnement de base : un groupe formé de 1 à X personnes dirige selon les règles formée librement dès la création.
On aurait donc Le Monde réduit à une "Société des rédacteurs" qui aurait tous les pouvoirs...
==
Le groupe est contrôlé par la holding Le Monde partenaires et associés (LMPA), elle-même détenue :

* à 52 % par des actionnaires internes (Société des rédacteurs du Monde, Société civile des personnels des PVC, Association Hubert Beuve-Méry, etc.) ; (Wikipédia)
==
... mais ce ne serait, formellement, plus de l'ACTIONNARIAT -il aura été ABOLI.
Ce sera un groupe dirigeant. Par cooptation ou toute autre forme décidée publiquement.
===
MAIS, dans ce système post capitaliste :
1° Tous les journalistes (égalitarisme) n'ont QUE 1000 EUROS PAR MOIS comme salaire pour leur consommation
2° L'investissement étant citoyen, il faut - pour payer le papier, pour payer l'encre, pour payer le courant, l'eau etc.... pour payer l'essence des véhicules... que , sur leurs 300 euros, un nombre suffisant de citoyens investisseurs acceptent de FINANCER quotidiennement ce capital circulant.
En cas d'abus de biens sociaux (ce qui est manifeste dans l'énumération de ce que Bazooka a relevé).... , en cas d'usage privatif de ce qui est collectif.... la sanction serait immédiate...
D'autant plus que la TOTALITÉ DES INVESTISSEMENTS est publique et affichée en ligne.
Si Eric Fottorino veut faire financer sur la "carte bleue" du Monde un note de repas .... cela APPARAITRA AUSSITÔT sur le site financier du Monde.
On peut donc parfaitement imaginer - dans cette société libérale égalitariste - un Michael Boukobza (qui n'aurait comme salaire mensuel que 1000 euros !) venir procéder à une analyse de coûts.
Mais pas envoyé par des actionnaires .... il n'y en aurait plus !
Ce serait, par exemple un groupe "politico-économique" de 10000 citoyens investisseurs qui accepteraient de financer ce journal à la condition qu'il y ait une ENQUÊTE CITOYENNE qui viendrait procéder à une investigation quant au fonctionnement du journal.
Le groupe responsable accepterait ou n'accepterait pas.
Mais un refus de sa part fragiliserait la RÉPUTATION du journal et aurait comme inconvénient de DISSUADER d'autres CITOYENS-INVESTISSEURS de continuer à fournir du capital circulant ou fixe à ce journal.
Précisons ici que la totalité des chiffres d'affaire de la totalité des entreprises-associations devront ÊTRE REVERSES dans l'ordinateur central.
C'est une évidence car dans la cas contraire, cela redonnerait le contrôle de l'investissement à un groupe privé ou encore permettrait le retour du salariat qualifié...
La fonction globale de Michael Boukobza est donc (si l'on laisse de côté sa pathologie consumériste et le volume de salaire colonialiste qu'il s'octroie par ailleurs) socialement utile.
Quant à sa "productivité historique" elle sera déterminée principalement par la qualité du journal... Mais c'est une autre histoire...
... Ce journal étant payant en ligne ..... je ne peux JAMAIS le lire !!!!


http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie-Le_Monde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire