Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

dimanche 26 décembre 2010

Julien Coupat est un raciste et pseudo-Arille un menteur stalino-fasciste. (Déçus par le Père Noël Bernard Langlois, un coupatiste vide sa bile le jour de Noël sur Monsyte)

Hier, 25 décembre, un néo-bab coupatiste désoeuvré, ne trouvant rien d'autre à faire que de parcourir les (rares) blogs des ennemis de sa classe sociale, découvrit le blog Monsyte et le texte du

dimanche 7 décembre 2008

Julien Coupat est un raciste.


Ce 25 décembre, il fit donc l'effort de se construire un compte Google anonyme. Et pris le nom de "Arille".
Pseudo-Arille s'offrit alors SON cadeau de Noël et écrivit sur Monsyte le commentaire qui suit.


arille a dit… samedi 25 décembre 2010 17:44
Vous vous acharnez sur un homme qui a dit ne pas être l'auteur du livre que vous commentez longuement. Entraînés par votre élan morbide vous traitez cet homme de menteur de raciste et même de crétin.

Vous êtes complètement à côté de la plaque et malfaisants.


Mais, comme tous les enfants pas sages de la classe formoise, comme tous les héritiers du petit Henrique jeune esclavagiste, pseudo-Arille recevra, en cadeau, non pas les présents formois attendues, mais une suite de missiles conceptuels et factuels lui remettant en place sa pathologie consumériste et son apologie d'un raciste non amendé.
Ouvrant ma BAL le 26 (les wifi gratos sont inaccessibles les jours de fêtes), je déposai un rapide commentaire factuel.

Yanick Toutain a dit…
Je ne répondrai pas à l'anonyme pseudo-Arille qui vient de créer un compte anonyme sur Google pour débiter ses insultes (anonymement) et ses mensonges (tout autant anonymement). On reconnait bien ici les mensonges de type stalino-fasciste de la claase sociale dont Julien Coupat - le haut formois - est l'un des hérauts, l'un des héros. Le malfaisant c'est celui qui ose écrire "On trouve parmi les inculpés toutes sortes de profils que n’unifie guère que la haine de la société existante, et non l’appartenance de classe, de RACE ou de quartier" [ majuscules : NdYT] C'est celui qui alimente le poison raciste. Mais pseudo-Arille, le sycophante stalino-fasciste anonyme se contrefiche du combat contre le racisme ! Le MALFAISANT, c'est celui qui ose écrire ""Il y a beaucoup plus de cultures humaines que de races humaines," Le MALFAISANT, c'est celui qui ose écrire ""Il imagine un mariage collectif, une cérémonie de masse où les deux races se rejoignent devant l'Histoire, un nuit de noces, avec des milliers de couples s'unissant dans la tiédeur de la nuit de Suse" Alexandre et les Iraniennes (p. 60)" mais, je ne vais par recopier ligne à ligne cet article sur lequel le néo-stalinien passé à l'école Bensaid crache. Que le premier étron soit de Julien Coupat, que le second soit de Claude Lévi-Strauss et que le troisième soit de Pierre Miquel, le prétendu "défenseur" de Julien Coupat s'en contrefiche. D'ailleurs, les guillemets de "défenseur" se justifie par une chose simple : entretenir quelqu'un dans sa PATHOLOGIE RACISTE sans tenter de l'en guérir n'est PAS rendre un service. C'est le contraire. Pseudo-Arille aggrave donc la folie raciste de Julien Coupat, au lieu de lui demander, d'EXIGER de retirer ce passage. De la même faon que Eric Hazan, en publiant un pareil immondice ne fait que révéler son propre raciste de formois mangeur de miettes coloniales. Les habitants des quartiers sont enfants d'Adam et Eve, Africains, Terriens, Humains. Nous SOMMES la RACE HUMAINE. Nous sommes tous des ROSES. Quant à la farce de non écriture de cette ouvrage stupidement formois qu'est "L'insurrection* qui vient", l'imbécile ignare pseudo-Arille méconnait l'AVEU EN PUBLIC du propre PERE de Julien Coupat.
Yanick Toutain a dit…
Quand on veut défendre quelqu'un, il faut, comme en science, pertinence et cohérence. Et la pertinence commence par le recherche documentaire. Mais, sans doute, pseudo-Arille, comme les laborantins du stalinisme des années 30, craint-il la vérité, les faits, comme la lumière est crainte par les vampires. Pour travailler aux laboratoires de la France à fric - car telle est la fonction objective d'un tel commentaire quand la Cote d'Ivoire est attaquée par les colonialistes, il est indispensable de BRIDER SON INTELLIGENCE dans les limites tolérables par les agents secrets du "salaire à 50 euros". Cela s'appelle "devenir un crétin". Il faut devenir un crétin pour, en ce 26 décembre 2010, avoir une autre priorité que de prendre connaissance de ce qui entoure l'agression coloniale contre Laurent Gbagbo. Mais ce crétin anonyme de pseudo-Arille se réjouit sans doute de l'agression ONUCI contre la CI. Cela permettra de conforter l'importation de plus-value coloniale destinée aux projets immobiliers de la clique néo-bab de Julien Coupat. Sans doute la collecte de Politis a-t-elle été insuffisamment pourvue par la haute formoisie réformiste ! L'appel au boycott du - sage - militant libertaire contre cette nouvelle farce a donné des boutons à pseudo-Arille et fait apparaitre des plaques néo-staliniennes. L'égalitarisme vaincra contre cette stupide classe exploiteuse salariée qu'est la formoisie. Nous démasquerons - un par an - tous ces agents anonymes. C'est l'appel que je lance pour le cracheur néo-stal. Il est ECRIT EN GRAS : "Ce blog n'autorise pas les commentaires anonymes." Pseudo-Arille apprendra donc à LIRE !


NOTES
Le titre n'est pas "La révolution qui vient" comme je l'ai écrit par erreur sur le commentaire. Mais "L'insurrection qui vient".
Un lapsus révélateur de ce que je suis : un partisan de l'action des LARGES MASSES.

A l'encontre de ces clowns substitutistes de la formoisie.
Le livre de Coupat est téléchargeable gratos (il y UNE chose positive chez ces gens-là)

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/33/43/88/l-insurrection-qui-vient.pdf

Bernard Langlois écrivait le 11 décembre
samedi 11 décembre 2010 à 10:49

Les terroristes de Tarnac …

… écrivent au Père Noël !
Les terroristes de Tarnac, en Corrèze vous vous souvenez ? Julien Coupat et ses amis ? Ceux-là qui s’amusaient, selon la police et son ministre de l’époque (Mme Mam), à poser des bidules en ferraille, par des nuits sans lune, sur les caténaires des trains pour les faire dérailler, salopards, va !
Eh bien, ils viennent de m’écrire, comme à beaucoup d’autres qui leur avaient apporté leur soutien lors de cette épreuve ridicule, qui n’ a pas encore trouvé son épilogue (la justice traînaille, pas pressée de reconnaître le vide du dossier.)
Ils m’écrivent pour me dire ceci, que je vous retransmets intégralement en vous conviant, comme je le fais moi-même, à donner à ce courrier la suite que vous dictent vos convictions et que vos moyens vous permettent.
Après tout, à Noël, on n’est pas obligé de claquer tout ses sous en boustifaille et en cadeaux idiots …

extrait de la demande au Père Noël Langlois

"Nous imaginions des communes qui se répartissent les cultures élémentaires et se partagent, lors de fêtes mémorables, les récoltes selon leurs besoins ; des garages collectifs, des camions sillonnant le plateau pour apporter à ceux qui ne peuvent se déplacer le ravitaillement nécessaire ; des discussions de bar plus pointues qu’un séminaire à la fac ; une laiterie commune qui fournirait à tous le lait à prix coûtant, bref : tout un territoire qui s’affranchit peu à peu du recours à l’argent, à la police, à l’Etat.
(...)
Non seulement l’opération n’a pas rencontré le succès escompté, mais elle a eu l’effet exactement inverse. La solidarité qui s’est exprimée ici a dépassé tout espoir raisonnable. Grâce au soutien de tant d’inconnus aux quatre coins de la France et du monde, grâce à votre soutien donc, nous avons pu traverser l’épreuve qui devait nous pulvériser.
(...)
Le bar-épicerie est toujours là. La ferme du Goutailloux voit paisiblement croître son troupeau et ses cultures communes. Une assemblée populaire a même vu le jour sur le plateau afin d’intervenir et d’appuyer le dernier mouvement contre la réforme des retraites ; et elle est intervenue.
A présent, nous nous lançons dans l’installation d’une scierie et d’un atelier bois afin de construire des habitats à bas coût pour qui vient repeupler le plateau. A compter du printemps, nous voulons entreprendre de transformer le bâtiment principal du Goutailloux en grand lieu ouvert à l’organisation de toutes sortes de rencontres. Et dans le courant 2012, nous comptons faire l’acquisition d’un bâtiment dans le centre du bourg pour le transformer en maison de soin accessible à tous.
Or, si nous disposons de stocks d’énergie et de bonne volonté, il nous manque 35 000 € pour achever la scierie et l’atelier bois et 55 000 € pour la réfection du bâtiment principal de la ferme. Si nous voulons continuer à aller de l’avant, nous devons donc réunir d’ici fin janvier 90 000 €.
Pour la maison de soin, qui réclamera 90 000 € supplémentaires, nous avons plus de temps."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire