Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 7 décembre 2010

La SOCAPALM de l'esclavagiste Vincent Crassus Bolloré sous les projecteurs de RUE89 et des associations pour la vérité.

Rue89-Eco89 consacre un dossier complet sur le corrupteur de Nicalas Sarkozy

Socapalm au Cameroun, l'épine du groupe Bolloré

Par David Servenay | Rue89 | 07/12/2010 | 08H52

Spoliation, pollution et « climat de terreur » : l'édifiante enquête associative sur la plantation de palmiers.

Après les enquêtes journalistiques, un collectif d'associations dévoile trois ans d'enquête sur la Socapalm, la plus importante plantation de palmiers du Cameroun. Une société, contrôlée par les groupe Bolloré et Fabri, aux pratiques sociales et environnementales contestées. Rue89 a lu le dossier.
Quatre associations ont regroupé leurs forces pour enquêter sur les pratiques de la Socapalm :
  • deux au Cameroun, le Centre pour le développement et l'environnement (CED) et la Fondation camerounaise d'actions rationalisées et de formation sur l'environnement (Focarfe) ;
  • une en France, l'association Sherpa ;
  • une en Allemagne, Misereor.
Socapalm fait l'objet d'un montage financier complexe. Les bénéfices de l'exploitation d'huile de palme sont rapatriés vers deux holdings luxembourgeoises, afin de payer moins d'impôts sur les sociétés. (Voir l'organigramme tiré de l'enquête, cliquer pour agrandir dans un nouvel onglet ou une nouvelle fenêtre)
=
On y apprend (a confirmation que)

Un petit empire de l'huile de palme

Pour les néophytes, la Société camerounaise de palmeraies, c'est :
  • 78 529 hectares de surface concédée (près de 110 000 terrains de football) ;
  • 25 998 hectares de surface exploitée (36 000 terrains de foot) ;
  • 18 265 hectares de plantations villageoises encadrées (25 000 terrains de foot).
Avec ses cinq plantations, la Socapalm a une capacité de production de 132 tonnes/heure, grâce à laquelle elle pèse pour 42% du marché de l'huile brute.
Dans sa note d'information pour son introduction à la Bourse de Douala, début 2009, la société fait état de :
  • 1 314 salariés (dont 603 ouvriers et 83 manœuvres) ;
  • 2 338 « planteurs privés (sous-traitants) » qui livrent leur production à la société ;
  • 2 500 à 3 000 ouvriers employés par des sous-traitants pour la récolte et le transport des régimes.
Plus de 30 000 personnes « dépendent directement de l'entreprise », dont 15 000 vivent dans les vingt villages répartis dans les plantations. Bref, un petit empire de la palme.



Je dépose deux chansons que j'ai écrite sur ce bourreau de l'Humanité.
== LES ESCLAVES DE BOLLORÉ




Portrait de Yanick Toutain



Humain sur Terre | 17H06 | 07/12/2010 | Permalien




ils se sont échappés
ils voulaient des salaires décents
ils se sont évadés
ils sont devenus des immigrants
ils ne sont pas restés
avec les syndicalistes
pas de grève à Kienké
avec Michel Agbor qui résiste
ils se sont échappés
ils voulaient des salaires décents
ils se sont évadés
ils sont devenus des immigrants
plus d'électricité
en pure vengeance
le patron l'a coupé
il voulait l'obéissance
====
9000 hectares de Socapalm
appartiennent à Socfinal
lourds régime de noix de palme
en belgique le patron final
propriétaire famille Fabri
40 pour cent à Bolloré
le grand ami de Sarkozy
bateau avion on peut l'acheter
====
ils ne se sont pas échappés
ils veulent des salaires décents
ils se sont pas évadés
ils ne sont pas devenus des immigrants
les larbins de Bolloré
ont menacé leur leader
"si tu continues on va te tuer"
menaces contre Michel Agbor
Les représentants des autorités
ont arrêté le syndicaliste
les esclaves ne doivent pas protester
pour les larbins sarkozystes
====
10 000 planteurs 50 euros
ça fait pas cher à leur verser
les assassins sont un cadeau
pour les esclaves de Bolloré
====
ils ne se sont pas échappés
ils voulaient des salaires décents
ils ne se sont pas évadés
ils ne sont pas devenus des immigrants
les larbins de Bolloré
ont menacé leur leader
"si tu continues on va te tuer"
menaces contre Michel Agbor
nous on sait qu'on va les extrader
pour répondre de tous ces morts
ça leur pend au bout du nez
au corrompu et au corrupteur (bis)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire