Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 7 janvier 2015

Crimes à Charlie Hebdo : En 2012 un ambassadeur de Tunisie Mezri Haddad nous avertissait : "Le Qatar investit dans les banlieues : une tactique pour étendre le néo-wahhabisme"


présentation Yanick Toutain
Revactu
7/1/15

LIRE AUSSI

MERCREDI 7 JANVIER 2015


Les pantins islamofascistes tuent ! Après les 82 morts de Aguel Hoc au Mali, c'est Charlie Hebdo qui est victime ! 12 morts dont Charb et Cabu

Cabu l'auteur de ce dessin vient d'être assassiné
par des miliciens islamofascistes en compagnie de Charb
 et de 10 autres personnes au siège du journal Charlie Hebdo

Après l'assassinat de Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Bernard Maris et 7 autres personnes dans les locaux de Charlie Hebdo, les débatteurs de Facebook sont parfois désorientés.
Je répondais ceci tout à l'heure
Vous parlez de ceux qui sont au pouvoir en Occident ?Ce sont EUX qui sont DERRIERE LA TOTALITE des GROUPES ISLAMOFASCISTESAl Husseini fut NOMME par la GRANDE BRETAGNE GRAND MUFTI de Jérusalem et devint HITLERIEN ensuiteLes FRERES MUSULMANS étaient les PANTINS DES USA contre NASSER HAMAS fut FINANCE par SHIN BETH SIONISTEFIS GIA fut financé par la SECURITE MILITAIRE ALGERIENNE BEN LADEN PUIS LES TALIBANS FURENT FINANCES PAR LE GOUVERNEMENT DES USAANSAR EDDINE FINANCE PAR LE QATAR ET PAR HOLLANDE
UN JOUR ON SAURA QUI A ENVOYE CES DEUX CINGLES ATTAQUER CHARLIE HEBDO !!Mais il est SUR ET CERTAIN que la propagande islamofasciste en France a été VOULUE et ORGANISEE par SARKOZY ET HOLLANDE

LIRE AUSSI

Mezri Haddad, ou le dilemme du savant et du politique | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique 




Le Qatar investit dans les banlieues : une tactique pour étendre le néo-wahhabisme



120 réactions | 17514 lu
Temps de lecture Temps de lecture : 4 minutes

LE PLUS. Après avoir racheté le PSG, c'est dans les banlieues françaises que le Qatar va investir. Que faut-il en penser ? Pour Mezri Haddad, philosophe et ancien ambassadeur tunisien, il faut aller au-delà des pures questions économiques et s'interroger sur l'influence religieuse des Qataris.

Édité par Louise Pothier  Auteur parrainé par Laurent Joffrin






L'Emir du Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani, rencontre François Hollande pour parler de la Syrie. Le 22/08/12 à Paris (K. TRIBOUILLARD/AFP)

L'Emir du Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani, rencontre François Hollande. Le 22/08/12 à Paris (K. TRIBOUILLARD/AFP)

Sous couvert de globalisation, le gouvernement Sarkozy a octroyé au Qatar des avantages comme aucun autre gouvernement auparavant. Il ne s’agit pas seulement de l’achat du PSG, ou d’investissements dans des secteurs plus stratégiques. Il s’agit surtout de la loi exonérant les Qataris d’impôts sur les plus-values immobilières.

La gauche, héritière d'un projet nauséabond

En cela, les vierges effarouchées de l’UMP, qui critiquent l’altruisme qatari dans les banlieues, font preuve d’une amnésie bien étonnante. Rétablis de leur trouble olfactif, ils découvrent subitement que l’argent peut avoir une odeur. La gauche n’est pas à l’origine de ce projet qui affecte la souveraineté même de la France, mais elle en est l’héritière.

C’est en effet dans l’euphorie révolutionnaire que le Qatar, acteur majeur du printemps arabe, par sa télévision subversive et par sa diplomatie du méga-chèque, s’est cru suffisamment fort pour passer à un degré supérieur dans son amour pour la France. Mais l’achat d’un club de foot n’est pas de la même nature qu’un projet intrinsèquement communautariste. Là où un patron de club attend de sa vedette de marquer des buts contre l’adversaire, un émirat féodal et théocratique peut attendre de son frère en religion de marquer des points contre la laïcité.

C’est par l’achat des cœurs que commence l’asservissement des esprits. Derrière cet intérêt pour les banlieues, il y a une tactique graduelle pour asseoir l’influence néo-wahhabite sur l’islam français. Et derrière cette tactique, une stratégie d’agir à long terme sur la politique française. Les bédouins n’ont pas besoin d’assimiler le trotskysme pour pratiquer l’entrisme. 

Le concept de Taqiya (dissimulation) suffit largement. Pour décrypter cette stratégie, il faut bien écouter les homélies de Qaradawi, guide spirituel de l’émirat bédouin, qui est pour le cheikh Hamad ce que Voltaire fut pour Catherine II. À chaque civilisation ses Lumières ! Cette stratégie devient intelligible si on la soumet à la casuistique islamique du dahîr (visible) et du bâtin (occulte). Le visible, c’est le pragmatisme économique, c’est l’amitié franco-qatarie, c’est l’incarnation d’un islam tolérant et l’appel au dialogue des religions. L’occulte, c’est le prosélytisme islamiste, c’est porter la voix d’Allah en terre impie, c’est distiller la haine contre les chrétiens et les juifs, c’est "sacrifier sa vie, sa progéniture et son argent pour le triomphe de l’islam", selon un hadith dont seuls les intégristes reconnaissent l’authenticité.

Un message sous-jacent victimaire

Dans chaque euro investi en France, il y a du poison néo-wahhabite. À plus forte raison dans les banlieues, où la ferveur religieuse et le bigotisme compensent le chômage, où le repli identitaire se nourrit de l’exclusion sociale et où la foi est au-dessus de la loi. L’on sait que dans la doctrine islamiste, le lien confessionnel transcende l’appartenance nationale, et que le droit de Dieu est supérieur à la loi de la République.

Parce que vous êtes nos frères en religion, nous sommes là pour vous aider, vous, les indigènes de la République, les laissés pour compte, les martyrs de l’islamophobie. C’est le message victimaire sous-jacent au mécénat qatari. Le capitaliste bédouin n’est pas le bon Samaritain de la sociologie politique webernienne !

Il serait utile de revenir aux faits et méfaits du néo-wahhabisme en France, que je distingue du wahhabisme saoudien, qui a eu son heure de gloire et qui a fini par comprendre que l’Europe n’était pas une citadelle à prendre. Le néo-wahhabisme qatari est un syncrétisme de puritanisme et de maximalisme des Frères musulmans. C’est en cela qu’il est plus pernicieux que le wahhabisme saoudien, dont Sarkozy avait d’ailleurs fait l’éloge à Riyad en 2008.

Qui a galvanisé les passions lorsque l’interdiction du voile s’est posée en France ? C’est Al-Jazeera. Qui a essayé de donner une dimension confessionnelle à la violence urbaine de 2005 ? Qui a transformé la toute première affaire des caricatures en crise universelle ? Ce qui n’a pas empêché le Qatar d’inviter le caricaturiste danois à un colloque sur le dialogue des religions ! Qui a altéré les propos du Pape à Ratisbonne ? Qui diffusait en temps réel les discours de Ben Laden ? Qui n’appelle jamais les criminels par leur nom mais par ceux qu’on appelle les terroristes, y compris Al-Qaïda ? Sur quelle télévision Qaradawi professait qu’Hitler a infligé aux juifs une leçon mémorable ? Sur Al-Jazeera, dont le pouvoir sur l’opinion arabe n’est pas médiatique mais hypnotique.

Qui finance aujourd’hui l’obscurantisme islamiste au Maghreb, en Syrie, au Nigeria, en Somalie et au Mali ? Enfin, qui a transformé le printemps arabe en hiver islamiste ?

De la place Tahrir, Qaradawi, guide spirituel du Qatar et imam occulté de l’UOIF, a lancé : les lumières de l’islam doivent briller sur l’Occident. Autrement dit, le printemps arabe ne s’arrêtera pas aux frontières méditerranéennes. C’est à partir de ce délire messianiste, qui voit dans le triomphe de l’islamisme un signe d’Allah, qu’il faut interpréter la bonté qatarie en terre française. Entre le messianisme et la martyrologie, il y a une causalité intrinsèque, dont le dernier démantèlement de réseaux islamistes en France n’est que la partie apparente de l’Iceberg.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire