Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 27 janvier 2015

L'article de Christian Chardon sur le procureur Francis Nachbar a disparu du site de l'Union L'Ardennais : "La scandaleuse nomination du procureur Nachbar"

par Yanick Toutain
 REVACTU
 27/1/15


Cette disparition d'article rappelle
les vieilles méthodes staliniennes
 qui effacaient les personnages à mesure
 que la dictature effaçait les preuves
 de ses crimes.
A moins bien sur
que ce ne soit qu'une panne d'ordinateur anodine...
qui ait fait disparaitre tous les articles de Christian Chardon
 sur le procureur voyou, agresseur,
 délinquant faussaire Nachbar.
 (conclusion de la présentation)


Est-ce que cette disparition d'article a un rapport avec les faux en écritures publiques récents du Procureur Nachbar ?

L'union l'Ardennais - Page introuvable

Cet article n'est plus disponible.
Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Est-ce que cela doit être mis en relation avec le complot actuel du gouvernement ? Avec ce #HollandeCoupdEtat dans lesquels les complices du Qatar terroriste et de l'Arabie Saoudite terroriste sont en train de terrroriser la jeunesse française tout en ne faisant rien de sérieux pour enquêter sur la piste tunisienne du chef du réseau des Buttes Chaumont ni sur la piste malienne qui mènera directement à l'Elysée, chez François Hollande Nicolas Sarkzoy et leurs complices ATT, Blaise Compaoré et Jonathan Goodluck.
Cet article ne disparaitra jamais et ceux qui, à l'Union L'Ardennais ont pris la suite de Christian Chardon devront un jour s'expliquer sur la disparition d'un article qui resta en ligne jusqu'en 2014.

Cette disparition d'article rappelle les vieilles méthodes staliniennes qui effacaient les personnages à mesure que la dictature effaçait les preuves de ses crimes.
A moins bien sur que ce ne soit qu'une panne d'ordinateur anodine... qui ait fait disparaitre tous les articles de Christian Chardon sur le procureur voyou, agresseur, délinquant faussaire Nachbar. (conclusion de la présentation)

La scandaleuse nomination du procureur Nachbar

Publié le mercredi 07 avril 2010 à 10H51 - Vu 2016 fois

Cedric Visart de Bocarme (procureur du Roi de Belgique), Yves Charpenel (procureur général de Reims) et Francis Nachbar (alors procureur de la République de Charleville-Mézières), dans le cadre de l'affaire Fourniret.
Cedric Visart de Bocarme (procureur du Roi de Belgique), Yves Charpenel (procureur général de Reims) et Francis Nachbar (alors procureur de la République de Charleville-Mézières), dans le cadre de l'affaire Fourniret.


CHARLEVILLE-MEZIERES ( Ardennes). L'incroyable s'est produit à l'occasion de l'annonce de la promotion pascale de la Légion d'honneur. Francis Nachbar, ex-procureur de la République de Charleville-Mézières et actuellement en poste au Havre, a été nommé chevalier de l'ordre.
UN camouflet pour tous ceux qui ont obtenu cette décoration légitimement et qui la portent dans la dignité. Un pied de nez à la justice et à tous ceux, magistrats et avocats, et ils sont nombreux, qui la font fonctionner avec honnêteté et rigueur. Une gifle aux plus hautes instances de la magistrature qui avaient durement commenté le comportement de Francis Nachbar à Charleville-Mézières (Ardennes) en général et lors du procès Fourniret en particulier. Un affront au procureur du Roi de Belgique qui avait cru indispensable de saisir son homologue procureur général de la République de Reims pour lui signaler les agissements choquants et répréhensibles de Francis Nachbar au cours d'une garde à vue. Un mépris inqualifiable à tous ces justiciables qui sont passés dans l'étau-broyeur Nachbar, victimes de dénonciations aux origines douteuses, placés en garde à vue dans des conditions très discutables, mis en examen avec parfois le bonus de la détention provisoire avant que justice, la vraie, celle des tribunaux, leur soit rendue en première instance puis en appel, tel un désaveu flagrant de la justice spectacle du procureur Nachbar.
Fallait-il que les enquêteurs réputés pourtant si pointilleux de la grande Chancellerie de l'Ordre de la Légion d'honneur soient à ce point surmenés pour qu'ils n'aient pas vu ce qui était reproché au procureur hier, et les affaires dans lesquelles il est encore englué aujourd'hui ?

Puissant piston

Fallait-il que le piston soit puissant pour qu'il propulse Francis Nachbar dans des sphères où il n'a rien à faire, et où sa présence dénote et dénature ? Car quel crédit accorder désormais à une distinction qui se galvaude ainsi ?
Qu'on se souvienne au moins du discours de Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, prononcé à Paris le 7 janvier 2009, lors de l'audience solennelle de début d'année de la Cour de cassation, en évoquant la liberté de parole : « La plume est serve mais la parole est libre. Pour autant, cette liberté n'autorise pas toutes les licences. Beaucoup de magistrats, je pense, sont mal à l'aise quand ils entendent que tel ou tel de leur collègue, prenant des réquisitions contre l'auteur de faits d'une extrême gravité, ayant causé un scandale immense, un malheur indescriptible, ont cru rendre des devoirs à l'opinion publique et faire honneur aux victimes, en se livrant à l'invective, voire à la vulgarité contre l'accusé. De ces magistrats qui confondent rigueur et emportement, je dis simplement qu'ils font fausse route… » Un réquisitoire sans appel qui visait sans le nommer Francis Nachbar, à l'occasion de ses commentaires sur Fourniret, mais que chacun avait reconnu.

Privé de médaille

Qu'on se rappelle encore les écrits de Philippe Bilger, avocat général à la Cour de cassation, choqué par l'attitude caractérielle et professionnelle de Francis Nachbar, et qui va le rappeler à l'ordre, après l'affaire Fourniret, dans un article publié dans une revue judiciaire, dénonçant en particulier le fait qu'il ait commenté son réquisitoire à la presse avant que les plaidoiries ne soient exprimées.
Deux réprimandes sans équivoque qui se sont associées à une sanction par omission. À l'issue du procès Fourniret, le président de la cour d'assises était décoré de la Légion d'honneur. Une distinction que Francis Nachbar, déjà titulaire de la médaille du Mérite, pouvait espérer, mais qui lui passait sous le nez. Pas la moindre breloque alors que les deux assesseurs du président recevaient la bleue. À croire qu'alors, l'enquête avait été plus sérieuse.

Qui va l'épingler ?

Car comment oublier aussi les invectives lancées par le procureur Nachbar aux avocats massés devant la porte du palais de justice, en décembre 2007, lorsqu'ils ont protesté contre la perte du pôle d'instruction du tribunal de Charleville et sa délocalisation à Reims ? Ces mêmes avocats qui aujourd'hui s'inquiètent légitimement des dérives des gardes à vue, de celles que menait le procureur Nachbar en particulier.
Les exemples sont nombreux de ces gens privés de leur liberté sur un simple ragot ou suite à un marché de dupes inavouable dont on a torturé l'esprit pour obtenir des aveux. Le directeur de l'Opac des Ardennes pourrait raconter comment il a été mis en cause par un « donneur » du procureur qui espérait ainsi atténuer ses propres responsabilités dans une affaire de détournement de fonds. Un personnage glauque qui bientôt se retrouvera de nouveau en correctionnelle dans les Ardennes après avoir défrayé la chronique parisienne dans une sombre affaire de coups de couteaux que lui aurait donnés une voyante devenue son égérie et sa gérante de paille.
Une éducatrice accusée de dérive sectaire pourrait aussi témoigner de la façon dont est intervenu le procureur lors de sa garde à vue, en la pointant du doigt pour lui hurler les yeux hors des orbites : « Avouez, on voit bien que vous faites partie d'une secte, ça se voit dans votre regard… »
Même un policier belge a été choqué par les méthodes Nachbar lors de l'interrogatoire de Monique Olivier, l'épouse de Michel Fourniret. Il s'en était du reste ouvert à Cédric Visart de Bocarme, procureur du Roi, lequel avait transmis ses doléances à fin de poursuites à Yves Charpenel, procureur général de Reims qui s'empressa d'enterrer le dossier. Des baffes derrière la tête qui n'ont eu pour effet que de charger Fourniret d'un crime qu'il n'a pas commis et dont l'auteur court toujours.
Hier, dans les couloirs des palais de justice de la région, beaucoup semblaient désabusés, se demandant comment une telle nomination était possible. Même si on en a une petite idée, on ne connaît pas avec certitude le nom de celui ou de celle qui a propulsé la candidature du procureur. En revanche, on va surveiller avec attention le jour de la remise de la décoration pour savoir qui aura l'audace de l'épingler au revers de la veste du procureur Nachbar.
« La Légion d'honneur est décernée pour conduite civile irréprochable ou faits de guerre exceptionnels… » On ne voit vraiment pas en quoi le procureur Nachbar est concerné ni dans quelle catégorie il pourrait s'inscrire.
Christian CHARDON

Imprimer Recommander Wikio digg 
  


Il n'est plus possible de contribuer à cet article. 

Les dernières contributions



pasfou08



12/04/2010 à 10h29

Moi je connais des gens simples, modestes. Ils ont passé toute leur vie à l’usine. Ils ont élevés dignement leur famille nombreuse dans le respect de valeur et de la politesse. Maintenant ils ont une petite retraite, et la joie de voir leurs petits enfants et n'ont jamais un P.V. Eux méritent la légion d’honneur car ils ont travaillé pour la France. Oui mais eux ne connaissent pas le « politique » du coin qui sais recommander en haut lieu ses copains. Eux ne sont pas des artistes qui renient leur patrie pour payer moins d’impôts, ils ne sont pas des joueurs de foot surpayés, en bref ils ne sont pas fils de ou copain de ou membre de……

Gus 08



08/04/2010 à 16h22

Ce chasseur de gibier qui fréquentait assidument les grandes chasses ardennaises, est un homme à part. Il était catalogué de "droite". Si tout ce qu'on lui reproche est vrai alors qu'attend-on pour le faire poursuivre en ...justice! La Légion d'Honneur attribuée, qu'en penser? Rien de bon!
CE COMMENTAIRE A ÉTÉ MODÉRÉ

Airborn



08/04/2010 à 12h00

Georges-Bernard Shaw disait: "il ne faut pas se moquer des gens qui ne sont pas décorés...ils le seront un jour"

gilou 51



08/04/2010 à 10h36

Evidemment que ce procureur ne mérite pas la légion d'honneur mais cette distinction est dénaturée depuis trop longtemps et en la remettant à ce mec, elle n'en sera, malheureusement, qu'un peu plus dénaturée. Combien de chanteurs, comédiens, sportifs ou animateurs télé etc.... l'ont reçue alors qu'ils ne font que leur métier pour lequel ils sont rémunérés sans apporter le moindre service gratuit à la société alors qu'il existe une multitude de personnes qui ne font pas la une des magazines mais dont le souci est de faire du bien autour d'eux sans rien demander en retour et qui sont autrement plus méritant que tous ces "m'as-tu vu" .

jacote



08/04/2010 à 10h32

La couleur politique n'a rien à voir avec ça, ces gens là doivent être neutres, et ne pensaient qu'à la justice...
Je pense qu'aujourd'hui les gens qui ont les pouvoirs d'agir, quelque soit leur place (président, juge, députe, administration...) doivent être au service de la nation et faire avancer la France dans le bon sens. Certains y croient avant d'être élu, et une fois en place, voyant qu'ils ne peuvent faire bouger les choses sans une levée de boucliers des anciens en place, ils décident eux aussi de profiter du système, et laisser de côté leur vocation et leur conviction...
On n'aura jamais de solution tant que les gens ne comprendront pas ça...chacun tire la couverture à soi. Dommage , dommage !!!
hier un procureur, aujourd'hui une préfète, demain un député ou autre...

Baladin

Ni hérisson, ni paillasson, ni facho.

08/04/2010 à 08h23

Quel est la couleur politique de ce monsieur svp ?

jeco



08/04/2010 à 06h36

Bravo à monsieur Chardon. Une certitude cependant; il y a longtemps que la distinction au ruban rouge n'a plus de signification autre que l'appartenance à une "amicale de relations diverses mais avant tout peoples". Napoléon ne seretourne même plus dans sa tombe, tant il est écoeuré.

Donald08

Entre ma chaise et mon clavier

07/04/2010 à 20h39

Encore du grand n'importe quoi. Cette légion ne vaut plus rien. Rien à voir avec ce que Napoléon à mis en place.

scanneur



07/04/2010 à 20h29

Le procureur Nachbar était un artiste en son genre... alors pourquoi pas de Légion d'Honneur pour lui ? Les chanteurs, les footballeurs, j'oubliais presque, les Poilus de 14... Cette Haute distinction ne veut plus rien dire, cette récompense n'a plus de sens.

paleon08



07/04/2010 à 19h39

La légion d'honneur ne représente plus rien... C'est lamentable...
Nos vaillants soldats de 14/18 et de 39/45 doivent se retourner dans leurs tombes ...
Un oncle méritant de ma famille l'a reçu et porté au revers de sa veste... afin de récompenser sa bravoure lors de la bataille de Verdun pendant la guerre 14/18...Cette distinction forçait l'admiration...!
Qu'en est il aujourd'hui ? Autrefois on reconnaissait les mérites des récipiendaires qui avaient su "servir la France"... C'est plutôt le contraire maintenant !!!

Alain Schydlowsky

Chàlons-en-Champagne

07/04/2010 à 19h13

Certes.
Il n'est pas le seul à mériter cette mise en cause éventuelle.
Monsieur Smet dit Halliday de Nationalité Belge ,dépositaire en Suisse de sa fortune.
Monsieur Zidane et quelques autres qui sont incontestablement une insulte
pour les patriotes morts pour la France ou aux Chercheurs qui ont rendus d'authentiques services à la Condition humaine.

Alain Schydlowsky

Chàlons-en-Champagne

07/04/2010 à 19h13 | 1

Certes.
Il n'est pas le seul à mériter cette mise en cause éventuelle.
Monsieur Smet dit Halliday de Nationalité Belge ,dépositaire en Suisse de sa fortune.
Monsieur Zidane et quelques autres qui sont incontestablement une insulte
pour les patriotes morts pour la France ou aux Chercheurs qui ont rendus d'authentiques services à la Condition humaine.

Lulub



07/04/2010 à 18h50

Cela rend malade toutes ces injustices , quel exemple pour les générations,
de bien ce tenir , quel belle exemple
Tout de même la justice fait de grâve erreurs ,
Ou allons nous , a force la justice on n' y crois plus , et cela fait un baille
Une personne tourmentée , et inquiète . pour les jeunes qui veulent s'en sortir !!!!!!!!!!

alfaman



07/04/2010 à 16h52

Pourquoi les avocats substituts et autres ne font pas circuler une pétition dénonçant cette décoration?

Campus



07/04/2010 à 15h35

Le procureur Nachbar, c'est une chose. Mais, que penser de la promotion de Denise Fabre qui, il est vrai, est l'adjointe d'Estrosi, maire de Nice et actuel ministre. Ceci ne peut qu'expliquer cela. Oui, les cloches ne font pas que passer, elles ont aussi été récompensées...

Voltaire51



07/04/2010 à 15h33

Est-ce vraiment une erreur ? j'en doute.

Larouille



07/04/2010 à 15h26

Si l'on consultait la liste des récipiendaires des différentes breloques à arborer à la boutonnière, parions que l'on trouverait assez peu de "vrais mérites". Alors, s'enflammer pour un procureur dont on sait qu'il est à la botte...

Coq Hardi



07/04/2010 à 13h30

A défaut d'avoir accompli de hauts faits de guerre, est-on bien certain que tous ceux et celles qui ont été récemment décorés ont eu "une conduite civile irréprochable" à chaque instant de leur existence?

MANSA

ici, là ou ailleurs

07/04/2010 à 13h28

Lorsque l'on voit, depuis plus de 30 ans maintenant, à qui et sur quel critère on accorde cette distinction, cela fait longtemps que celles et ceux qui l'avaient reçu à raison de leurs actions en faveur de la liberté et de la démocratie sont morts de honte. Et je ne parle même pas des anciens poilus des colonies qui n'ont jamais pu être honorés comme ils le méritent, cette distinction leur ayant été refusée... Pour cause d'indépendance de nos anciennes colonies (40 ans après la fin de l'armistice du 11 novembre).

nataloche83



07/04/2010 à 12h36

On donne la médaille du chien fidèle trop rapidement et à des gens non méritants tant par leurs actes que par leur conduite. Pauvre Napoléon, il doit se retourner dans la tombe.

joarden

Les abus de la liberté tueront toujours la liberté(André Maurois)

07/04/2010 à 12h26

Scandaleuse légion d'honneur, oui, pour les citoyens qui respectaient cette haute distinction.
Ce monsieur était, est et sera dans la ligne de ses patrons, tous coupables, le seul élément à trouver lors de l'enquête (s'il y en a une!) étant "de quoi?".
Quelle justice aurons-nous lorsque les juges d'instruction seront remplacés par des individus de cette petite envergure ?

le chevalier de...

Reims

07/04/2010 à 11h49 | 1

Les services rendus par ce personnage ne sont sans doute pas avouables et les bénéficiaires concernées, plus nombreuses que l'on ne croit, constituent un socle sur lequel notre ''beau monde'' s'articule.

french_redneck



07/04/2010 à 11h14

S'il faisait "du chiffre", il la méritait, puisqu'aujourd'hui il n'y a que le chiffre qui compte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire