Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 5 janvier 2015

Imposture en Tunisie : L'ex-ministre de l'intérieur de Bourguiba BCE devenu président nomme Premier Ministre un benaliste Habib Essid ex-ministre de l'Intérieur de 2011 ex-conseiller sécuritaire de l'islamofasciste Hamadi Jebali

 Premier Ministre un benaliste Habib Essid
 ex-ministre de l'Intérieur de 2011
ex-conseiller de l'islamofasciste
 Hamadi Jebali

par Yanick Toutain
Revactu
5/1/15
"Auparavant, sous Ben Ali, Habib Essid avait notamment été chef de cabinet du ministre de l'Intérieur ainsi que secrétaire d'Etat à l'Environnement."

21 décembre 2014, ils sont 1,731529 millions de Tunisiens démocrates esclavagistes à avoir déposé un morceau de papier en faveur de la dictature BCE.
(source résultat Elections présidentielles Tunisie 2014)

Et donc le candidat qui a obtenu 56% de ces 40% aura été élu par 22,4% des Tunisiens en âge de voter
(infra)
Avec 70 000 délégués il est légitime de DEGAGER BCE
1,75 millions de Tunisiens humanocrates sont plus nombreux (et donc plus légitimes) que 1,73 millions de Tunisiens démocrates esclavagistes. L'avenir le montrera

HABIB ESSID GIROUETTE MULTI-DIRECTIONNELLE
UN BENALISTE FRANCEàFRIC MANGEANT AUX RATELIERS ISLAMOFASCISTE ET ELECTORALOFASCISTE
L'ex conseiller de Hamadi Jebali devient
 Premier Ministre de la dictature Franceàfric de Tunisie


L'imposture contre-révolutionnaire se poursuit : après un multi-ministre de la dictature parti unique de Bourguiba, Béji Caïd Essebsi BCE qui surveillait les opposants au parti unique qui est devenu président, c'est aujourd'hui un conseiller de l'islamofasciste Hamadi Jebali - benaliste recyclé - qui prend en charge la dictature Franceàfric en Tunisie.
Il effectue sa carrière dans l'administration, notamment au ministère de l'Agriculture. Il occupe les fonctions de chef de cabinet, auprès du ministre de l'Agriculture (1993-1997) puis de l'Intérieur (1997-2001), ainsi que de secrétaire d'État auprès du ministre de l'Agriculture, chargé de la Pêche (2001-2002) puis de l'Environnement (2002-2003).
Il est nommé ministre de l'Intérieur par le président par intérim, Fouad Mebazaa, le 28 mars 2011 en remplacement de Farhat Rajhi. Son ministre délégué, chargé des réformes, est Lazhar Akremi. Il devient ensuite conseiller auprès du Premier ministre chargé des Affaires sécuritaires2. Il a été nommé Premier ministre le 5 janvier 2015 par le Président Béji Caïd Essebsi.
Habib Essid, 65 ans, a été ministre de l'Intérieur après la révolution qui a renversé en janvier 2011 le président Zine El Abidine Ben Ali. Il est ensuite devenu conseiller en charge des affaires sécuritaires auprès du Premier ministre islamiste Hamadi Jebali.
Auparavant, sous Ben Ali, il avait notamment été chef de cabinet du ministre de l'Intérieur ainsi que secrétaire d'Etat à l'Environnement. Une fois officiellement chargé de former le gouvernement, Habib Essid aura un délai d'un mois renouvelable une seule fois pour former et présenter son équipe, qui doit obtenir la confiance de l'Assemblée. (Wikipédia)

Les salaires à 150 euros vont continuer à faire la joie des pages saumon du Figaro

MERCREDI 25 SEPTEMBRE 2013

Près de 3 années de perdues.
Depuis le 14 janvier 2011, depuis la révolution qui a "dégagé" le socialofasciste Ben Ali, tout semble immobile.
Mascarade d'élections, mascarade de Constituante. On a vu des partis Nidaa Tounes et Ettakatol prenant la succession du RCD. On a vu un parti islamofasciste Ennahda dont la victoire électorale fut financée par le Qatar sur demande française.
Une imposture.
Il faut lire Le Figaro pour constater que tout tourne correctement pour la slavoisie !
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/02/20002-20130702ARTFIG00524-tunisie-1300-entreprises-francaises-attirees-par-les-bas-salaires.php?cmtpage=0
«Depuis la révolution, le coût du travail est resté stable en euros, même s'il a augmenté de 10% en dinars, explique Chekib Debbabi, directeur de l'usine, les salaires demeurent cinq fois moins élevés qu'en France.»

MARDI 23 DÉCEMBRE 2014





IRE AUSSI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire