Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 19 octobre 2010

"Préparons la révolution ! 1831-2005 : La mémoire courte" (un texte YT de novembre 2005 sur Monsyte)

Ce texte avait été un tract distribué à quelques exemplaires en novembre 2005.
 Il reprend une actualité certaine.  Quand on voit les jeunes des lycées pour pauvres donner une leçon de politique au NPA.
En complément des deux textes publiés hier

"Dehors Sarkozy et Fillon" les clowns stalino-menchéviks du NPA ont accepté d'apprendre la politique par la bouche des jeunes des quartiers pauvres !


Des canuts politisés donnant des leçons à Grond et Besancenot ou des guérilleristes à la mode Bensaïd : Quand RUE89 a la berlue !




Préparons la révolution !

1831-2005 : La mémoire courte
L'ÉMEUTE A LYON
Les ouvriers français ont la mémoire courte. L'émeute, ils l'ont connue : leurs arrière-grands-parents y ont participé. En 1831, les canuts de Lyon, les ouvriers des métiers de la soie, l'ont organisée, cassant tout sur leur passage ; cassant, en particulier les " métiers " des patrons, les machines, qui allaient les pousser vers le chômage.
Autres temps, autres lieux : 40000 ouvriers armés, 171 victimes recensées du côté des ouvriers, 170 morts du côté des forces répressives de Louis-Philippe.
L'ouvrier occidental, l'ouvrier français a la mémoire courte. Il oublie les combats, même stupides, de ses ancêtres. Car il était stupide de pousser les machines au Rhône ; il était bien plus idiot de mettre dans le fleuve les machines qui allaient libérer l'ouvrier des tâches répétitives que de brûler des voitures. Cela, l'ouvrier français veut l'oublier.

1831-1870

Il a fallu attendre près de 40 ans pour que les ouvriers français passent de l'émeute à la Révolution de la Commune.
Combien de temps faudra-t-il aux jeunes émeutiers des quartiers pauvres des banlieues impérialistes pour se diriger vers l'organisation et la préparation de la révolution anti-capitaliste. ?

1848 LA TRAHISON

Entre 1831 et 1870, les ouvriers français connurent la réussite apparente de participer à l'instauration de la deuxième république et obtinrent, contre le chômage, la création des ateliers nationaux. Mais, dès juin 1848, les ouvriers sont trahis par les faux républicains qui ferment les chantiers nationaux - vrais bourgeois et vrais apprentis privilégiés : La répression du général républicain Cavaignac, qui a reçu les pleins pouvoirs, fera 4000 morts, 11000 prisonniers parmi les ouvriers émeutiers.
Les bourgeois de la bourgeoisie industrielle ont eu ce qu'ils voulaient : une part de gâteau plus importante que celle que leur accordait la bourgeoisie des banques qui soutenait Louis-Philippe, alors, quand les ouvriers par refus du chômage se mettent à vouloir appliquer la vrai république, c'est dans le sang qu'ils en paieront le prix.

L'AVERTISSEMENT

Quand, vous jeunes des quartiers, acteurs des émeutes absurdes, sans but, ou spectateurs ébahis aurez compris que c'est la fermeture des Bourses, de Wall Street et des autres qu'il faut avoir comme but, gardez bien en mémoire qu'il n'y aura de liberté que jusqu'au salaire égal pour tous les êtres humains, que jusqu'à l'abolition de tous les privilèges, et que, derrière les faux révolutionnaires se cachent des Général Cavaignac
Du fascisme sans Le Pen

On avait connu la police des transports, que le fasciste Le Pen réclamait à cor et à cri. On a eu les lois contre les sans papiers. On a eu les interventions militaires contre les Africains - il s'agit, bien sûr, des interventions contre les Africains nés en Afrique et y vivant encore : Rwanda, Côte d'Ivoire, Gabon, Sénégal, Mali, Centrafrique, etc. la liste est longue de ces pays contre lesquels le fasciste Le Pen réclamait, dans une interview, l'intervention à Chirac.
Chirac président l'a fait; les socialistes, aidés par les communistes et les écologistes l'ont fait : maintenir l'armée d'occupation en Afrique.
Il ne leur restait plus qu'à mettre en place l'État de guerre, le couvre-feu (qui dit bien son nom : éteindre les feux contre les bombardements ennemis) contre les habitants de la France.

 3 Avril 1955
Depuis un an, depuis le 1° novembre 1954, la guerre des impérialistes contre les nationalistes algériens fait rage. Le gouvernement d'Edgar Faure met en place des mesures fascistes contre les nationalistes algériens et leurs alliés français. Il s'agit de mater tous ceux, trotskistes, révolutionnaires, nationalistes libérateurs et leurs alliés pour maintenir les colonies conquises dans le sang à l'intérieur des frontières de la République capitaliste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire