Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 21 octobre 2010

A-t-on, OUI OU NON ?, les preuves indiscutables de la présence de provocateurs sarkozystes dans les destructions actuelles imputées aux jeunes ? un commentaire sur RUE89

Un commissaire de police témoigne sur RUE89
Il faut lire cet article et regarder attentivement les vidéos qui l'accompagnent.

Décryptage

Maintien de l'ordre en manif, le décryptage d'un commissaire


Un article très très intéressant mais incomplet sur ce qui fait le coeur du dossier actuel : Y A T-T-IL DES PROVOCATEURS SARKOZYSTES QUI DETRUISENT LES VITRINES ?
OUI OU NON
Interviewer le commissaire Jean-François Herdhuin aurait du avoir comme fonction principale de FAIRE AVANCER CE DOSSIER....
Le reste est intéressante mais secondaire pour l'instant.....

J'ai passé plus d'une heure et demie, cette nuit, à essayer de comprendre la vidéo que l'on voit, ici, publiée de nouveau.

J'ai même - sur la version ralentie qu'on trouve sur Youtube - fait des copies image par image avec mon (freeware) VLC de trois des séquences.
Celle où l'adulte barbu casse la vitrine...
Celle où son "ami" arrive et donne un violent coup de pied au passant qui arrive pour sermonner le premier
Celle où des policiers - DONT CERTAINS SONT SANS BRASSARDS, - déguisés en anarcho-autonomes avec CAPUCHES (et même un qui ne prend même pas la peine d'oter son cache-nez) sont occupés à procéder à des interpellations........ séquence où le "jumeau" du premier barbu provcateur apparait...

On constate, en effet, que le barbu qui casse la vitrine a une étrange ressemblance avec un des policiers que l'on voit dans une des séquences suivantes.
Est-ce le même ?
Quand le commissaire Jean-François Herdhuin  dit
==
Pour moi, l'homme à la matraque, on dirait un policier. Mais je ne suis pas sûr à 100%, car son comportement est anormal, il s'isole dans la foule. Normalement, il devrait avoir un brassard… Parfois, pour ne pas se faire lyncher, les policiers en civil ne le mettent pas. C'est toujours dangereux de pouvoir confondre policiers et manifestants. Le brassard sert à les différencier. Des actions isolées comme celle-là, c'est interdit. (Voir la vidéo)
==
.... on est là au coeur du dossier....
Ce que RUE 89 aurait du faire, c'est interroger le commissaire sur les indices qui justifie son "on dirait que"...... impression troublante que partage le spectateur....
Quels sont les indices ?
Par exemple, la matraque dont il se sert pour menacer les journalistes et les passants semble d'un diamètre inférieur à celle que l'on voit dans les mains des "policiers déguisés en manifestant autonomes" des séquences suivantes.
Il devrait avoir - au moins la réponse à cette question : est-ce un modèle connu ?
Par ailleurs, les techniques de "combat" devraient pouvoir être décryptées...
Enfin (provisoirement) sa gestuelle évoque la psychologie d'un individu gravement perturbé - mélange de comportement empreint de haine, de comportement démonstratif vantard et de technique de combats simulés mal digérées....
Un tel fou furieux - s'il est bel et bien fonctionnaire de police - doit avoir été l'objet d'un signalement antérieur : son attitude aura déjà déclenché des bavures boeuf-carottes...
Par ailleurs, les individus à visage découvert que l'on semble voir "l'exfiltrer" qui sont-ils ?
Le commissaire témoin ne pourrait-il pas suggérer à ses collègues de - éventuellement - nous donner les noms des complices du provocateur présumé et de son complice gesticulant...
Quant au paragraphe suivant :
=
Si vous suggérez que la police laisse commettre des violences, je suis sûr que ce n'est pas possible. Le chef du dispositif est informé. Il y a des syndicats dans la police qui désapprouverait ce genre de choses.
==
Il est absurde et tend à nous faire douter de l'honnêteté intellectuelle de l'interlocuteur.
Le Service d'Odre de feue la Ligue Communiste avait eu l'occasion d'interpeller de tels provocateurs. Avant 1974 et après (devenue LCR)
Des crétins .... ayant oublié de vider leurs poches et interpellés avec leurs .... papiers de policiers....
RUE89 pourrait interroger des Krivine ou de Filoche sur de telles anecdotes..... (dont nous, à la base, n'avions pas connaissance en totalité)

Pour conclure, RUE89 pourrait offrir une RÉCOMPENSE à QUICONQUE pourrait apporter la preuve que SARKOZY envoie des PROVOCATEURS dans la mobilisation actuelle....

Un discours tel que
==
Les provocations datent des années 60, avec des groupes parallèles type SAC [service d'action civique], mais aujourd'hui ça ferait scandale en interne… La manip dans une manif, c'est dangereux pour tout le monde : pour les politiques et pour les manifestants. A part l'extrême droite et l'extrême gauche, je ne vois pas qui a intérêt à faire ce genre de choses.
==
n'est qu'une farce absolue.... Les sbires de Poniatowski et de Marcellin nous servaient les mêmes fariboles pour naïfs abonnés de la Bibliothèque Rose,



lire aussi
dimanche 16 novembre 2008
Lois scélérates, manipulateurs bourgeois, provocateurs policiers, le cas du terroriste Auguste Vaillant.

=
à la recherche, sur Google, du témoignage d'un ancien provocateur, je suis tombé sur une perle...
Sur le site du journal L'Express
http://www.lexpress.fr/informations/mai-68-nouveaux-temoignages_628518.html
Outre le paragraphe mentionnant la présence connue des agents- provocateurs, l'ensemble du témoignage est une ECOLE pour les jeunes de la mobilisation actuelle.
==
Dans la Sorbonne
Vous me citez comme le responsable du service d'ordre de la Sorbonne occupée en Mai 68. Etudiant en histoire à la Sorbonne à cette époque, j'ai effectivement partagé cette responsabilité avec d'autres de mes camarades. Le service d'ordre a été constitué à l'origine par le groupe Unef des étudiants d'histoire et son quartier général se situait dans la bibliothèque Lavisse, escalier C, troisième étage. L'objectif était, au-delà du maintien de l'ordre dans la Sorbonne occupée, de protéger l'outil de travail universitaire, en particulier les nombreuses bibliothèques et centres d'études. (...) M. Bourjac, secrétaire général de l'université, considérait notre action comme solide et efficace; c'est la raison pour laquelle il m'a confié les clefs de la maison et a facilité une collaboration avec le personnel administratif et leurs représentants syndicaux. Nous avons par exemple récupéré le tampon sec permettant d'authentifier les diplômes, que M. Bourjac a mis à l'abri. Quand la Sorbonne fut «libérée» par les forces de police, M. Bourjac a fait effectuer un inventaire et m'a personnellement donné acte que l'ensemble de l'outil de travail n'avait pas souffert des événements. La présence parmi nous d'indicateurs de police et de provocateurs nous était connue. Cela nous a conduit à «réprimer» débordements et trafics divers. Lors d'un début d'incendie dans les combles de la Sorbonne, côté rue des Ecoles, nous avons fait fonctionner un plan d'évacuation et collaboré avec les pompiers. Le commandant de la brigade de pompiers nous a verbalement félicités de notre action et nous a incités à une grande prudence, compte tenu du caractère suspect du sinistre, qui s'est soldé par quelques vieilles copies brûlées. J'ai aussi le souvenir d'avoir saisi du hasch, de l'avoir détruit et d'avoir fait procéder à l'expulsion du dealer hors de la Sorbonne. Nous avons accueilli bon nombre de paumés en tout genre, du pseudo-médecin au gamin en fugue. Nous avons, avec l'aide de médecins, de psys, tenté de faire face à ces situations, y compris, quand c'était nécessaire, en employant la force. Les «Katangais» étaient un mélange de voyous et de chômeurs qui se prétendaient anciens smercenaires au Katanga. Ils s'étaient installés dans une des galeries de la Sorbonne et rançonnaient tous ceux qui s'y aventuraient. (...) Avec le soutien du Comité de coordination des comités étudiants, nous avons décidé de leur expulsion; l'opération a été menée à bien le 14 juin 1968. A cette occasion, l'ensemble de leur «armement» a été saisi - quelques barres de bois, trois ou quatre couteaux et un, un seul, vieux fusil de chasse à canon scié complètement hors d'usage. (...) C. Géraud, Paris.
==
POST SCRIPTUM :
Bien que totalement opposé au Parti de Gauche, que je caractérise conceptuellement comme un parti formois-bourgeois-colonialiste, je republie en complèment de ce texte cet article (signé Jean-Pierre) montrant en action les CASSEURS SARKOZYSTES - provocateurs néo-fascistes

Provocations policières : la preuve par l’exemple!

E-mail Imprimer PDF
violence_policre
Chambéry 19/10/2010, 18h00 avenue De Boigne, des jeunes encagoulés jettent des pierres sur un cordon de robocops (CRS ou gendarmes mobiles). Ça dure un bon moment... Puis trois des ces jeunes, l'instant d'avant les plus hardis à jeter des pierres, remontent un brassard orange sur leur manche droite, foncent sur l'un d'entre eux et l'immobilisent. Remarquable coordination car immédiatement surgissent une dizaine de robocops qui protègent le groupe. Et devant les commerçants médusés on voit trois jeunes encagoulés embarquer un de leurs potes sous la protection des robocops.
Sur la photo jointe, un de ces "brassards oranges", sweat à cagoule gris et bandeau noir, APRÈS l'interpellation ci-dessus racontée.
(Petite parenthèse : Je me trouvais là pour montrer à un petit jeune comment les choses se passent. En gros j'étais un peu dans le rôle du vieux mustang qui montre à un jeune poulain quelle herbe ne pas brouter. Avec un peu d'expérience et les policiers étant si prévisibles, je savais où me mettre pour montrer, en toute sécurité, la fameuse scène à mon jeune protégé. Merci aux policiers d'avoir été fidèles au rendez-vous. Sans quoi la leçon n'aurait pas été complète.).
brassards_oranges
Question de la poule et de l'œuf, ou déduction politique logique : Les mecs en brassard orange, ils entraînent quelques écervelés pour provoquer les violences dont le gouvernement a besoin pour casser la protestation contre une réforme injuste ? Ou sont-ce de gentils policiers "infiltrés" pour arrêter de vilains et bêtes "casseurs" ?
En tous cas, je vous le dis, ces "casseurs", ils tombent chaque fois rudement bien pour arranger les affaires d'un gouvernement désapprouvé par 71% des Français sur ce projet des retraites, mais certainement approuvé par une majorité pour "maintenir l'ordre".
Dernière précision : Ce jour, d'après les syndicats, il y avait près de 4 millions de manifestants, et Nicolas Sarkozy mesure 163cm.
Selon le Ministère de l'Intérieur, il y n'y aurait eu que 825.607 manifestants, et Nicolas Sarkozy mesure 2,03 mètres...


Post Scriptum (27/10/2010) Cette affaire a beaucoup fait buzzé sur le net. On trouve, sur le site "Arrêt su images" un article assez complet sur les deux principales affaires.
enquête le 21/10/2010 par Dan Israel

Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net

Avec les témoignages reproduits du principal intervenant, Bertrand de Quatrebarbes, qui a tenté d'interrompre la casse de la vitrine, de sa fille, Sophie de Quatrebarbes, qui fut la première sur rue89-éco89 à témoigner sous le pseudonyme de Sophie24Barbes",
ainsi que d'un manifestant narrant de quelle façon la fin de la manifestation s'est terminée à l'Opéra avec une possible majorité de flics en civils infiltrés dans les manifestants anarcho-autonomes.

On remarquera, au passage, que depuis une semaine, la quantité de "policiers républicains" ayant participé à la "défense des valeurs républicaines" dans ce cortège et s'étant manifesté pour TÉMOIGNER - même anonymement est proche (égale) au zéro absolu !
On a juste vu apparaitre un "témoignage" chipoteur d'un policier de Chambéry - Olivier Combes - venu faire une remarque sur les chaussures. Sur le même site "Arrêt sur images" dans un autre article :
14h11 ça reste à vérifier
Policier-casseur à Chambéry ?
Par Dan Israel le 25/10/2010

Mise à jour - 27 octobre : Un policier basé à Chambéry, Oliiver Combes, nous envoie un message pour signaler qu'en améliorant la qualité des photographies, il devient clair que les deux personnes prises en photo ne sont pas les mêmes : "On découvre que le casseur, et non le policier comme il est dit dans votre reportage, possède des baskets blanches et non grises. Qu'il a un tee-shirt manches courtes, qui flotte a la base du dos".
... mais on aurait pu espérer que ce policier Olivier Combes vienne nous raconter par le détail son activité professionnelle de la journée, ainsi que celle de ses collègues.
On aurait souhaité qu'il vienne nous expliquer QUI sont les policiers qu'on voit sur la photo, quelle fut leur mission de la journée et les raison pour lesquelles SON COLLÈGUE de la photo (en vue nette) est photographié avec le visage masqué ?



PPS 27/10 13:05 Je viens de poster un message (sur le site Arrêt sur Images) au journaliste auteur des deux dossiers mentionnés, Dan Israël.
à Dan Israël

Bonjour
Je pensais vous signaler publiquement avoir reproduit votre "mise au point" et quelques extraits de votre texte, ainsi que une des photos.
... en post scriptum d'un de mes articles
http://revolisationactu.blogspot.com/2010/10/t-on-oui-ou-non-les-preuves.html
jeudi 21 octobre 2010
A-t-on, OUI OU NON ?, les preuves indiscutables de la présence de provocateurs sarkozystes dans les destructions actuelles imputées aux jeunes ? un commentaire sur RUE89

==
en tentant de trouver d'autres éventuels témoignages du policier de Chambéry Olivier Combes en utilisant Google, j'ai fait plusieurs "découvertes" concernant UN AUTRE DOMAINE, celui de votre RÉFÉRENCEMENT.
.... donc.... à transmettre à votre webmaster...

1° Je suis référencé plus rapidement que vous pour les nouvelles pages.... et les rectifications
http://www.google.fr/search?num=100&hl=fr&newwindow=1&safe=off&tbo=1&tbs=qdr%3Aw%2Csbd%3A1&q=%22olivier+combes%22&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=

on remarque que la ligne qui apparait a été déposé il y a moins d'une demi-heure, aujourd'hui 27/10

2° Il y a une faute d'orthographe dans l'énoncé de son prénom
http://www.google.fr/search?num=100&hl=fr&newwindow=1&safe=off&tbo=1&tbs=qdr%3Ad&q=site%3A%2F%2Fwww.arretsurimages.net+olivier+combes&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=

"Oliiver Combes"
http://www.google.fr/search?num=100&hl=fr&newwindow=1&safe=off&tbo=1&tbs=qdr%3Ad&q=site%3A%2F%2Fwww.arretsurimages.net+Oliiver+Combes%2C&btnG=Rechercher&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=

3° Vous auriez un scoop en obtenant ce que dont je signalais l'absence dans son "témoignage" de chipotage sur la couleur des baskets....
en effet......
.... je concluais tout à l'heure , mon post scriptum par :
=============
... mais on aurait pu espérer que ce policier Olivier Combes vienne nous raconter par le détail son activité professionnelle de la journée, ainsi que celle de ses collègues.
On aurait souhaité qu'il vienne nous expliquer QUI sont les policiers qu'on voit sur la photo, quelle fut leur mission de la journée et les raison pour lesquelles SON COLLÈGUE de la photo (en vue nette) est photographié avec le visage masqué ?
=============

BRAVO pour VOS DEUX DOSSIERS dont le sérieux documentaire et la clarté du style (et de la mise en page) sont des modèles de ce qu'est le journalisme. Il ne manque plus que la mise en lumière totale des poubelles des classes spoliatrices pour s'inscrire totalement dans la tradition Washington Post
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire