Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 26 octobre 2010

Après la défaite des cow-boys aventuristes réformistes : Blocages, piquets de grève ou construire une pyramide de délégués révocables (Préparer une révolution ou gesticuler en attendant 2012 ? 2)

Bonjour,
il est 13:08 ce mardi 26, je découvre votre question.

Nashtir Togitichi à Yanick Toutain :

alors, les grévistes réquisitionnés! Désobéissance ou pas, Yanick? que faire? comme disait Vladimir Illitch...
Je vais vous donner une réponse.
Votre question me donne l'occasion de revenir sur cette question des blocages .... et ce qui suit va donc devenir la première chronique du jour sur mon blog. Je vais commencer par la conclusion et vous donner en introduction la réponse à votre question.

""Les "blocages" minoritaires apparaitraient pour ce qu'ils sont : des clowneries d'irresponsables. Même les véritables PIQUETS DE GRÈVE dans des entreprises stratégiques seraient levés.... Empêcher les voitures et les camions de rouler n'a EN RIEN fait avancer le combat pour la révocation de Sarkozy...
Les tribunaux qui donnaient raison aux travailleurs du pétrole en grève auraient permis de CESSER les clowneries aventuristes et irresponsables avec honneur... Mais non, les aventuristes ont voulu contraindre la bourgeoisie à utiliser la réquisition !!!
Quelle stupidité !
En quoi le fait d'appauvrir la bourgeoisie pourrait-elle la contraindre à ACCEPTER de RÉVOQUER SARKOZY !!!
En quoi le fait de "bloquer l'économie" - le leitmotiv des cow-boys - serait-il  positif pour le combat en faveur de l'abolition du capitalisme... ?"



En 1989, lorsque les premiers symptômes du craquement de l'État stalinien apparurent - en RDA et en URSS, à la suite de la Pologne,-  j'avais acheté deux petits manuels : l'un pour apprendre le russe et l'autre pour apprendre l'allemand.
La vitesse à laquelle la contre-révolution anticapitaliste vainquit me surprit tout autant qu'elle surprit la totalité du public.
Il m'en est resté "Herr Ober ! Ein Bier !"... la première leçon du cours d'allemand et un texte de Lénine en russe avec la traduction en regard pour une leçon avancée de langue russe.
Ce texte portait sur les compromis...
La magie Internet me revenant en mémoire en écrivant la ligne qui précède.....puis... 5 minutes de recherches .... et je retrouve ce texte...

 =Lénine, La maladie infantile du communisme (le gauchisme) (1920) source du texte : site marxists.org

"En 1918, les choses n'allèrent pas jusqu'à la scission. Les communistes de "gauche" se bornèrent à constituer un groupe à part, une "fraction" au sein de notre parti, pas pour longtemps d'ailleurs. Dans la même année 1918, les représentants les plus
marquants du "communisme de gauche", Radek et Boukharine par exemple, reconnurent ouvertement leur erreur. La paix de Brest-Litovsk était à leurs yeux un compromis avec les impérialistes, inadmissible en principe et nuisible au parti du prolétariat
révolutionnaire. C'était bien, en effet, un compromis avec les impérialistes, mais il était justement celui que les circonstances rendaient obligatoire.

Aujourd'hui, lorsque j'entends attaquer, comme le font par exemple les "socialistes-révolutionnaires", la tactique que nous avons suivie en signant la paix de Brest-Litovsk, ou lorsque j'entends cette remarque que me fit le camarade Lansbury au cours d'un entretien: "Nos chefs anglais des trade-unions disent que les compromis sont admissibles pour eux aussi, puisqu'ils l'ont été pour le bolchevisme", je réponds généralement tout d'abord par cette comparaison simple et "populaire" :
Imaginez-vous que votre automobile soit arrêtée par des bandits armés. Vous leur donnez votre argent, votre passeport, votre revolver, votre auto. Vous vous débarrassez ainsi de l'agréable voisinage des bandits. C'est là un compromis, à n'en pas douter.
"Do ut des" (je te "donne" mon argent, mes armes, mon auto, "pour que tu me donnes" la possibilité de me retirer sain et sauf).
Mais on trouverait difficilement un homme, à moins qu'il n'ait perdu la raison, pour déclarer pareil compromis "inadmissible en principe", ou pour dénoncer celui qui l'a conclu comme complice des bandits (encore que les bandits, une fois maîtres de l'auto, aient pu s'en servir, ainsi que des armes, pour de nouveaux brigandages). Notre compromis avec les bandits de l'impérialisme allemand a été analogue à celui-là.
Mais lorsque les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires de Russie, les partisans de Scheidemann (et dans une large mesure les kautskistes) en Allemagne, Otto Bauer et Friedrich Adler (sans parler même de MM. Renner et Cie) en Autriche, les Renaudel, Longuet et Cie en France, les fabiens, les "indépendants" et les "travaillistes" ("labouristes") en Angleterre, ont conclu en 1914-1918 et en 1918-1920, contre le prolétariat révolutionnaire de leurs pays respectifs, des compromis avec les bandits de leur propre bourgeoisie et, parfois, de la bourgeoisie "alliée", tous ces messieurs se comportaient en complices du banditisme.
La conclusion est claire : rejeter les compromis "en principe", nier la légitimité des compromis en général, quels qu'ils soient, c'est un enfantillage qu'il est même difficile de prendre au sérieux. L'homme politique désireux d'être utile au prolétariat révolutionnaire, doit savoir discerner les cas concrets où les compromis sont inadmissibles, où ils expriment l'opportunisme et la trahison, et diriger contre ces compromis concrets tout le tranchant de sa critique, les dénoncer implacablement, leur déclarer une guerre irréconciliable, sans permettre aux vieux routiers du socialisme "d'affaires", ni aux jésuites parlementaires de se dérober, d'échapper par des dissertations sur les "compromis en général", à la responsabilité qui leur incombe. C'est bien ainsi que messieurs les "chefs" anglais des trade-unions, ou bien de la société fabienne et du Parti travailliste "indépendant", se dérobent à la responsabilité qui pèse sur eux pour la trahison qu'ils ont commise, pour avoir perpétré un compromis tel qu'il équivaut en fait à de l'opportunisme, à une défection et à une trahison de la pire espèce.
Il y a compromis et compromis. Il faut savoir analyser la situation et les conditions concrètes de chaque compromis ou de chaque variété de compromis. Il faut apprendre à distinguer entre l'homme qui a donné aux bandits de l'argent et des armes pour diminuer le mal causé par ces bandits et faciliter leur capture et leur exécution, et l'homme qui donne aux bandits de l'argent et des armes afin de participer au partage de leur butin. En politique, la chose est loin d'être toujours aussi facile que dans mon exemple d'une simplicité enfantine. Mais celui qui s'aviserait d'imaginer pour les ouvriers une recette offrant d'avance des solutions toutes prêtes pour toutes les circonstances de la vie, ou qui assurerait que dans la politique du prolétariat révolutionnaire il ne se rencontrera jamais de difficultés ni de situations embrouillées, celui-là ne serait qu'un charlatan.
Pour ne laisser place à aucun malentendu, j'essaierai d'esquisser, ne fût-ce que très brièvement, quelques principes fondamentaux pouvant servir à l'analyse des exemples concrets de compromis.
Le parti qui a conclu avec les impérialistes allemands un compromis en signant la paix de Brest-Litovsk, avait commencé à élaborer pratiquement son internationalisme dès la fin de 1914. Il n'avait pas craint de préconiser la défaite de la monarchie tsariste et de stigmatiser la "défense de la patrie" dans une guerre entre deux rapaces impérialistes. Les députés de ce parti au parlement prirent le chemin de la Sibérie, et non pas celui qui conduit aux portefeuilles ministériels dans un gouvernement bourgeois. La révolution qui a renversé le tsarisme et créé la République démocratique, a été pour ce parti une nouvelle et grande épreuve; il n'a accepté aucune entente avec "ses" impérialistes, mais a préparé leur renversement et les a renversés. Une fois maître du pouvoir politique, ce parti n'a laissé pierre sur pierre ni de la grande propriété terrienne ni de la propriété capitaliste. Après avoir publié et annulé les traités secrets des impérialistes, ce parti a proposé la paix à tous les peuples, et n'a cédé à la violence des rapaces de Brest-Litovsk qu'après que les impérialistes anglo-français eurent torpillé la paix, et que les bolcheviks eurent fait tout ce qui était humainement possible pour hâter la révolution en Allemagne et dans les autres pays. La parfaite justesse d'un tel compromis, conclu par un tel parti, dans une telle situation, devient chaque jour plus claire et plus évidente pour tous.
Les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires de Russie (comme d'ailleurs tous les chefs de la lie Internationale dans le monde entier en 1914-1920) avaient commencé par trahir, en justifiant, directement ou indirectement, la "défense de la patrie", c'est-à-dire la défense de leur bourgeoisie spoliatrice. Ils ont persisté dans la trahison en se coalisant avec la bourgeoisie de leur pays et en luttant aux côtés de leur bourgeoisie contre le prolétariat révolutionnaire de leur propre pays. Leur bloc, d'abord avec Kérensky et les cadets, puis avec Koltchak et Dénikine en Russie, de même que le bloc de leurs coreligionnaires étrangers avec la bourgeoisie de leurs pays respectifs, marqua leur passage aux côtés de la bourgeoisie contre le prolétariat. Leur compromis avec les bandits de l'impérialisme a consisté, du commencement à la fin, à se faire les complices du banditisme impérialiste."
On trouve ici la clé de l'analyse des piquets de grève (et des blocages).
Pour comprendre quoi faire, il suffit d'inscrire ce combat de la classe formoise dans le cadre du combat général pour l'abolition du capitalisme.
J'ai développé - ailleurs - l'argumentaire justifiant le fait que le "Révoquons Sarkozy" doit être le cœur de notre combat actuel.
CONSTRUISONS UNE LÉGITIMITÉ
sur la délégation générale révocable.
Mais, ce "Dehors Sarkozy" , pour être légitime, doit être accompagné du combat pour la construction de la mobilisation de 19 millions de délégateurs.
A défaut de cette construction, on tombe dans l'ornière réformiste des Mélenchon-Besancenot qui ne font que rouler pour "Ségolène 2012" .... (ou "Martine 2012)

LES BLOCAGES NE SONT PAS DES PIQUETS DE GRÈVE

La question se trouve précisément ici.
Plusieurs textes de Julie Amadis faisait clairement apparaitre (dans le "laboratoire sociologique" qu'est l'ancien bastion du stalinisme PCF - Le Havre), les méthodes antidémocratiques et de sabotage des thuriféraires acharnés des blocages minoritaires.
En particulier : lundi 11 octobre 2010 Comment saboter l'appel à une Assemblée Générale étudiante pour s'assurer un vote pro-blocage ? (ou unité UNEF-SUD VS la délégation générale révocable)


Nous démasquions,  ce 20 octobre, les pratiques de ces cow-boys réformistes et anti-démocrates : Les résultats de l'"assemblée générale" minoritaire de l'université du Havre (comment les cow-boys staliniens ont empêché le vote "RÉVOQUONS SARKOZY")


On voit donc, clairement, que les partisans des blocages minoritaires sont, en fait, les saboteurs du mouvement anti-Sarkozy.
Leur acharnement à refuser l'exigence du "DEHORS SARKOZY", leur refus de la DÉLÉGATION (UN POUR 25), leur refus de l'exigence de 5 MILLIONS D'EMBAUCHES, leur refus du "TROUPES FRANÇAISES HORS D'AFRIQUE", leur refus des TICKETS DE RATIONNEMENT CARBONE, tous ces REFUS les démasquent comme des adversaires de la révolution anti-capitaliste.

LES BLOQUEURS MINORITAIRES TENTAIENT
D'EMPÊCHER LA RÉVOLUTION
LA "DÉFAITE" D'AUJOURD'HUI EST LEUR DÉFAITE !
RÉJOUISSONS-NOUS

Il y a 9 jours, le dimanche 17 octobre, j'avais dénoncé dans "Essence : Béatrice n'est pas contente ! (Jules Durand revient, Franklin sauve la bourgeoisie capitaliste)

... la stratégie imbécile de tous les "Pierre Lebas" de France.
=
Après avoir démasqué les imbéciles réformistes-aventuristes
"Grâce à la stratégie lumineuse de Pierre Lebas et de l'UL CGT Le Havre, la petite dernière de Béatrice n'aura pas pu voir sa grande sœur ce week-end !!!

C'est certainement comme ça que Sarkozy va céder aux "justes" revendications de Pierre Lebas et de la moyenne et haute formoisie locale !!!
Empêcher les Havrais de circuler est une stratégie de crétin qui va impressionner Fillon et Sarkozy !!!

COMBIEN DE NEURONES FONCTIONNENT DANS LES CERVEAUX A FRANKLIN ?

Lisons attentivement la prose de tout ce que la ville regroupe de crétins réformistes, d'imbéciles néo-staliniens, d'ex-troskystes pavillonnaires et ramollos du cerveau :
Et fait citation de leur prose aventuriste lumineuse, je concluais par

"Au moment où il faudrait INCITER LA POPULATION A SE RÉUNIR PAR GROUPES DE 25 ... au moment où il faudrait FACILITER LES DÉPLACEMENTS.... au moments où il faudrait mettre les TRANSPORTS COLLECTIFS GRATUITS...

AU MOMENT OU DES RÉVOLUTIONNAIRES pourraient distribuer GRATUITEMENT l'essence des CAPITALISTES... le crétin stalinien Pierre Lebas... POUR SAUVER SARKOZY,  pour sauver le gouvernement, pour empêcher la LUTTE RÉVOLUTIONNAIRE destinée à mettre à bas le gouvernement, TENTE DE BLOQUER LA CIRCULATION !!!


Jules Durand revient ..... 
Franklin travaille pour sauver la bourgeoisie capitaliste !!!

=
Il est évident que nous nous réjouissons de la cessation de cette imbécile stratégie.... dont la fonction fut de saboter le développement de la lutte de la classe formoise et de détruire dans l'œuf l'émergence de la lutte anticapitaliste de la jeunesse....

Mais l'Histoire est impitoyable.... Et quand Internet vient conserver les traces du passé en les exposant publiquement, le jugement politique contre l'aventurisme des crétins, contre le réformisme des saboteurs apparait en pleine lumière.
=
IL Y A PLUS D'UN MOIS, le 23 septembre 2010,
40 CRÉTINS, au HAVRE,
(dirigeants syndicaux et politiques)
ALLAIENT - l'après-midi - SE PAVANER 
DANS UN BLOCAGE DE VOIES FERRÉES 
QUAND IL FALLAIT ORGANISER ...
.... LES 40 000 MANIFESTANTS
.......QUI AVAIENT DÉFILÉ .....

..... LE MATIN MÊME

=J'écrivais, le

jeudi 23 septembre 2010


La très réformiste CGT-Le Havre envoie un groupe ultra-minoritaire faire les clowns sur les voies ferrées pour pouvoir hurler à la "provocation policière". Ou comment masquer le refus de préparer le renversement de Sarkozy !


=

  • Yanick Toutain  On 25 septembre 2010 at 20 h 20 min
    Bonjour
    Sur la photo donnée par ce lien, on voit distinctement LE responsable CGT AVEC QUI j’ai débattu près de la voiture-sono CGT.
 Je relatais le (mini) débat que j'avais eu avec UN responsable CGT - Thierry Leballeur. (responsable de la ... voiture CGT dont n'avais pas éprouvé le besoin de citer le patronyme)...

J’ai débattu, ce midi, sur la place de l’Hôtel de Ville du Havre, avec le responsable CGT qu’on voit sur les photos (avec une barbe blanche)
Il est CONTRE la délégation révocable, CONTRE les coordinations, CONTRE le combat pour soutenir la revendication du SMIC pour nos cousins africains travaillant pour Bolloré ( il ose prétendre que l’important c’est le SMIC en France à 1500 euros)
Il est CONTRE le fait que les syndicats français réclament « Troupes Françaises Hors d’Afrique ».
Argument : « C’est politique et les syndicats ne peuvent pas réclamer ça ».
Et …. il est parti à ce moment là.
Rien à en tirer…
Pas étonnant qu’il aille faire le « cow-boy » l’après-midi sur les rails de la gare avec les anciens militants LCR que j’identifie sur la photo.
On y voit par ailleurs les militants SUD-étudiant et quelques-uns des étudiants qui se réunissaient à la (tragiquement maigrelette) Assemblée générale étudiante l’après-midi. (TRENTE participants (30 !!!)
Lors de cette AG, ils s’y opposèrent à la proposition de Julie Amadis de prioriser l’intervention en direction des quartiers pauvres de la ville.
Ils ENVISAGENT, – ils acceptent enfin après des années de refus – dans plusieurs semaines un PETIT quelque chose … mais ne VOIENT pas quoi faire.
Julie Amadis a proposé d’organiser RAPIDEMENT un débat dans l’ »Atrium » à Caucriauville. (Sorte de « foyer municipal pour jeunes »)
Refus.
Et ils se sont prononcés CONTRE la mise en place immédiate de la DÉLÉGATION RÉVOCABLE.
Jouer aux cow-boys avec la (très réformiste) direction CGT locale en faisant les clowns sur les voies ferrées est parfaitement compatible avec un réformisme vain. C’en est même le complément indispensable.
=
On ne s'étonnera pas de voir le néo-stalinien Pierre Lebas fuir complètement tout débat.... après avoir tenté de transformer le désaccord politique stratégique en une vilaine polémique concernant le fait qu'il serait - lui - l'unique "responsable CGT qu’on voit sur les photos (avec une barbe blanche)"
Bonnes vieilles méthodes staliniennes. Les bonnes vieilles méthodes de gangstérisme politique permettant de rendre hystériques de pauvres naïfs de leur néo-stalinien Service d'Ordre CGT.
Ils ne bousculent pas (encore) franchement - comme ils le faisaient en 1973 (ils - SO de la CGT = SO du PCF - cassaient la g.... des militants de la Ligue Communiste qu'ils rencontraient pendant les collages d'affiches) ... ils poussent du.... ventre.... quand on tente de leur expliquer que le fait de ne pas avoir nommé Thierry Leballeur .... était simplement du au caractère informel du débat....

Ils ont manipulé de malheureux chômeurs à qui ils refusent de crier "5 MILLIONS D'EMBAUCHE DE CHÔMEURS"...
Ils ont manipulé des pauvres qu'ils entrainent dans des manifestions dans lesquelles ils refusent que soit crié "DEHORS SARKOZY !"
Ils tentent de manipuler de naïfs chômeurs quand ils refusent - depuis 15 ans - de faire passer les MANIFESTATIONS à CAUCRIAUVILLE ET A MONT-GAILLARD !!!

LES PROTECTEURS ULTIMES DU CAC 40
SONT SUR LE PONT !
PARTI DE GAUCHE, PCF, NPA, CNT,
UNEF, SUD, etc... avec CGT, CFDT etc....

Parti de Gauche, PCF et NPA sont sur le pont. Ils sont sur le pont pour empêcher toute construction d'une structuration néo-soviétique.
Ils sont sur le pont en manipulant CGT, SUD, UNEF et toutes les structures pseudo-syndicales qui ne sont que des agences de la formoisie politique.
Comme un seul homme, ils rabâchent que c'est la question des retraites qui est la question prioritaire de notre lutte...

Quand le premier sondé venu, le premier passant venu.... pourrait leur expliquer que la question fondamentale est la question du.... chômage !!!

5 MILLIONS D'EMBAUCHE EN RÉVOQUANT SARKOZY !
5 MILLIONS D'EMBAUCHE PAR LA DÉLÉGATION RÉVOCABLE

Si un véritable parti révolutionnaire existait, ses militant-e-s seraient, avec leurs mégaphones, dans les quartiers pauvres pour fixer une telle perspective
Les "blocages" minoritaires apparaitraient pour ce qu'ils sont : des clowneries d'irresponsables. Même les véritables PIQUETS DE GREVE dans des entreprises stratégiques seraient levés.... Empêcher les voitures et les camions de rouler n'a EN RIEN fait avancer le combat pour la révocation de Sarkozy...
Les tribunaux qui donnaient raison aux travailleurs du pétrole en grève auraient permis de CESSER les clowneries aventuristes et irresponsables avec honneur... Mais non, les aventuristes ont voulu contraindre la bourgeoisie à utiliser la réquisition !!!
Quelle stupidité !
En quoi le fait d'appauvrir la bourgeoisie pourrait-elle la contraindre à ACCEPTER de RÉVOQUER SARKOZY !!!
En quoi le fait de "bloquer l'économie" - le leitmotiv des cow-boys - serait-il  positif pour le combat en faveur de l'abolition du capitalisme... ?

Mais oui, vont-ils tenter de nous faire avaler ..... Si le gouvernement recule sur les retraites..... Nous pourrons ENSUITE nous battre en faveur des CHÔMEURS !!!

La même absurde ruse que ce que la proto-formoisie utilisait pendant le CPE.... avant de laisser, lamentablement, les pauvres subir les mesures anti-pauvres que le gouvernement avait "oublié" de retirer .... quand il donna satisfaction aux bisounours de classes moyennes, aux cow-boys de la proto-formoisie...

DES IMPOSTEURS ENNEMIS DES PAUVRES

Tels sont les "bloqueurs" , tels sont les anti-"délégation", tels sont les anti-"Révoquons Sarkozy", tels sont les anti-"5 millions d'embauches", tels sont les anti-"troupes françaises hors d'Afrique", tels sont les anti-"tickets de rationnement carbone".

Tous ces Besancenot, CNT, et autre Mélenchon ne sont que des MALADES CONSUMÉRISTES, des délinquants consuméristes, des délinquants colonialistes protégeant des CRIMINELS CONSUMÉRISTES..... responsables de 3 millions de bébés morts en Afrique chaque année...

Ils ne sont que les héritiers de ceux que dénonçait Lénine
"Leur compromis avec les bandits de l'impérialisme a consisté, du commencement à la fin, à se faire les complices du banditisme impérialiste."
Reprendre le travail, les ouvriers de Petrograd 1917 n'ont pas cessé de le faire.... Seuls les menteurs peuvent faire croire - et les naïfs s'imaginer - que l'année de la Révolution d'Octobre fut une année de "grève reconductible" .....
Il ne s'agissait pas - en reprenant le travail après des journées de grève politiques - de "faire des compromis", il s'agissait de préparer, pas à pas le fait d'OBTENIR UNE MAJORITÉ POLITIQUE parmi les DÉLÉGUÉS RÉVOCABLES DES CONSEILS OUVRIERS.
C'est la ligne que nous préconisons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire