Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 31 janvier 2011

Le crétin fascisto-sioniste Netanyahou soutient Moubarak : un message secret demande aux USA de soutenir le socialo-fasciste Moubarak jusqu'au bout !

Pendant que des dizaines de milliers de personnes réclament au Caire et dans toute l'Egype "Moubarak DEGAGE", on assiste aux grandes manoeuvres des imbéciles. C'est la panique à Tel Aviv !
Selon le quotidien Haaretz, Israël, inquiet de préserver ses liens avec l'Egypte, seul pays arabe avec la Jordanie à avoir signé un traité de paix avec l'Etat hébreu, a demandé dans un message secret aux Etats-Unis et à des pays européens de soutenir le régime égyptien. (actu Orange 17:42)

S'il est vrai que les députés socialistes qui soutiennent son gouvernement appartiennent au même parti que Hosni Moubarak - comme Martine Aubry, Laurent Gbagbo et comme l'était Ben Ali -, s'il est vrai que des deux côtés du Sinaï ce sont des membres du gang de l'Internationale Socaliste qui sont au gouvernement - minoritaires sous le Likoud en Israël - ... la bêtise de réclamer la prolongation de la diuctature va sonner le glas du sionisme
Mais l'imbécile Benyamin Netanyahou n'en reste pas là et l'on apprend qu'il se met à délirer au plus haut niveau : Netanyahou a vu le fantôme de Khomeini tourner sur la place Tahrir du Caire au milieu des dizaines de milliers de manifestants.

Egypte: Netanyahu agite le spectre d'un régime à l'iranienne
(source
Romandie News)

JERUSALEM - Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a agité lundi le spectre d'un régime à l'iranienne en Egypte, dans le cas où "un mouvement islamiste organisé prendrait le contrôle de l'Etat" à la faveur du "chaos".
"Il est exact que l'islam extrémiste n'est pas à l'origine de l'instabilité. Ce n'était certainement pas le cas en Tunisie, et je ne pense pas que cela le soit en Egypte", a déclaré M. Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe avec le chancelière allemande, Angela Merkel, en visite à Jérusalem.
"Mais il est aussi vrai que dans une situation de chaos, un mouvement islamiste organisé peut prendre le contrôle de l'Etat. C'est arrivé en Iran et ailleurs", a-t-il ajouté.
Les Frères musulmans, le mouvement d'opposition le plus influent d'Egypte, ont rejeté lundi le nouveau gouvernement désigné par le président Hosni Moubarak et appelé à la poursuite des manifestations jusqu'à la chute du régime.
(©AFP / 31 janvier 2011 18h24)
Cette union nationale des crétins bigots sionistes ,n'a que quelques neurone a sa disposition : comment faire pour mettre plus d'huile sur le feu de la région que de soutenir un tyran en fin de régime !
Les ministres sont d'ailleurs baillonnés pour ne pas briser l'unité nationale des imbéciles !
Le soulèvement qui menace le régime d'Hosni Moubarak rend les Israéliens anxieux. Le sujet est si sensible que le Premier ministre, Benyamin Netanyahu, a interdit à ses ministres et conseillers de le commenter.(Express)
Espérons que de jeunes Israéliens sauveront le peu d'honneur qui reste à leur pays pour manifester en soutien avec le peuple égyptien.
Parce que le gouvernement, lui, est occupé à fricoter avec l'armée égyptienne.
On apprend en effet que Israel vient de briser un tabou dans le but d'aider Moubarak à massacrer la population égyptienne !

Israël aurait autorisé l'Égypte à se positionner dans le Sinaï
JÉRUSALEM — Des responsables israéliens ont affirmé lundi avoir donné leur accord pour laisser l'Égypte déplacer plusieurs centaines de soldats dans la péninsule du Sinaï pour la première fois depuis que les deux États ont signé un accord de paix, il y a trois décennies.
Étant donné les manifestations qui menacent le régime égyptien, les responsables ont déclaré qu'Israël avait permis à l'armée égyptienne de déplacer deux bataillons, soit environ 800 soldats, dans le Sinaï, dimanche. Les responsables ont précisé que les troupes étaient positionnées dans la région de Sharm el-Sheikh, située dans la pointe sud du Sinaï, loin d'Israël.
En vertu du traité de paix de 1979, Israël a remis le Sinaï à l'Égypte après s'en être emparé. En retour, l'Égypte a accepté de procéder au retrait de ses troupes afin d'en faire une zone démilitarisée.
La péninsule du Sinaï, une région aride, borde l'État hébreux, qui craignait alors une invasion.
Mais aujourd'hui, alors que la révolte gronde et s'étend en Égypte, des responsables israéliens s'inquiètent de plus en plus de la stabilité de leur voisin du sud. Ils craignent particulièrement que des militants palestiniens ne tirent profit des manifestations pour introduire des armes de contrebande dans la bande de Gaza en empruntant des tunnels situés sous la frontière entre l'Égypte et la bande de Gaza.
Les responsables israéliens se sont exprimés sous le couvert de l'anonymat, puisque le premier ministre Benjamin Nétanyahou a interdit au gouvernement de discuter de la situation en Égypte.
De son côté, l'Égypte n'a pas confirmé les manoeuvres, et David Satterfield, le directeur général d'une force indépendante de surveillance du Sinaï, à laquelle participent 12 nations, a refusé de commenter.
Les millions d'Egyptiens qui vont manifester demain mardi sauront appeler par leur nom ces responsables israeliens.


NOTES

Le deuxième gouvernement Netanyahou est investi par la 18e Knesset le 31 mars 2009, à la suite des élections législatives du 2009. Il compte le plus grand nombre de ministres qu'ait connu Israël et est ici présenté dans l'ordre protocolaire.

mais
mais il faut remarquer que le socialist Ehoud Barak a quitté l'Internationale Socialiste
Malgré seulement 13 députés travaillistes élus aux élections législatives, il est à nouveau membre du gouvernement Netanyahu en tant que ministre de la Défense, en juin 2007. Il démissionne du parti travailliste le 17 janvier 2011, avec quatre autres personnalités (Matan Vilnai, Einat Wilf, Orit Noked and Shalom Simchon) et annonce son intention de former un nouveau parti « centriste, sioniste et démocratique » du nom d'Indépendance (Hatzmaout)[1].


POST SCRIPTUM

19h15: L'armée considère les revendications des Egyptiens comme «légitimes»
Dans un communiqué, l'armée égyptienne, qui n'avait pas encore pris partie officiellement, estiment que les revendications des Egyptiens sont«légitimes». (20 MINUTES)
19h18: L'armée n'agira pas contre les manifestants
La chaîne de télé officielle égyptienne annonce que l'armée n'utilisera pas la force ce soir contre les manifestants.
19h45: Merkel nie avoir laissé tomber Moubarak
La chancelière allemande Angela Merkel a récusé lundi l'idée selon laquelle l'Europe et les Etats-Unis auraient lâché le président égyptien Hosni Moubarak. «Je ne crois pas que nous ayons laissé tomber l'Egypte», a-t-elle déclaré, s'adressant à la presse en compagnie du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, à Jérusalem. «On ne peut pas transiger avec ses principes et dire: 'ils sont valables dans certains pays, où on peut exprimer ses pensées et voter librement, mais ils ne tiennent pas du tout dans d'autres'. Par conséquent, je ne crois pas que nous ayons laissé tomber qui que ce soit», a ajouté Angela Merkel.
 20h10: Washington appelle Moubarak à négocier
La Maison blanche a déclaré lundi qu'elle n'allait pas choisir entre les manifestants égyptiens et les autorités. Par ailleurs, elle a appelé Hosni Moubarak à engager des négociations avec tous les groupes d'opposition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire