Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 24 janvier 2011

La plume de Jean-Louis Roche trempée dans un étron sénile rejouit ses lecteurs esthètes et réactionnaires. Les peuples d'Afrique ne sont pas dupes des talents de plume de Jean-Louis Roche et de Michel Sardou !.

Le talent de plume n'est jamais une garantie politique.
Le gangster politique militant du NPA, l'unique éditeur-rédacteur du blog "Comité de Salut Public" (sic!) Thierry X de Toulouse alias "Thierry-CSP" alias "Le Rectificateur" n'est qu'une crapule stalino-fasciste. Une crapule stalino-fasciste qui est parvenu à donner de l'audience à son blog - un blog rempli de vacuité quant aux propositions - en validant des commentaires d'extrême droite et en bannissant au contraire nos propositions révolutionnaires libéral-égalitaristes.
Ce Thierry-CSP a du talent. Je ne le contesterai pas.
En 1976, pendant mon service militaire, je posais quelque pièce dans le juke-box de Mailly-le-camp ou d'Epernay ou de Chalons, ou de Metz*, pour écouter les lignes poétiques indéniables du profond réactionnaire qu'était Michel Sardou à cette époque.

Les années sombres (1976-1977)

1976 est une année noire pour Sardou, dont le père décède en janvier. En outre, plusieurs extraits de l'album La vieille susciteront des polémiques : Je vais t'aimer, J'accuse, et surtout Le temps des colonies et Je suis pour.
Avec Le temps des colonies, Sardou, déjà suspecté de machisme, se voit accuser de faire l'apologie d'un colonialisme primaire et raciste. Les radios refusent de diffuser le titre, sauf France Inter - qui ne le diffusera qu'une seule fois. Libération commente alors : « Le fascisme n’est pas passé et Sardou va pouvoir continuer à sortir ses sinistres merdes à l’antenne[2]. »
Mais le chanteur ne renonce pas à occuper le terrain du politique. Il lance en octobre 1976 Je suis pour qui, cette fois, est massivement diffusée. La chanson, qui évoque l'assassinat d'un enfant, arrive en pleine affaire Patrick Henry, et met définitivement le feu aux poudres, Sardou se voyant accusé de faire l'apologie de la peine de mort.
Dès lors que le chanteur se positionne nettement à droite, ses principaux détracteurs seront Libération, Rouge et Le Quotidien du peuple, trois journaux marqués à gauche. Sardou déchaîne des batailles éditoriales, comme par exemple dans les colonnes de L’Humanité. Mais il suscite également de profondes interrogations sur le sens sociologique de son succès. Dans Rouge, on peut lire par exemple[3] :
«  Le propre d’un chanteur comme Sardou est d’être parvenu à donner forme à une chanson réactionnaire, au sens fort du mot. Il exprime les effets de la crise des valeurs et de l’idéologie traditionnelle sur ceux qui ne sont pas prêts à remettre présentement celle-ci en cause. »
Les pro et les anti-Sardou, journalistes comme artistes, font entendre leur voix. Ses soutiens écrivent dans les colonnes du Figaro, de Paris Match ou même du Monde.
Début 1977, plusieurs « comités Anti-Sardou » se forment, qui se donnent pour but d’empêcher le chanteur de donner ses récitals au cours de la tournée qui commence en février 1977 : ils organisent des manifestations en province contre sa venue, l’accueillent par des insultes à son arrivée, peignent des croix gammées sur les véhicules de sa caravane, distribuent des tracts très virulents. Une bombe est même retrouvée dans la chaufferie de Forest National, à Bruxelles. Michel Sardou prendra la décision d’annuler les quatre dernières dates de sa tournée.
Michel Sardou était réellement un artiste. Un vrai. Lui et ses co-auteurs écrivaient d'authentiques œuvres d'art.
Mais en faisant résonner leurs pathologies maladives.
Leurs pathologies racistes. Leurs pathologies criminelles d'apologistes de la loi du Talion.

LEUR TALENT ET LE NÔTRE

Des gens apprécient le talent de plume de Céline. Je peux le comprendre. L'art n'est pas quelque chose qui doit ni ne peut être enfermé dans les limites d'une ligne politique juste.
Même si les lignes que j'ai écrites depuis 3 ans pour les chansons du concept "Africa Unité 1" et "Africa Unité 2" sont à la fois juste historiquement et politiquement et aussi.... réellement des œuvres d'art.
La technique artistique peut facilement basculer dans les travers de sa jumelle - la technique rhétorique.
Mais cette jumelle n'est qu'une péripatéticienne. Une prostituée, une pute.
La rhétorique n'est pas un art. L'art est gratuit. La rhétorique est payante.
La rhétorique se fait payer : en espèce ou en nature.

LE TALENTUEUX GANGSTER POLITIQUE DU NPA THIERRY-CSP

Mais ce petit KGBiste qu'est CSP n'est même pas seulement un rhéteur. Il a aussi un talent de forme et de fond.
Son positionnement absurde qui le conduit à taper un jour sur la "gauche" du NPA des radoteurs de la Tendance Claire et le lendemain sur la droite du NPA qui se délité progressivement, morceau par morceau vers le Front de Gauche, n'empêche aucunement que pas de ses chroniques soient lisibles, intéressantes, drôles ....
Celui qui effectue les basses besognes du gangster politique Olivier Besancenot en allant demander (et obtenir) de Yann Guégan qu'il efface les commentaires révolutionnaires égalitaristes n'est pas seulement une crapule stalinienne sans morale ni éthique.
On peut même reconnaitre que sa censure néo-stalinienne et son positionnement au centre du NPA n'empêche aucunement qu'il ait un talent de plume supérieur au mien et au vôtre.
Mais cela n'est pas un argument politique.

LE FOSSE QUI SÉPARE JEAN-LOUIS ROCHE DE LA RÉVOLUTION

Vos blagues et vos formules qui plaisent tant à vos lecteurs réactionnaires ne font que davantage creuser le fossé qui vous sépare de la révolution véritable.
Vous avez un titre qui va plaire à la droite, aux socialo-fascistes du PS et du PG, aux stalino-fascistes du PCF et du NPA, aux gredins arrivistes prétendument anarchistes.

VOUS ETES UNE SECTE A MOURIR

Votre habituel public va applaudir.
Mais pas les lecteurs qui ont multiplié par dix en un mois notre audience.
Pas les lecteurs de Tunisie ou d'Algérie qui découvrent qu'il existe une trouée éclairée dans les enchevètrements d'une situation instable. Qu'il existe un moyen de construire un véritable gouvernement révocable. Un gouvernement qui représente le peuple.
Mais au fait, vous n'avez répondu à aucune des objections !
"... comme je suis héritier du baron de Munchausen". 
En utilisant le même procédé que vous, je pourrais même interrompre ici ma chronique. Je vous aurais "répondu".
J'en aurais mimé l'acte, en tout cas.
Le lecteur naïf serait content.
Il aurait eu son pesant de bonnes formules, de sourires de connivence (ce reproche SCIENTIFIQUE que vous fait Julie Amadis, vous n'en soufflez mot, naturellement, c'est votre habituel procédé de cynique sceptique qui écrit pour un public au lieu d'écrire pour des militants. Les militants se contrefichent de sourire, ils veulent des clés analytiques et des mots d'ordre programmatiques)



Mais je ne vais pas vous laisser vous acharner à persister dans l'erreur.
L'usage du net et de Google vous aurait, d'ailleurs éviter de réitérer bien des bourdes.
1° Pour commencer Google SAIT ce que signifie "formoisie".
"Vous parlez de « masses » et de « cousins tunisiens » (!??)avec une curieuse nouveauté – la théorie de la formoisie (= bourgeoisie et ses formations de merde) – dont la clé de voûte est un formalisme typiquement anarchiste : "
N'importe quel enfant de plus de 8 ans aurait la capacité de parcourir le net pour trouver que le sens de "formoisie" n'est pas et n'a jamais été "bourgeoisie et ses formations de merde "
Faire l'effort d'aller lire l'adversaire pour comprendre ses propos est inutile pour les blog à lecteurs monarchistes. Certes.
C'est comme si, un lecteur découvrait le mot "plus-value" et décrétait - en se dispensant d'en taper les lettres sur Google - que le sens serait "plaisr de la valeur".
Il pourrait ensuite construire toutes les fantasmagories de son choix sur les propos de son adversaire.
Mais ce que Jean-Louis Roche tente de masquer, c'est le fait que les Tunisiens dont le revenu est inférieur aux 600 euros du PIB mondial sont les VICTIMES directes de ce magnifique "prolétariat" dont il se veut être le héraut.
Jean-Louis Roche aura toutes les tribunes qu'il veut dans les médias contrôlés par les classes exploiteuses.
Jean-Louis Roche pourra baver sur l'égalitarisme, contre le salaire unique. Ses amis de la formoisie, ses amis de l'innovoisie, ses amis de la bourgeoisie lui tendront un micro pour cracher sur l'exigence de
500 DINARS par mois pour tous les Tunisiens ! TOUT DE SUITE !

Pour Jean-Louis Roch, il ne faut pas QUANTIFIER.
Ajouter un étage supplémentaire à la pyramide des 15 000 délégateurs ne doit pas être !
Ou alors, il faut désigner un délégué pour 37 !
"Enfin, il est certain que votre « formalisme » ne tient aucunement compte de la vie réelle des masses prolétariennes (que vous décrétez mortes) et qui, avant toute formalisation délégationnelle, doivent avoir combattu ou éliminés toutes les cliques gauchistes réacs et syndicalistes collabos, mené une réelle réflexion politique laquelle entraine le processus d’élections DIRECTES, pas précisément chiffré à 25 ou à 37. "
Quelle ironie ! Quelle suffisance !
La concurrence Thierry CSP- Jean-Louis Roche est impitoyable !
Leurs humours resteront au Panthéon des blagues ..... menchévistes !

La totalité - je dis bien la totalité - des quelques dizaines d'enfants de l'Afrique que j'ai rencontré "par hasard" depuis quinze jours, dès lors qu'ils ont quelque formation en math, comprennent parfaitement le fait que la racine cubique de 15000 est quasiment 25.
Ils comprennent le fait que la racine carré d'un nombre carré  compris entre 500 et 1000 ne peut être que 25. (4²²=16²= 256 et 6²²=36² =1296).
Ils comprennent donc que le fait de s'inscrire dans la double tradition de la Commune de Paris et de la Révolution de 1917 implique - si l'on veut AJOUTER un étage de délégué de FAIRE LE CHOIX DE 25 à l'exclusion de toute possibilité.
Mais Jean-Louis Roche a le droit d'être une buse en maths. La révolution lui apprendra les puissances, les racines en même temps que les logarithmes.

DES QUOTA : UNE URGENCE EN CAS DE REVOLUTION
LA CONSTITUTION c'est UNIQUEMENT le nombre de délégué

Mais il est vrai que Jean-Louis Roche ne croit pas possible une révolution. Il n'a rien vu venir. Il n'a pas vu arriver les milices d'auto-défense. Le lendemain de la publication de la photo de Téméraire Mirage, il niait que cela soit possible.
Mais il est vrai que Jean-Louis Roche méprise le potentiel révolutonnaire de nos cousins d'Afrique.
Nous écrivions ( entre autres) en 2008 :
NOUS ATTENDONS L'INSURRECTION DES TRAVA......

Jean-Louis Roche, après le 14 janvier 2011, écrit - dix jours plus tard - le 24 jaanvier

"Après la révolution tunisienne en trompe l’œil vous vous faites les mégaphones d’une vieille connerie : la révolution africaine !"


Devant pareille bêtise on hésite en le crétinisme pur et simple et un vieux fond mal nettoyé de racisme chauvin.
Ce qui suit - dans le texte de Jean-Louis Roche - n'offrant aucune tentative d'argumentation sur son attaque contre la "révolution africaine"... on restera dans l'expectative :

Au fond je dois donc révéler au monde entier que vous n’êtes qu’une vulgaire secte à prétention politique nationaliste sous-développée, avec un simili programme néo-khmer rouge d’égalitarisme à la con. Vous n’offrez pas un cadre de réflexion crédible alors que nous en avons tant besoin vu le désert intellectuel du maximalisme marxiste et la nullité politique de l’extrême gauche pour ne pas dire son conservatisme revendicatif social réactionnaire centré sur l’aristocratie syndicale en France comme en Tunisie.
Mais la situation en Tunisie n’est pas la clé de la situation, il n’y a PLUS DE REVOLUTION NATIONALE QUI TIENNE : ou internationalisation de la lutte de classe ou faillite totale dans des solutions nationales-démagogiques ou nationales-musulmaniaques. Voici mon analyse de l’heure publiée hier sur Libé :
Une "révolution nationale" ?
Où Jean-Louis Roche voit-il une "révolution nationale" dans la révolution anti-esclavagiste que les Africains vont mener contre lui et les siens, contre Jean-Louis Roche et sa formoisie ?
LA REVOLUTION AFRICAINE EST UNE REVOLUTION ANTI-ESCLAVAGISTE

Le combat de Spartakos - qui suivait l'insurrection en Sicile - n'est pas achevé.
Le processus mené par les Wisigoths, les Ostrogoths, les Burgondes, les peuples de Germanie de renversement des Etats esclavagistes n'est pas terminé.
La lutte des Africains contre les suppôts et les amis esclavagistes de l'éveque d'Hippone n'est pas terminée.
Rome tombée ce sont de nouveaux Etats qui ont pris le relais.
Louis 14 dut lutter en promulgant son Code Noir proto-nazi contre les luttes de résistance des esclaves marrons et en insurrection. Ce combat doit être fini.
La lutte de Toussaint Louverture contre le barbare Napoléon Premier et son "général Rommel" aux Antilles, l'esclavagiste génocidaire Leclerc, cette lutte n'est pas terminée !
La lutte de Patrice Lumumba et de ses collègues de 1961 était une lutte anti-esclavagiste.
La lutte de Thomas Sankara a été assassinée par le traitre Blaise Compaoré au service des esclavagistes français.
AUCUNE ATTAQUE CONTRE VINCENT BOLLORE de la part de Jean-Louis Roche !!!
Jean-Louis Roche n'attaque jamais le principal esclavagiste de France, le principal détenteur d'esclaves de la planète : Vincent Crassus Bolloré !

Cela n'a rien d'étonnant !

Cette absence totale de critique contre le bourreau de l'Afrique est un symptôme.
Pas une seule fois, pas un seul mot de mépris, pas une seule critique, pas une seule attaque, pas une seule dénonciation sur le blog Prolétariat Universel contre le principal bourreau de l'Afrique, contre le principal corrupteur de Nicolas Sarkozy.
Jean-Louis Roche, l'ami de la formoisie privilégiée de France cite le nom (sans le prénom) de Bolloré une seule et unique fois dans les centaines de pages de son blog.
UNE FOIS, EN 2008 !!!

vendredi 29 août 2008


TYPIQUE DE L’EXTREME-DROITE

Pire, il y a Bolloré « milliardaire formé à la banque Rothschild ».
Ce n'était même pas pour le critiquer lui - Vincent Bolloré !
Non, c'était simplement pour attaquer la façon dont Thierry Meyssan attaquait.... Bolloré !

Jean-Louis Roche devra s'expliquer
devant le peuple africain !

Quant à l'étron sénile dont il se croit obliger de tartouiller les analyses scientifiques de Julie Amadis, il ne témoigne que du symptôme dont est affligé Paul Biya.
Mais Jean-Louis Roche sait-il QUI est Paul Biya* ?




NOTES
* ces badernes imbéciles en me baladant pendant 10 mois avaient ignoré qui j'étais et pourquoi j'étais ici. J'avais gagné en surface ce que j'avais perdu en profondeur d'implantation. J'ai passé les deux derniers mois à faire de l'agitation révolutionnaire pro-Wilhelm Reich ! J'avais du temps à rattraper.

**Biya Le nom de Biya est mentionné UNE fois. Mais c"était un copier coler d'un tract dont Jean-Louis Roche n'était pas l'auteur !

J'ai eu, aujourd'hui, autre chose à faire qu'à relire ce texte -écrit ce matin - et à le publier. Depuis ce matin, le titre de l'inéffable Jean-Louis Roche a encore changé. Il est devenu, entre temps

"VOUS ETES UNE SECTE DE MUTANTS ILLUMINES!"


Nulle doute qu'une étude marketing fournie gracieusement par un lecteur monarchiste légitimiste ou un maurrasien fan de cette plume aura incité l'Auteur à réfréner un peu sa haine trop visible et son souhait de meurtre politique que le premier titre choisie révèlait.

Les insultes abjectes contre Julie Amadis n'ayant pas fait l'objet de cette étude marketing, l'infâme personnage les y a laissées.
Je signale au passage qu'entre son travail de mémoire de master et la rédaction d'un billet sur "la formoisie part en vacances à pas cher", Julie Amadis n'aura pas eu le temps de procéder à une étude psycho-sociologique des crachats du jour.
Les maladies du poumon sont pourtant remboursées par la sécu.
Dans ces couches sociales-là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire