Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 31 janvier 2011

Des recettes "bisounours" masquant une volonté de protéger les privilèges formois en Tunisie. Une réponse à Lamjed BenSedrine

Je ne connaissais pas l'auteur du texte auquel je répondais. J'ai, depuis, consulté son profil : un très haut formois parisien.
Lamjed BenSedrine
C'est donc bel et bien à une opération de confiscation de la Révolution Tunisienne qu'on assiste dans ce catalogue absurde rédigé par Lamjed BenSedrine
par Lamjed BenSedrine, dimanche 30 janvier 2011, 17:30
3-      Se tromper d’ennemi et considérer les islamistes tunisiens comme un danger pour la démocratie, comme n’a cessé de marteler la propagande de BEN ALI et ses maitres, en excluant un contre poids décisif à l’ancien régime, et une force susceptible de barrer la route à d’éventuelles alliances (‘’de nécessité’’) entre les partis d’opposition, représentés dans l’actuel gouvernement, et l’ancien régime, pour gagner les élections présidentielle et ramener l’échiquier politique à la ‘’raison’’. Ce scénario qui ramènerait le pouvoir à l’oligarchie, par la complicité de l’élite, est loin d’être hypothétique….
La tâche primordiale qui demeure jusqu’à présent  inaccomplie, est celle qui concerne le processus de neutralisation des tentacules de la dictature (police secrète, RCD) qui vise à  empêcher cette pieuvre, de reconstituer une nouvelle ‘’tête’’ (masquée par un discours démocratique) qui apparaitrait après les élections présidentielles ; élections qui sont prévus, et qu’il faut absolument refuser en tant que priorité électorale! En effet, la condition ‘’sine qua non’’ permettant la consécration du pouvoir par le peuple, passe par la priorité à accorder aux élections législatives et municipales, libérées de toutes contraintes ou exclusion. Cette chambre de député, par son caractère représentatif de la voix du peuple, pourra constituer un vrai gouvernement populaire, et entamer les débats (publics très large) pour l’adoption d’une nouvelle constitution, qui consacrera une démocratie à la hauteur du génie et de la culture de notre peuple. Ceci permettra à notre pays de combler tous les déficits et la réalisation de tous ses rêves ! Quant aux élections présidentielles, elles doivent être reléguées au second plan, si nous souhaitons rompre avec le système oligarchique, et apaiser les appétits qui parasitent la constitution du front uni, autour de la révolution. Ce n’est qu’à partir de la base, que l’architecture de l’état démocratique sera solidement bâtie.(...)
-- Limoger tous les cadres de la police secrète, en les mettant à la disposition de la justice pour instructions sur les violations des droits humains, et entamer ,sans tarder, la poursuite des tortionnaires avérés (dont la liste est connue par les associations des droits de l’homme).
-- Dissoudre le RCD, comme le réclame  le peuple (les arguments légaux, moraux et politiques ne manquent pas, pour concrétiser cet objectif).
-- Nomination à la tête de la RTT d’une personnalité ayant pris part à la révolution, parmi les journalistes ou les avocats.
-- Nommer un conseil de surveillance (constitué de magistrats issue de leur association indépendante,  d’un homme de confiance du General Ammar, d’un représentant du premier ministère et d’un représentant du CNLT et de la LTDH) attaché au ministre de l’intérieur et présidé par YAHYAOUI MOKHTAR, qui doit veiller sur les éventuels abus de pouvoir dans ce ministère, et permettre l’information du public, autant que la poursuite judicaire de tout dysfonctionnement, le cas échéant.

Je dépose une réponse sous son texte
Yanick Toutain
‎@Lamjed BenSedrine,

Cher monsieur, vos propositions sont confondantes de naïveté.

Vous proposez pour la Tunisie un système Bisounours, c'est à dire un système tel que les naïfs imaginent le fonctionnement de la France ou des USA.

Mais vous ou...bliez un petit détail : votre pays était - et reste - un pays SEMI-ESCLAVAGISTE où la main d'oeuvre à 150 euros par mois est une des DONNÉES FONDAMENTALES de la structure du capitalisme international.

Votre système laisser l'illusion d'une progression rapide vers des lois sociales à la française....

... mais.... si les Tunisiens ont un salaire égal au SMIC, d'où vont sortir les points de croissance PIB nécessaire à cette égalisation ?

Le PIB mondial actuel de 600 euros par mois - sauf à croître de 20 % l'an comme c'est notre projet APRES l'abolition du capitalisme - ne peut qu'être PARTAGE.

Comment la base sociale de Olivier Besancenot pourra-t-elle consommer ses 2000 euros par mois si les Tunisiens réclament de multiplier par 8 leur consommation.


Votre logique est donc celle de la construction d'un BROUILLARD DE FUMEE. Le brouillard de fumée habituel en Afrique depuis Lumumba. Un brouillard ayant pour fonction de tenter de PRESERVER LES PRIVILEGES DE LA CLASSE DES DIPLOMES.

Seule la DELEGATION GENERALE REVOCABLE peut empêcher le RETOUR DES ESCLAVAGISTES... seuls des délégués désignés à la base par des groupes de 25 et révocables à tout moment peuvent être le SOCLE de la volonté du peuple !

Et donc être le SOCLE d'un GOUVERNEMENT DE DELEGUES nationaux révocables à tout moment !

A BAS LES ELECTIONS !

A BAS LE GOUVERNEMENT COMPRADORE !

Mohamed Ghannouchi DEGAGE !

Fouad Mebazaa DEGAGE !

IL FAUT LA DELEGATION GENERALE REVOCABLE !

ZÉRO CHÔMEURS ! IL FAUT UN SALAIRE DE 500 DINARS POUR TOUS LES TUNISIENS (de plus de 14 ans et 1/2 part avant)

EMBAUCHE IMMEDIATE DE TOUS LES CHÔMEURS !

INVESTISSEMENT DEMOCRATIQUE (130 dinars par mois pour tous)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire