Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 29 janvier 2011

samedi 29 janvier 2011, en Egypte IL FAUT CASSER EN DEUX L'ARMEE DE MOUBARAK le socialo-fasciste ! Moubarak DEGAGE !

source : BBC News Protestors stand on army tanks in Tahrir Square in Cairo, Egypt
En soirée vendredi, des soldats ont lancé des signes de victoire à des milliers de  manifestants ayant bravé le couvre-feu dans la capitale et des policiers serraient la main de manifestants, selon un journaliste de l'AFP.(source France 2)

Des colonnes de blindés ont circulé dans les rues du Caire, et sans doute dans d'autres grandes villes, avec l'ordre d'aider la police à disperser les très nombreux manifestants et rétablir l'ordre, des images montrant les manifestants acclamant l'armée ont été diffusées à la télévision égyptienne, tandis que CNN a montré des manifestants fraternisant avec les soldats.

Il n'est pas parti cette nuit. Il se pavanait, fier des soutiens qu'il a obtenu par le silence de tous ses camarades criminels socialistes.
En ce samedi 29 janvier 2011, Martine Aubry n'a toujours pas chassé le dictateur sanglant de son organisation !
Le sang des victimes égyptiennes vient définitivement salir la réputation - ne parlons par d'honneur - de la totalité des dirigeants socialistes français et de toute l'Internationale Socialiste. Laurent Gbagbo et Ait Ahmed y compris.
Le larbin égyptien compradore de la bourgeoisie mondiale peut continuer à assassiner dans les rues du Caire.
Plus que jamais, l'enjeu de casser en deux cette armée compradore, cette armée de la formoisie militaire est la clé de la situation.
Si des groupes politiques égalitaristes existaient en Egypte, la priorité consisterait à inciter les habitants les plus pauvres à former des groupes de 25 pour désigner, en pyramide, leurs délégués de base, de conseils, leurs délégués députés, leurs délégués nationaux - ce dernier comme socle d'un gouvernement révolutionnaire.
Et ce délégués prendraient la responsabilité militaire de former des groupes d'auto-défense et de prendre le contrôle des fractions patriotiques de l'armée égyptienne.
C'est - d'ors et déjà - un gouvernement de délégués révocables qu'il faut organiser, qu'il faut présenter au peuple d'Egypte comme le débouché unique de la crise.
Les 66 % d'Egyptiens de plus de 14 ans doivent se transformer en délégateurs pour PRENDRE LE POUVOIR.
Le prendre des mains sanglantes du boucher du Caire.
Le protégé de Martine Aubry et de la classe capitaliste mondiale.
=



Le ballet des hypocrites ! MOUBARAK ASSASSINE LE PEUPLE, mais aucun ne lui demande de parti !


BBC News Cameron a téléphoné à Moubarak
rue89 (extraits)
19h15. L'Allemagne annonce qu'elle envisage de réduire son aide à l'Egypte si la répression des manifestations continue. Berlin avait annoncé en juin une aide de 200 millions d'euros en deux ans.

EL BARADEI APPELLE MOUBARAK A DEMISSIONNER !


19 heures. Mohamed el-Baradei, principal opposant politique à Hosni Moubarak, a appelé à la démission du chef de l'Etat égyptien. Il a apporté son soutien aux manifestants et critiqué l'attitude des Etats-Unis.
« Nous voulons un changement de régime. Le président Moubarak devrait démissionner. Nous devrions nous diriger vers un Etat démocratique avec un nouveau gouvernement et des élections libres et démocratiques (…). Le monde entier devrait prendre consicence que les Egyptiens ne vont pas rentrer chez eux avant que leurs exigences soient satisfaites. »
18 heures. Selon l'agence Reuters, les affrontements entre policiers et manifestants ont fait huit morts ce samedi au Caire. Al Jazeera indique que l'armée envoie des renforts sur tous les lieux de tension.

17h35. Des centaines de manifestants occupent la place Tahrir, dans le centre du Caire, déterminés à passer la nuit sur place en dépit du couvre-feu qui a débuté à 16 heures. Sur les images diffusées par la chaîne Al Jazeera, les protestaires sont assis alors que la nuit est tombée.
(Le Parisien)
rue89 (extraits)
17h15. Selon plusieurs journalistes sur place, les manifestants scandent des slogans hostiles au nouveau vice-président, Omar Suleiman.
17h05. Ahmed Shafik, ancien ministre de l'Aviation civile, est nommé Premier ministre.

17 heures. Les deux fils d'Hosni Moubarak, Alaa and Gamal, sont arrivés à Londres.

16h40. Les communications téléphoniques avec l'Egypte ont repris, mais pas les communications sur Internet. La journaliste Marion Guénard, avec qui Rue89 a déjà travaillé, nous a appelés. Elle a passé la journée à suivre les manifestations et va nous dicter un article.

Son sentiment est que les manifestants sont « décidés à aller jusqu'au bout » et que « la grande inconnue est l'armée ». « Ils sont dans la rue, ne sont pas agressifs, mais on ne sait pas de quel côté ils vont se ranger. » Derrière les chars, « il y a de vrais affrontements et des tirs à balle réelle de la part de la police ».

16h05. La foule continue de manifester. « Le nombre est bien plus élevé qu'hier », témoigne un envoyé spécial de la chaîne Al Jazeera (diffusée en direct sur le Web) en commentant les images de la foule. Al Jazeera mentionne également que, selon la télévision d'Etat égyptienne, Hosni Moubarak tient actuellement au Caire une réunion de crise.

15 heures. Il est 16 heures en Egypte, le couvre-feu vient de commencer au Caire, à Alexandrie et à Suez, mais des milliers de manifestants sont encore dans les rues. Pas de confrontation avec les militaires, au contraire accueillis par des cris de joie et des fleurs.

Un des leaders du parti présidentiel (Parti national démocratique), Ahmed Ezz a quitté le parti.

14h50. Al Jazeera nous informe que la police a ouvert le feu sur quelque 1 000 manifestants qui tentent de pénétrer dans le ministère de l'Intérieur au Caire. Un symbole fort, puisque le gouvernement y pratiquerait des actes de torture. L'armée n'est pas encore intervenue.

14h25. A Suez, des habitants manifestent en transportant les corps des personnes tuées lors des affrontements de vendredi dans les rues et en scandant des slogans exigeant la démission de Moubarak.

14h15. Le correspondant de la BBC au Caire raconte que des manifestants ont mis le feu au commissariat de Giza et ont attaqué les officiers de police à l'intérieur.

14 heures. Au moins huit personnes ont été tuées par balle lors de violences dans une prison à proximité du Caire.

13h10. Au Caire, des policiers ont formé une chaîne pour freiner la progression des manifestants.

12h50. Il y aurait des affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants à Ismailia (près du Caire), à Rafah et à Alexandrie, où des coups de feu ont été entendus.

12h25. Selon les estimations, 50 000 manifestants sont rassemblés sur la place Tahrir au Caire.

12h05. Au Caire, l'armée a bloqué les rues menant au Parlement et aux bâtiments gouvernementaux.

10h25. Selon l'agence Reuters, des tirs ont été entendus samedi en fin de matinée au Caire. On ignore encore s'il y a des nouvelles victimes.

10h15. La chaîne Al Jazeera informe que 15 personnes ont été tuées vendredi au Caire. Avec les 23 morts d'Alexandrie et les 15 décès à Suez, le bilan des victimes dans le pays passe ainsi à au moins 53 personnes pour la seule journée de vendredi

=
Live blogging

Egypte : un vice-président et un nouveau Premier ministre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire