Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 26 janvier 2011

Délégués révocables, révolution, égalitarisme, libéralisme vrai. Sur Nawaat, une réponse à Lotfi Kaabi

Découvrant avec enthousiasme le texte de Lotfi Kaabi, je commence une première réponse, cherche des références et des liens sur Google (en particulier sur Lénine et Marx pour 1871 et 1917. Redécouvrant mon texte de 2007, je m'empresse de le republier sur blogspot (pour qu'il soit lisible par plus de 120* lecteurs sans que le serveur de Orange ne tombe en rade !!)

mercredi 26 janvier 2011

En Tunisie, en Egypte, sur toute la Terre "il s'agit de préparer une révolution : la révolution la plus démocratique de toute l'Histoire de l'Humanité, la révolution qui ira au-delà du demos athénien , la révolution de tous les esclaves, " Lettre à mes camarades "vétérans" un texte du 22 avril 2007 sur voila.monyte


, et je rédige, dans la foulée une réponse à Lotfi Kaabi. Asdrubal (l'éditeur-rédacteur principal de Nawaat) me pardonnera l'impolitesse de n'avoir pas commencé par répondre à la réponse qu'il m'a faite du texte à lui adressé hier. L'urgence de la construction de la délégation générale révocable transcende toutes considérations de formelle politesse.

  1. Je commençais à rédiger à votre intention un texte re-situant dans la tradition historique ce que vous présentez comme étant sorti de la cuisse d’un inspiré de Delphes.
    Un texte rappelant l’existence des coordinations de délégués révocables de mars 1973 en France, l’existence des “délégués de conseil” révocables des soviets de 1917, l’existence des “délégués-députés” révocables de la Commune de Paris de 1871.
    J’interromps ma rédaction immédiatement.
    Et je réédite* un texte de 2007 qui insiste précisément sur les deux points chauds de la situation tunisienne (et égyptienne) de l’heure : le caractère nécessairement égalitariste de la révolution et l’importance d’ANCRER sur la base la construction d’une pyramide de délégués.
    mercredi 26 janvier 2011
    En Tunisie, en Egypte, sur toute la Terre “il s’agit de préparer une révolution : la révolution la plus démocratique de toute l’Histoire de l’Humanité, la révolution qui ira au-delà du demos athénien , la révolution de tous les esclaves, ” Lettre à mes camarades “vétérans” un texte du 22 avril 2007 sur voila.monyte
    il s’agit de préparer une révolution : la révolution la plus démocratique de toute l’Histoire de l’Humanité, la révolution qui ira au-delà du demos athénien , la révolution de tous les esclaves, pour laquelle le mot Humanocratie devra être inventer pour signifier qu’il n’y aura aucune exclusion – de 7 à 117 ans – de quiconque dans le choix de ses délégués, aucune exclusion d’âge, de territoire, de revenu, de statut !
    Lettre à mes camarades “vétérans”
    J’ai découvert votre appel à l’”unité de classe” très tardivement, à deux jours du scrutin. J’avais envisagé de prendre localement des contacts pour un tel appel à vocation de “masse” dirigé vers tous ceux et toutes celles qui, à un moment ou un autre, avaient été militants actifs de la JCR/LC/FCR/LCR dans le but d’en finir avec le capitalisme et qui n’ont toujours pas perdu comme objectif collectif et individuel l’abolition de toute société de classe. (..)
    Mais quoi qu’il en soit, l’avenir est déterminé par la triple question de l’analyse, de l’organisation et du programme.
    Pour ce qui concerne l’analyse, j’ai avancé jusqu’à donner fondamentalement raison à Kollontaï, Chliapnikov, Crépeau et Castoriadis : c’est bel et bien une classe sociale qui a pris le pouvoir en URSS : La classe des diplômés dans sa composante supérieure. Ce sont les cadres supérieurs qui ont aspiré la plus value vers les détenteurs du capital formation. Ils l’ont aspiré à tel point qu’en tant que gestionnaires, les sommets en ont accaparé une quantité plus importante encore que celle “autorisée” par les schéma de Marx (“autorisée” dans le cadre d’une légitimation de la possession d’un capital formation et des fruits des gains de productivité qui en résultent). Les données se trouvent dans la “Révolution trahie”
    C’est la raison pour laquelle, la question de l’analyse a une actualité cruciale dans les taches immédiates : Allons nous, vous et moi, oui ou non, laisser cette classe sociale faire une OPA sur le mouvement de rébellion anticapitaliste qui est à l’œuvre depuis 15 ans, mouvement de rébellion que le complot du 11 septembre a bridé momentanément et qui redémarre actuellement à mesure que le but de Bush (fabriquer des terroristes) apparaît comme un échec?
    C’est exactement l’enjeu actuel pour la Tunisie, pour l’Algérie, pour l’Egypte et demain, pour toute l’Afrique

    Allons-nous laisser la classe sociale qui est à la racine du stalinisme parasiter le mouvement anticapitaliste mondial pour en faire l’outil de ses privilèges et de l’accroissement de ceux-ci ?
    Vous voulez l’”unité de la classe” Je souhaite l’unité des exploités, l’unité de ceux dont le revenu est inférieur au produit intérieur brut MONDIAL. Je souhaite l’unité des autres classes sur la base des revendications prioritaires des plus démunis, des exploités et des exclus.
    On voit déjà tous ces diplômés arrivistes, résistants de la dernière heure qui réclament l’arrêt de manifestation et le retour au travail.
    Ils ont peur du Grand Partage Egalitariste. Ils ont peur deu mot d’ordre “500 dinars pour tous les Tunisiens”

    (…)
    Quand la revendication de 1000 euros pour tous les Terriens apparaît de plus en plus comme la seule susceptible d’unifier les combat de tous les exclus, les opprimés les exploités, le parti de Besancenot réclame deux mille euros.
    Ils les réclame pour ceux qui touchent 1700… Ils auront 300 de plus; lais il réclame de toucher 5000 euros pour ceux qui en touchent 4700 !
    Que dirait Léon Trotsky ?
    J’ai l’absolue conviction qu’il accepterait de revenir sur ses propos de 1938 et que les termes de son appel aux travailleurs marocains (manipulés par les fascistes espagnols) seraient généralisés à la totalité de la planète : un appel à l’unité pour en finir avec l’exploitation du nord par le sud !
    (…)
    De la même façon, le pro impérialiste européen qui se soucie des exportations de son impérialisme au point de vouloir contrôler la parité de l’euro, celui n’a rien à faire ici !
    Comment en sortir ?
    La solution – notre solution – est simple : l’auto organisation démocratique, la démocratie soviétique que nous a enseignée Trotsky – qui en a décelé l’importance dès 1905 : Il faut structurer le mouvement Bové avec une vocation de mouvement de masse, et non pas de fonctionnement de cartel de chapelles plus ou moins sectaires, plus ou moins honnêtes, avec des magouilleurs pro impérialistes dans les structures de définition du programme !
    Il faut consolider et généraliser nos acquis : Les usines de Petrograd envoyaient un délégué pour 500 ouvriers.
    L’élévation culturelle doit nous permettre d’ajouter un échelon : Ne plus tolérer des AG dans lesquelles les délégués sont ovationnés par bloc de 5 ou 10 , manipulation qui sont la honte de l’aile bureaucratique de la Ligue. Il faut instaurer un système de délégation révocable à taille humaine : 1 délégué pour 25 suffrageants (et cela sans critère préalable : les 25 se concertant sans aucun critère d’appartenance commune, 25 personnes venues de partout se choisissent librement un délégué le plus à même de les représenter de façon révocable.
    Et 25 délégués du premier niveau choisissent un délégué du deuxième niveau (choix libre sans minorité : pas de 12 contre 13)
    On retrouve le ratio de 1917 à Petrograd 1 délégué pour 625.
    Pour les échelons supérieurs, la même règle permet de poursuivre la représentation démocratique : 25 délégués niveau 2 choisissent un délégué niveau 3 (qui représente 15625 personnes)
    Un département de 600 000 “délégants” aurait 40 délégués (de niveau 3)
    C’est cela, le meilleur de la tradition historiquement préservée par Trotsky – quand la constitution stalinienne de 1936 sonnait le glas du fonctionnement soviétique, au moment où Staline pourfendait ce qu’il appelait l’”égalitarisme petit-bourgeois”
    C’est la bataille pour un fonctionnement de ce type qui empêchera la période précédant les législatives de devenir une foire de maquignon dans les couloirs du mouvement social : Que dans tous les quartiers, les jeunes, les rebelles, les exclus soient appelés à désigner leurs délégués… et ce seront les délégués de niveaux 3 qui présenteront celui ou celle d’entre eux qu’ils estimeront le plus à même d’entre leur candidat révocable !
    C’est sur cela que nous devons nous mettre d’accord ensemble Lotfi Kaabi,le fait que la délégation doit être construire – non pas dans des assemblées générales que les professionnels de la manipulation vont confisquer (des professionnels du genre Besancenot qu’on avoit se précipiter à Tunis quand son NPA a tout fait pour EMPECHER que soit crié le mot d’ordre “REVOQUONS SARKOZY !”
    C’est ainsi que le sabotage de Krinive-Besancenot, celui de Laguiller, celui du parti des travailleurs cachés derrière leur maire connaîtra sa sanction la plus forte ! Pas dans des magouilles de cartels !
    Il ne faut d’ailleurs pas de

    “4. Créer un Parti de Démocratie Inclusive qui fonctionnera comme un modèle de démocratie directe ou toute décision sera prise en consultation directe avec la base et non pas via un bureau exécutif”
    comme vous le préconisez. Un tel parti aurait pour LOGIQUE de PARASITER la construction des VERITABLES structures de délégués.
    Il faut que la délégation générale révocable par 25 TRANSCENDE les divisions partidaires.
    C’est ainsi que nous avanceront d’un pas en direction de la fermeture définitive de la bourse, la fermeture des banques et la fin de l’intérêt !
    Car il s’agit de préparer une révolution : la révolution la plus démocratique de toute l’Histoire de l’Humanité, la révolution qui ira au-delà du demos athénien , la révolution de tous les esclaves, pour laquelle le mot Humanocratie devra être inventer pour signifier qu’il n’y aura aucune exclusion – de 7 à 117 ans – de quiconque dans le choix de ses délégués, aucune exclusion d’âge, de territoire, de revenu, de statut !
    Si vous partagez ce projet d’un partage de toutes les richesses et d’un pouvoir égal pour tous les Terriens, alors, ici, sur ce programme particulier, vous pouvez nous rejoindre (nous trois)dans notre combat pour un projet libéral égalitariste.
    Si votre inspirateur Takis Fotopoulos en partage les revendications (1000 euros pour tous les Terriens, 300 euros pour INVESTIR sans profit par UN CHOIX INDIVIDUEL…nous pouvons nous REGROUPER à CINQ !
    Ce qui suit était spécifique à la France de 2007, mais 2010 en rendait aussi nécessaire leur application. Contre les choix et les magouilles de tous ces partis pourris qui sont parvenus à limiter le combat à la seule question des retraites.
    Les chômeurs tunisiens, de la même façon pourraient être appelés à recevoir 500 dinars en se rendant (librement) utiles.
    Il apparaîtra de soit, alors, que trois mesures les plus urgentes sont à mettre en place. (Plus la quatrième : notre survie !)
    D’abord seront l’embauche massive de cinq millions de tuteurs sociaux rétribués 1000 euros par mois, de 6, 7, 10 millions de tuteurs sociaux incitant les retraités au minimum vieillisse à accepter de recevoir 1000 euros en échange de l’activité sociale utile de leur choix, idem pour les “femmes au foyer” idem pour les étudiants, les lycéens, les collégiens de plus de 14 ans, incités à s’aider les uns les autres, incités à se rendre utiles par leur créativité : chaque rappeur a d’or et déjà son diplôme d’utilité sociale et mérite – aujourd’hui ses 1000 euros par mois !
    Il va de soit que la deuxième mesure concerne le rapatriement immédiat de l’armée d’occupation fasciste colonialiste qui brime nos cousins Africains.
    Il va de soit que la troisième mesure consiste en la suppression de toutes les instances prétendument démocratiques en faveur de la révocabilité généralisée ! La délégation générale !
    La 4° et dernière mesure est une mesure d’ordre public : Elle consistera en la mise en place de tickets de rationnement carbone :1 kg par jour par personne pour cesser immédiatement la construction délirante de ce couvercle carbone qui emprisonne les photons, qui empêche les grains de lumière de s’échapper de la Terre et qui sont en train de transformer notre climat en fournaise : Le dernier crime du capitalisme avant son abolition !
    Cet aspect est développé dans d’autres textes. En effet toute taxe carbone doit être basée sur la distribution (égale pour chaque Terrien) de tickets de rationnement. C’est la vente de ces tickets par ceux qui polluent le moins à ceux qui polluent le plus qui DOIVENT être à la base d’un MARCHE MONDIAL de TAXES CARBONE. La Tunisie serait alors EXPORTATRICE de tickets rationnement carbone et pourrait, en marchandisant sa non participation au crime écologique, contribuer à équilibrer sa balance commerciale

    J’espère votre soutien , et notre collaboration !
    Salutations égalitaristes !
    Yanick Toutain
    22/04/07 02:57
    Les mêmes voeux et les mêmes souhaits vous sont envoyés.
    La réponse que j’attends de vous est très simple :
    4 POINTS d’ACCORD OU DE DESACCORD
    1° ACCEPTEZ-VOUS DE PRECONISER UN SYSTEME DE DELEGATION PAR 25 (25 citoyens de plus de 14 ans se groupant librement, devenant donc 25 délégateurs de base en désignant leur délégué) en AJOUTANT donc UN ETAGE, UN DELEGUE DE BASE au système de 1917 ?
    Acceptez-vous que le délégué de conseil soit désignés et contrôlé en permanence par 25 délégués de base ? (pour empêcher les manipulations d’assemblées générales par la classe sociale des diplômés et ses agents NPA et autres)
    2° Acceptez-vous, que les instances gouvernementales, d’auto-défense, de justice soient dissoutes et reconstruites sous le CONTRÔLE EXCLUSIF des structures de délégués ?
    3° ACCEPTEZ-VOUS de préconiser un REVENU UNIQUE pour tous les Tunisiens. 500 dinars pour ceux ayant 14 ans ou plus et une demi-part de 250 dinars pour les plus jeunes ?
    4° ACCEPTEZ-VOUS LE VERSANT libéral VRAI de notre projet, c’est à dire le VERSEMENT DE 130 dinars à investir par citoyen. Un investissement public dans des entreprises ou structures égalitaristes (rendant leur C.A. en totalité à la caisse commune égalitariste) un “investissement démocratique” qui deviendrait un devoir civique, individuel, public.
    *je réédite car Orange avait, en effet, une manie : dès que 120-130 personnes consultaient mes pages, le site voila.monsyte devenait inaccessible et menaces immédiates de détruire la totalité des pages. Passer sur blogspot a résolu le problème.








Nous publions en complément le texte original de Lotfi Kaabi. Cela soulagera un peu Nawaat pour ceux qui souhaiterait le lire in extenso.
Je signale au passage à Lotfi Kaabi que concernant Takis Fotopoulos qu'il existe en ligne des bios plus complètes que le wikipédia ainsi que UN TELECHARGEMENT GRATUIT d'un PDF en anglais de l'ouvrage Towards an inclusive democracy



Home » Tunisie 2011 » Révolution Tunisienne et Démocracie Inclusive

Révolution Tunisienne et Démocracie Inclusive

Par Lotfi Kaabi,
La Révolution glorieuse du peuple Tunisien exige de nous de re-penser la politique et a instaurer un nouveau modèle de démocratie directe et participative qui répond aux espoirs et attentes de la rue de Ben Guerdane a Bizerte qui exigent des réformes politiques, sociales et économiques et une coupure claire et nette avec le passé dans toutes ses formes.
Ce modèle existe et il a pour nom ‘Démocratie Inclusive’, Il a été imaginé par le penseur Takis Fotopoulos et permet la constitution d’un régime politique a partir de la bases – les comités de défense des quartiers qui ont été crées la semaine dernière qui exploitent les structures de l’UGTT et les milliers d’utilisateurs de fb et twitter et blogueurs pour faire passer directement les demandes de la base aux organes de l’exécutif.
Les buts de la démocratie inclusive
I. La cause ultime de la crise multidimensionnelle que nous vivons (politique, économique, sociale, écologique et culturelle) est la concentration du pouvoir entre les mains de diverses élites. Cette concentration est maintenue et reproduite par la dynamique du système de l’économie de marché (sous sa forme internationalisée actuelle) et de son complément politique, la «démocratie» représentative, c’est-à-dire par le système économique et politique apparu en Occident il y a deux siècles.
II. Ce n’est donc pas en le réformant que l’on pourra surmonter la crise chronique qui s’est ouverte à sa naissance, et qui s’est aggravée ces dernières années avec l’internationalisation de l’économie de marché – c’est pourtant ce que proposent, en toute utopie, les courants dits «de la société civile» et les organisations et partis verts, qui servent en dernière analyse de caution au système. On ne trouvera une issue à la crise qu’en créant une nouvelle forme d’organisation politique, sociale et économique capable de garantir une répartition égalitaire du pouvoir entre les citoyens sur tous les plans (politique, économique, social, culturel). La Démocratie Inclusive n’est donc pas une utopie de plus, c’est un nouveau mode d’organisation sociale qui vise, en répartissant le pouvoir à égalité à tous les niveaux, à résoudre définitivement l’actuelle crise multidimensionnelle. Le but ultime est d’instaurer un Ordre Mondial Démocratique, fondé sur des confédérations de Démocraties Inclusives, qui remplacera les ordres mondiaux hiérarchiques d’hier et d’aujourd’hui.
III. La Démocratie Inclusive constitue la forme la plus haute de la démocratie, puisqu’elle crée les conditions institutionnelles préalables de la démocratie politique (ou directe), de la démocratie économique, de la démocratie dans le champ social et de la démocratie écologique. Au niveau subjectif, la Démocratie Inclusive repose sur le choix conscient de l’autonomie par les citoyens, et non sur des dogmes, religions et doctrines irrationnelles ou systèmes théoriques clos qui interdisent la discussion sur les fondements ultimes de leurs croyances – pierre angulaire de la démocratie.
IV. La démocratie politique implique la création d’institutions de démocratie directe au niveau politique: toutes les décisions doivent être prises par les assemblées démotiques (c’est-à-dire les assemblées locales de citoyens au niveau du dèmos), qui se confédèrent au niveau régional, national, et finalement continental et mondial. Les assemblées régionales, nationales et confédérales sont composées de délégués immédiatement révocables par les assemblées démotiques, et leur unique fonction est de mettre en œuvre et de coordonner les décisions prises par les assemblées démotiques. La démocratie politique assure donc la ré-intégration de la société dans le champ politique, et remplace l’État, cette autorité séparée qui s’exerce sur les citoyens et qui, fondamentalement, a transformé les citoyens en sujets.
V. La démocratie économique implique la création d’institutions de propriété collective des ressources productives (c’est-à-dire des sources de la richesse sociale) et leur contrôle collectif par les assemblées démotiques. Le système de l’économie de marché a conduit à l’énorme concentration actuelle des richesses entre les mains d’une petite minorité, ainsi qu’au chômage, au sous-emploi, à la précarité, à la dégradation des services sociaux et à la catastrophe écologique. Il serait remplacé par des institutions nouvelles de contrôle démocratique des moyens de production, qui se proposeront, d’une part, de satisfaire les besoins essentiels de tous les citoyens et citoyennes et, d’autre part, d’assurer à chacun la liberté de choisir comment satisfaire ses besoins non essentiels, en fonction de son arbitrage personnel entre travail et loisir. La démocratie économique assure donc la ré-intégration de la société dans le champ économique, et remplace l’économie du marché et de l’argent qui divise les citoyens en privilégiés (qui satisfont tous leurs besoins réels ou imaginaires, et au-delà) et non-privilégiés (hors d’état de satisfaire même leurs besoins essentiels).
VI. La démocratie dans le champ social implique la création d’institutions d’autogestion dans les usines, les bureaux et les lieux de production en général, ainsi que dans les institutions pédagogiques et culturelles (médias, art, etc.). Les conseils ouvriers, conseils étudiants, etc., assurent l’autogestion des lieux de production, d’éducation, etc., guidés par les buts généraux fixés par les assemblées démotiques, ainsi que par les préférences des citoyens, tant comme producteurs que comme consommateurs. On trouvera un modèle de fonctionnement possible d’une démocratie économique – montrant en particulier comment les décisions des citoyens dans les assemblées démotiques pourraient interagir avec les décisions des citoyens dans les institutions autogérées – dans la revue Democracy & Nature, vol III, n° 2 (1995) et, de façon plus détaillée, dans le livre Vers une démocratie générale (Éd. du Seuil, 2002), chap. 6.
VII. La démocratie écologique implique la création d’institutions et d’une culture qui assurent la ré-intégration de la société et de la nature. Le but de l’activité économique n’est pas l’actuel «développement» éco-catastrophique qu’imposent la concurrence et les exigences de profit, c’est la satisfaction des besoins de tous les citoyens sur un mode qui garantisse la vraie qualité de la vie, que seule peut apporter une relation harmonieuse entre la société et la nature. La démocratie écologique ne peut donc advenir au sein du système actuel d’économie de marché et de l’«économie de croissance» qui en découle, ni au sein de tout système essentiellement tourné vers la croissance, comme le système centralisé du «socialisme réel».
VIII. La Démocratie Inclusive n’est ni le résultat d’un processus dialectique à l’œuvre dans la nature ou la société, qui serait déterminé par des «lois/tendances» de l’évolution naturelle ou sociale, ni une simple utopie supplémentaire comme il en apparaît dans l’espace libertaire. Elle est incompatible avec tout système théorique fermé et, bien sûr, avec tout irrationalisme religieux (ou non). Le projet de Démocratie Inclusive vise à construire un mouvement de masse capable de synthétiser et de transcender les mouvements pour le socialisme, la démocratie et l’autonomie ainsi que les nouveaux mouvements sociaux pour l’égalité sans distinction de sexe, de race ou d’ethnie, etc.
IX. La transition vers la Démocratie Inclusive suppose la création, aux niveaux local, régional, national et finalement continental et mondial, d’un mouvement de masse visant à remplacer le système de l’économie de marché et de la “démocratie” représentative par des institutions de démocratie directe, économique, écologique et sociale. Ce mouvement intervient à tous les niveaux (politique, économique, social, écologique et culturel) afin d’instaurer de nouvelles institutions et une nouvelle culture. Il ne le fait pas exclusivement «par l’exemple» (en adoptant des modes de vie individuelle ou sociale alternatifs), ou par l’action directe, ou par la participation aux élections municipales, mais en associant ces formes d’action et d’autres semblables – et surtout en les intégrant toutes à un programme politique global de changement social radical pour instaurer une Démocratie Inclusive. La participation aux élections municipales (les seules compatibles avec l’objectif de Démocratie Inclusive) a pour seul but d’établir, à une échelle sociale significative, des institutions et une culture fondées sur la Démocratie Inclusive. L’objectif ultime est de créer une situation de double pouvoir, grâce à l’élévation de la conscience collective qu’apporte la lutte contre les institutions existantes, et aussi la lutte pour les institutions nouvelles et leur mise en place. Quand les citoyens auront majoritairement accepté les principes d’organisation démocratiques et prendront part aux nouvelles institutions en masse, aucune puissance sur terre ne pourra empêcher l’effondrement de l’ancien système de concentration du pouvoir entre les mains petite élite – source de tous les problèmes qui accablent la majorité du genre humain (la stratégie de transition vers une Démocratie Inclusive est exposée en detail dans Democracy & Nature, vol 8, no 1, 2002).
X. L’objectif intermédiaire est de construire un Réseau de Citoyens pour la Démocratie Inclusive, qui se proposera, tant par l’intervention politique que par des activités culturelles, de susciter une conscience démocratique alternative, afin de contribuer à la création d’un large mouvement politique pour le passage à la Démocratie Inclusive. Un premier pas pourrait être la constitution de groupes d’étude permettant d’approfondir les connaissances des militants sur les divers aspects du projet de Démocratie Inclusive, dont les problèmes cruciaux de la stratégie et de la tactique.
Idées pratiques
1. Propager les idées de la Démocratie Inclusive a un maximum de gens sur fb et twitter et surtout aux comités de défense des quartiers.
2. Créer un réseau social qui regroupe les représentants des comités de défense locales sur toute la république.
3. Organiser un séminaire national ou l’on invite M. Takis Fotopoulos pour développer un plan de route pour une Démocratie Inclusive.
4. Créer un Parti de Démocratie Inclusive qui fonctionnera comme un modèle de démocratie directe ou toute décision sera prise en consultation directe avec la base et non pas via un bureau exécutif.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire