Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

vendredi 21 janvier 2011

Quand Jean-Louis Roche s'oppose au programme révolisationnaire qu'il qualifie de "les pauvres mystifications des réactionnaires gauchistes"

Nous nous chargerons de demonter, morceau par morceau, les faux arguments de Jean-Louis Roche. Mais les révolutions sont d'extraordinaires écoles de politiques.
Avec des millions d'élèves .... de 7 à 127 ans ..

On publiera donc ici le monument de crachats que "un incertain" et "inconstant" Jean-Louis Roche" se croit obligé de déverser sur "un certain Yanick Toutain" dont il feint méconnaitre l'existence...
Les lecteurs intéressés par la rédaction d'une chronique démontant l'absurdité de ces accusations n'ont qu'à nous contacter en commentaires (nous ne publierions pas les éventuels adresses)
C'est donc sous le titre

mercredi 19 janvier 2011

Tunisie : Désespoir et mensonge, et après ?


(...)
LES PAUVRES MYSTIFICATIONS DES REACTIONNAIRES GAUCHISTES

Nos gauchistes nationaux sont les premiers chantres d’une protubérante mais fallacieuse nouvelle révolution fleurie, un peu comme ce Jean Nullard, historien de la Révolution française qui a été convié, toujours dans l’Immonde journal bourgeois grand bobo, à étaler ses niaises comparaisons historiques. Pauvres gauchistes, rangés des mitraillettes guévaristes, ils ne sont plus que les fervents défenseurs de la démocratie électorale des avocats. Mais, ils ont, en lisière de secte, leurs radicaux genre bolcheviques imaginaires. Un certain Yanick Toutain fantasmant un inéluctable nouvel Octobre 17 est certain d’avoir enchanté les « masses arabes » avec son programme léninien relooké anti-fasciste de salon exhumé (ce pitre a recopié Anweiler et Broué dans le texte):

1° Il faut disloquer TOUT l’APPAREIL JURIDIQUE, ECONOMIQUE, REPRESSIF du socialo-fascisme Ben Alisme.
2° Il faut en FINIR avec les ELECTIONS. Depuis la Commune de Paris – noyée dans le sang – la bourgeoisie a tenté de TUER le principe de REVOCABILITE. Les élections sont incompatibles avec le contrôle des élus. La bourgeoisie veut un système avec DELAI non révocable pour pouvoir CORROMPRE.
3° IL NE FAUT AUCUN DELAI pour AFFIRMER LA VOLONTE POPULAIRE
Il faut donc que les Tunisiens de plus de 14 ans se GROUPENT LIBREMENT par groupes de 25 ayant des options provisoirement identiques et désignent un DELEGUE REVOCABLE.
Ce délégué est un délégué de base. 25 délégués de base se choisissent et désignent un délégué de conseil (qui représente 625 personnes en étant contrôlés par ses 25 délégués de base)
25 délégués de conseil ===> un delégué député (15 000 délégateurs)25 délégués députés ===>> un délégué national. C’est ce que j’écrivais hier avant la chute
vendredi 14 janvier 2011 A Tunis, c’est la révolution africaine qui commence, c’est la révolution mondiale anti-capitaliste, IL FAUT D’URGENCE LA DELEGATION GENERALE REVOCABLE. Le dictateur socialo-fasciste Ben Ali va peut-être balayé d’ici ce soir – vendredi 14 janvier 2011. Si ce n’est pas le cas, ce sera dans les jours qui viennent.
La seule question, le seul critère c’est l’ORGANISATION par la BASE.
Ils sont des dizaines de milliers face au leader socialo-fasciste de l’Internationale Socialiste. Ils sont des dizaines de milliers face à un pouvoir sur le point de se DISLOQUER !
(…) Il faut d’urgence 300 000 délégués de base ! Il faut que 7,5 millions de Tunisiens de plus de 14 ans se groupent par 25 pour désigner le meilleur d’entre eux.
IL FAUT 12 000 DÉLÉGUÉS DE CONSEIL révocables à tout moment (chacun représentant 625 Tunisiens). IL FAUT que ces délégués de conseil, par 25, désignent 480 DÉLÉGUÉS-députés.(chaque délégué-député représente 15000 délégateurs de base et peut être révoqué à tout moment par ses 24 délégués de conseil.) IL FAUT UN GOUVERNEMENT PROVISOIRE RÉVOCABLE !!! IL FAUT UN GOUVERNEMENT DE 19 DELEGUES NATIONAUX ! Ce sont 25 délégués députés qui peuvent désigner un délégué national révocable à tout moment. Chaque délégué national représente donc 390 000 Tunisiens ».

AH Ah Ah Ah….
La révolution n'a même pas commencé qu’un bouffon gauchiste, qu'un promoteur, un syndicaliste et un moitié diplômé nous parlent de la défendre! Défendre quoi? Des élections de merde où vous n'aurez que le choix entre Ghannouchi le vieux benaliste et Ghannouchi l'obscurantiste de Londres?

que Jean-Louis Roche flanque à la poubelle la substantifique moelle de notre héritage léniniste, néo-léniniste et post-léniniste.
On reste sur sa faim pour connaitre le lieu de ce "caractère réactionnaire".
Les solutions qu'il propose ont la pâleur d'une feuille blanche transparente.

Qu'est-ce qu'une révolution?

C'est le renversement de la bourgeoisie par le prolétariat + la dissolution de l'armée et de la police + l'armement du prolétariat+ l'appel à imiter dans les autres pays. L’auto-organisation des masses suit naturellement sans les décomptes et projections ridicules du petit Toutain. Rien de tout cela en ce moment en Tunisie mais des intellos qui attendent un petit moustachu genre Walesa, et qui promettent la lune avec les élections, pas de grèves, pas de Conseils ouvriers mais un vieux syndicat d'Etat qui tente de se refaire une façade, des comités de quartiers ridicules avec des bouts de bois... et certains qui veulent encore prétendre sauvegarder une révolution qui n'a pas eu lieu. Parce que la classe ouvrière est trop faible dans ce pays et engluée dans le drapeau national.
Les manifestants sont en train de se faire niquer en beauté doublement, une première fois avec la provocation dans la continuité de cette merde "d'union nationale" (avec le jeu trouble de l'UGTT) et une deuxième fois, qui va devenir l'alternative pour les arriérés: en laissant les islamistes prendre la tête de leurs manifestations. Si vous n'êtes pas capables de virer un Sadok Chourou de la tête de vos manifs, vous deviendrez la risée du monde entier et ne venez pas vous plaindre par après si une dictature musulmaniaque succède à la mafia Traboulsi-Ben Ali! A Paris les délirants islaminguants vont être aussi tolérés à dessein par Sarko et Delanoë: alors que les pyjamas barbus et leurs bigotes étaient absents des précédentes protestations, ils vont faire leur retour en force avec leurs cris nationalistes et antisémites, sauf si on est capable de leur faire barrage et de leur rentrer dedans pour bien montrer qu'ils ne sont pas les défenseurs ni des ouvriers ni des pauvres, mais des promesses d'Allah pour réduire le chômage à la fin des temps. La rue en France ne doit pas être laissée aux futurs oppresseurs du peuple tunisien mais affirmer la solidarité de classe avec le prolétariat tunisien qui ne contentera pas lui des promesses éternelles des musiciens d’Allah. Pour l’heure la menace islamiste est un peu comme la menace de la blonde Le Pen, une farce qui n’intéresse ni n’amuse les tunisiens.
La bourgeoisie tunisienne prépare par contre, à terme,, en lien avec les bourgeoisies occidentales, cette fausse opposition électorale classique, gauche contre droite, gérants repentis de l’Etat benaliste + les partis oppositionnels bariolés contre les tenants de l’obscurantisme « propre » !

A suivre….


On trouvera ce qui manque ici : le programme préconisé par Jean-Louis Roche .... autrefois .... il ressemble étrangement aux mesures que nous préconisons en Tunisie

"CONDITIONS DE LA FUTURE REVOLUTION

1. IL NE SUFFIT PAS QUE CEUX D'EN BAS NE VEUILLENT PLUS NI QUE CEUX D'EN HAUT NE PUISSENT PLUS, IL FAUT AUSSI QUE CEUX DU MILIEU NE SOIENT PLUS COMPLICES DE CEUX D'EN HAUT.

2. L'ETAT BOURGEOIS DOIT ETRE RENVERSE PAR UNE ACTION PARALYSANTE DU PROLETARIAT, EN UNE DUREE NON DETERMINEE, A LA SUITE DE GREVES MASSIVES ASPHYXIANT COMPLETEMENT L'ECONOMIE BOURGEOISE ET PAR LA PRISE D'ARMES (LA NOTION D'INSURRECTION A DES ALLURES DE WESTERN INADEQUAT AU BOULEVERSEMENT, ENCORE VIOLENT, NECESSAIREMENT PLUS VASTE ET ETENDU DANS LE TEMPS QU'UNE SIMPLE PRISE DU PALAIS D'HIVER).

3. LE DEMI-ETAT TEMPORAIRE , SIMPLE BUREAU DE STATISTIQUES, EST SOUS LE CONTROLE ARME DES CONSEILS OUVRIERS. DISSOLUTION DES CORPS ARMES MERCENAIRES DE L'ANCIEN REGIME. SYNDICATS ET PARTIS POLITIQUES BOURGEOIS SONT INTERDITS.

4. MESURES ECONOMIQUES D'AIDE AUX PLUS DEFAVORISES RAPIDEMENT MISES EN PLACE ET REPARTITION SELON LES BESOINS VITAUX ET HUMAINS POUR EVITER TOUTE GUERRE CIVILE.

5. SUPPRESSION DE TOUTES LES HIERARCHIES ET DES DIVERS SYSTEMES DE RECOMPENSE, QUI FAVORISENT LA COMPETITION MARCHANDE ET L'ARRIVISME.

6. LA PETITE BOURGEOISIE N'OCCUPE PAS LA PLACE DIRIGEANTE DE LA REVOLUTION, LES PROLETAIRES DOIVENT VEILLER A RESTER MAJORITAIRES DANS LES ORGANES DE DECISION.

7. AUCUN PARTI NE PEUT S'ARROGER DE DECIDER A LA PLACE DES ORGANISMES DE MASSE DU PROLETARIAT.

8. LA REVOLUTION EST UN APPEL PERMANENT A LA RESPONSABILITE DU PROLETARIAT DE TOUS LES PAYS, IL N'Y A DONC NI GUERRE DEFENSIVE NI SOIT DISANT "GUERRE REVOLUTIONNAIRE" A MENER.

9. LES DESACCORDS ENTRE FRACTIONS DU PROLETARIAT OU FACE AUX COUCHES MECONTENTES DES CLASSES MOYENNES NE PEUVENT EN AUCUN CAS SE REGLER PAR UNE VIOLENCE ETATIQUE OU MILITAIRE.

10. LE BUT PERMANENT DE LA PERIODE DE TRANSITION EST DE MODIFIER RADICALEMENT LE MODE DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION AFIN DE PARVENIR A L'EMANCIPATION DE L'HUMANITE, DITE PHASE DEUX DU COMMUNISME."

 

Mercredi 17 décembre 2008 3 17 /12 /Déc /2008 22:13
Vous souvenez-vous de Gérard Schivardi, chers lecteurs ? Cet ancien candidat à l'élection présidentielle de 2007, soutenu par le Parti des Travailleurs (trotskiste), se définissait, l'année dernière,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire