Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 21 février 2011

Quand le gouvernement usurpateur fait tirer en l'air son armée, il faut "Gouvernement de Ghannouchi Dégage", il faut UN GOUVERNEMENT DE DELEGUES-NATIONAUX REVOCABLES

Dimanche, l'armée menaçait le peuple !
Tirs en l'air avant de tuer à nouveau ! Les benalistes ne sont toujours pas chassés.
TUNIS — Des milliers de Tunisiens ont manifesté dimanche à Tunis pour réclamer la démission du gouvernement de transition de Mohamed Ghannouchi, après une nouvelle semaine d'instabilité marquée par le meurtre d'un prêtre polonais à la mémoire duquel une messe a été célébrée.
Au cri de "Gouvernement de Ghannouchi Dégage", quelque 4.000 personnes ont manifesté devant la Kasbah, siège de la Primature, reprenant le slogan de la révolution qui a provoqué la chute de l'ancien régime, "Ben Ali Dégage".
Dans une ambiance bon enfant, surveillés de loin par l'armée et la police qui avaient déployé deux blindés et des hélicoptères, hommes, femmes, enfants ont réclamé le changement de la plupart des institutions.
"Démission du Premier ministre, Assemblée constituante, Indépendance de la justice", "Dissolution du Parlement", "Dissolution des commissions" (l'une des commissions est chargée de la réforme électorale), pouvait-on lire sur des pancartes.
VOIR LA VIDEO DE TEMERAIRE MIRAGE
Téméraire Mirage


Hier, à 17:17 via Pixelpipe ·

L'article de Kaouther LARBI et Sonia BAKARIC  se poursuit par
"Ils nous prennent pour des dupes. Tous les membres du Parlement et des conseils de région ont été élus par l'ancien régime, la Constitution a été réformée par l'ancien régime", a déclaré Sami Ben Moumen, médecin de 30 ans.
Mohamed Ghannouchi a été le Premier ministre de Zine El Abidine Ben Ali de 1999 jusqu'à sa chute le 14 janvier.
Après la formation d'un gouvernement d'union nationale le 17 janvier, dans lequel l'équipe sortante avait conservé la majorité des postes, et face aux manifestations, M. Ghannouchi avait finalement remanié le gouvernement, épuré des principaux caciques de l'ancien régime, le 27 janvier.
Depuis, des élections libres ont été annoncées pour dans six mois mais le pouvoir de transition n'a pas fixé de date ni donné de précisions sur le type de scrutins qu'il comptait convoquer.
Pour tenter d'apaiser les tensions sociales, le gouvernement a annoncé vendredi de premières aides sociales d'urgence. Et pour pallier le vide sécuritaire, des réservistes ont rejoint l'armée mercredi.


Qui sont ces gens qui se font protéger par des milices armées.
C'est bien cette armée de AMMAR, ce groupe de lâches qui n'ont pas OSE se révolter pour DÉFENDRE DE PEUPLE.
Il faut bien se souvenir que NI en Tunisie, ni en Egypte, on a vu un REGIMENT ou une COMPAGNIE CHANGER DE CAMP pour défendre, les armes à la main, le peuple sous les balles des snipers.

Et quel est ce GOUVERNEMENT qu'ils protègent ? D'où sort-il ?

Il met en colère mon "ami Facebook" de Tunisie Téméraire Mirage et trois de ses amis.
J'ai posté ce commentaire tout à l'heure :

Yanick Toutain
A vos trois amis qui ont approuvé vos propos, j'ai envoyé une "demande d'amitié"...
Vous avez écrit, Téméraire Mirage,
" Téméraire Mirage PAS DU TOUT !!!!, 3ajbekom le gouvernement de transition actuel ???? et les magouilles qu'il fermente ...... et les miettes de décisions et d'info qu'ils jettent au peuple ... et le refus de destituer définitivement le RCD et le refus qui se mijote pour éviter un système parlementaire et la non dissolution de la chambre des députés et des conseillers qui ne sont d'aucune utilité et les PDG de banques pourris jusqu'au cou qui sont encore dans leurs postes ... etc , etc !

Je leur ai donc écrit :

"Si vous partagez la colère de Téméraire Mirage contre ce gouvernement pourri , soyons amis...
Je tente de le convaincre depuis 6 semaines qu'il faut un gouvernement de délégués révocables, délégués nationaux contrôlés par des délégués députés révocables, contrôlés par des délégués de conseil contrôlés par des délégués de base SUSCEPTIBLES EN PERMANENCE d'être révoqués....

LE 15 JANVIER, le lendemain de la VICTOIRE, j'écrivais ce texte en montrant les similitudes avec la situation du MOIS DE MARS 1917 quand les révolutionnaires se sont fait VOLER LEUR REVOLUTION par le Prince Lvov et la bourgeoisie russe (manipulée par les bourgeoisies françaises et britanniques)
http://revolisationactu.blogspot.com/2011/01/tunisie-il-faut-des-delegues-revocables.html
==


Ce point de détail constitutionnaliste est vrai.

MAIS

L'important c'est de regarder derrière le rideau des fumigènes juridiques, - juridistes -.

On a une situation qui ressemble à celle de la fin février (début mars 1917)

Quand le PRINCE LVOV tente de former un gouvernement SANS le tsar.


==

Après la première révolution russe et l’abdication du tsar Nicolas II à laquelle il a contribué, Lvov devient chef du gouvernement provisoire russe. Incapable de rassembler suffisamment d’appui, il démissionne en juillet 1917 en faveur de son ministre de la justice, Alexandre Kerenski. Lvov est arrêté lors de la prise de pouvoir par les Bolcheviks. Il s’échappe et s’établit à Paris où il passe le reste de sa vie. Il est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

==


La vieille classe exploiteuse (ici la bourgeoisie colonialiste alliée avec la formoisie compradore socialiste devenue mafia Trabelsi-Ben Ali ) tente de rester sur le cheval.

La vieille noblesse renversée avait l'un des siens maintentu un place par une alliance entre la bourgeoisie du parti KD de Miloukov et la classe des diplomés (des campagnes avec les SR et Kerenski et des villes avec les menchéviks")

En Tunisie, la peur que la nouvelle bourgeoisie innovante et les diplômés arrivistes de voir les pauvres et les vrais innovants non corrompus réclamer




... va les inciter à se concilier les SOPHIE de MENTON et autres esclavagistes du tourisme (à 200 euros la semaine ou pour pillards de luxe).

La clé va être deux choses :

1° La vitesse à laquelle l'auto-organisation populaire va peser sur le futur gouvernement provisoire.

(la vitesse de la construction de la DELEGATION GENERALE REVOCABLE)

2° La vitesse à laquelle le peuple va DISLOQUER LES FORCES REPRESSIVES par un TRAVAIL PSYCHOLOGIQUE géant.

Ce travail va de pair avec le construction de milices de quartiers (contrôlées par les conseils de délégués révocables) des milices d'auto-défense CONTRE LES AGRESSIONS SOCIALO-FASCISTES DES MILICES BEN ALI, des milices RCD.

Il y a urgence à disloquer les forces de répression étatiques. Sinon, il va y avoir fusion de celles ci avec les forces fascistes du RCD.

Et l'on va sombrer dans un terrorisme para-étatique à l'Argentine.


L'élan pris par le peuple réduit ce risque et le freine, mais l'absence d'un PARTI REVOLISATIONNAIRE LIBERAL EGALITARISTE en Tunisie prive le peuple des outils conceptuels et programmatiques pour déjouer les manoeuvres de otus les vieux partis qui vont revenir vendre leur quincaillerie formoise et pseudo-libérale bourgeoise.





*une petite simplification : les SR étaient aussi - partiellement - les représentants de la bourgeoisie des campagnes. Ils avaient été les terroristes avant la révolution.
=

mardi 22 février 2011

BOLLORE DEGAGE ! ON N'EST PLUS EN ESCLAVAGE ! PAUL BIYA CASSE-TOI ! SARKOZY NE VIENDRA PAS ! Une réponse-mise au point à l'intention de Cameroun-BMG sur Facebook.

mardi 22 février 2011

Demain 23 février 2011, au Cameroun, les "ESCLAVES DE BOLLORE" se révoltent contre l'esclavage ! BIYA DEGAGE ! BOLLORE DEGAGE !

Les esclaves de Bolloré


mardi 22 février 2011

"LES TROIS PILIERS : UN AVENIR POUR L'AFRIQUE, POUR L'HUMANITÉ !" un texte du 29 septembre 2006 par Yanick Toutain

lundi 21 février 2011

Le pantin formois de l'esclavoisie occidentale fait massacrer son peuple par des mercenaires; KADHAFI DEGAGE ! ET VITE !

samedi 19 février 2011

Ennemis, neutres ou alliés : il faut casser en deux l'armée de Paul Biya et de Vincent Bolloré (un échange avec Seme Ndzana sur Facebook à propos de la révolution camerounaise du 23 février)

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire